histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)
  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)
  au chant de l alouette (16/02/2019)
  branque d' thym (10/02/2019)
  ch' torchon calendrier (09/02/2019)
  au coin del rue sur google maps (09/02/2019)
  dins ma rue sur google maps (09/02/2019)
  notre patois (09/02/2019)
  Du PATOIS ou du CHTI ? (06/02/2019)
  l' aprés midi dins ché commerces (03/02/2019)
  qu au matin dins ché commerces (03/02/2019)
  Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes) (01/02/2019)
  les chaussons aux pommes (26/01/2019)
  du qu' t as été en vagances ? (26/01/2019)
  ch'est comme aux ouatéres.... y a pu d' papier... (26/01/2019)
  Rondeau (21/01/2019)
  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
historique de Bruay 7ème partie
par minloute le, 29/05/2005  

Guy Guilbaut, fils de Jean Guilbaut, entend se créer sur les bords de la Lawe, une seigneurie importante.

Il achète de nombreuses terres; en 1429, il obtient du duc de bourgogne, son maître, le droit de réunir 4 fiefs séans à Bruay, (3 provenant de la demoiselle de Montcavel et le 4ème, le fief Ricametz, de Jean Ricametz) et un fief de l'avouerie de Béthune.

Il obtient, grâce à son souverain, Philippe le Bon, et contre une rente de 35 livres, 17 sous, 4 deniers, les finances, la justice haute et basse de Bruay, avec les hommages, vinages, tonlieux et autres droits.

Mais il n'est point de seigneur sans château, Guy Guilbaut en fait construire un, trés imposant, "où les manants de Bruais et de La Buissière, demeurant entre la maison des Caves et le petit Hulluch, sont astreints de faire le guet en temps de guerre, contre les pillards et les incursions ennemies, moyennant charbon pour le chauffage et non plus dans la vieille maison de Bruais".

le château imposant, comportait à l'origine 12 tours, 52 portes et 365 fenêtres composées de 24 carreaux chacune.
12 comme le nombre de mois, 52 , le nombre de semaines, 365 , le nombre de jours.

Description du château tel qu'il était encore en 1732 :
C'est un vaste corps de logis antique, carré, solide et défendu de fortes tours.

Il y a encore 10 tours existantes, 4 à l'entrée du chateau, 2 , en flanc pour soutenir et défendre la cour, et 4 qui font partie du corps du logis.

La cour est formée de bâtiments qui règnent tout autour, du moins en partie à présent, car les deux ailes ne subsistent plus.
Le corps du château est environné d'un second fossé, sur lequel était anciennement un pont levis, ainsi cette forteresse avait double enceinte et double fossé soutenu de bons murs et créneaux.

"la salle d'entrée a 32 pieds de longueur sur 18 de largeur, avec des vues de 2 cotés (un pied 33 cm).

La cheminée est haute, dans le gout antique, faite d'un grain très bien piqué.
Au dessus sont trois figures en relief, celle du milieu représente un homme sans armes ni épée, tenant d'une main une boule et de l'autre un sac, celle de droite et de gauche, un écusson ".

Le corps du logis a 4 étages, y compris le grenier et les places basses, sans les caves.

Toutes les tours sont rondes, celle qui est à droite en entrant est haute de 18 marches jusqu'au rez de chaussée et a 7 pieds d'épaisseur.
c'est la plus haute des 10 tours, et si on excepte celle sur laquelle le beffroy est posé, c'est une flèche de bois de 30 pieds, elle a 82 marches dans son escalier.

Au commencement du XVe siècle, le seigneur de Bruay, Guy Guilbaut était aussi seigneur du Quesnoy et de Ligny, conseiller du duc Philippe le Bon.
Il maria sa fille à Baudoin d'Oignies, gouverneur de Lille , qui mourut en 1459.

En 1493, par la paix de Senlis, Charles VII, avant son départ pour l'Italie, s'assure la neutralité de Maximilien d'Autriche en lui restituant l'Artois, sauf Aire, Hesdins et Béthune qui doivent rester sous la garde du maréchal d'Esquerdes jusqu'à la majorité de Philippe le Beau, fils de Marie de Bourgogne et de Maximilien d'Autriche.

L'Artois demeure possession autrichienne jusqu'en 1556, suite à l'abdication de Charles le Quint et le partage de son empire.
ELLE DEVIENT POSSESSION ESPAGNOLE ET LE DEMEURE JUSQU'AU TRAITE DES PYRENNEES EN 1659, QUI RATTACHE DEFINITIVEMENT L'ARTOIS AU DESTIN DE LA FRANCE.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |