histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
15 novembre 1933 à Béthune 5ème partie
par minloute le, 15/05/2005  

La cultivatrice entra dans sa demeure, quand, elle vit surgir un homme qui brandissait une hache.
Le bandit, avec une cruauté inouïe lui fracassa la crâne à coups redoublés.
Il coupa même les doigts de la main de sa victime alors qu elle cherchait à se protéger la tête.
L'autopsie qui a été pratiquée plus tard, révéla que les 9 coups de hache que l'assassin avait portés étaient tous mortels, la tête était d ailleurs réduite en bouillie.
Son crime accompli, l'assassin s'essuya les mains puis s'empara des économies de sa victime.
Avant de quitter les lieux, ch' cabot ligota plusieurs chaises qu'il sortit dans le jardin, sans doute déjà pour détourner les investigations de la justice.
Il jeta ensuite la hache dans le fossé en bordure du jardin, revint devant la maison, il s'essuya les pieds qui étaient éclaboussés de sang dans l'herbe avant de gagner le grand large.
Mais le misérable avait été vu par une marchande de journaux en tournée.
Muni de l'argent de sa victime, ch' cabot fit plusieurs haltes dans les cafés voisins et regagna Béthune dans l'aprés midi.

Le dimanche soir ch' cabot qui était alors riche d'une bonne douzaine de mille francs fit la rencontre de 2 escarpes de son acabit.
Dans les cafés de la rue de Lille, il fit la fête avec eux en payant les consommations avec des billets de 1000 francs qu'il avait fourré dans ses poches.
Pour expliquer la provenance de l'argent dont il était en possession, il raconta qu il avait touché sa pension alors qu il ne fut jamais titulaire d'aucune retraite.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |