histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les haricots dans les champs
par Marie-Claire le, 08/06/2005  

Certains, comme le racontait Roger, ramassaient les patates pendant les vacances.
Quand j'étais dans l'audomarois, des jeunes cueillaient les haricots verts tout l'été pour le compte d'une conserverie bien connue de la région. Je ne citerais pas son nom pour ne pas être accusée de publicité.

Il m'est arrivée d'y aller une journée de temps en temps au début des années 70 mais certaines de mes copines y passaient toutes leurs vacances, celà mettait du beurre dans les épinards, car c'était relativement bien payé.

Des bus passaient tous les matins à certains endroits, les prenait qui voulait, et il nous emmenait sur le lieu de la récolte du jour.
On donnait ses coordonnées à l'arrivée, on nous donnait des grands sacs de jute et il n'y avait plus qu'à les remplir.
A chacun son rythme, on était payé au sac, mais au poids en fait, alors des petits malins y glissaient des petits cailloux..
Je ne sais plus exactement mais je crois que c'étaient des sacs de 20 kg, quand on en avait 3 ou 4 dans la journée on avait bien travaillé.

par Mistinguett' le, 10/06/2005

Je rajouterais aussi que le matin, on partait tous avec en plus de notre repas, un petit banc pour ramasser les haricots tout en étant assis.
J'était pourtant jeune quand j'ai fait les haricots (11ans), mais j'en garde un très bon souvenir, il y avait une très bonne ambiance dans les champs!

par oli6283 le, 19/09/2007

De sacrés souvenirs, les haricots verts, et pour cause!
De 1963 à 1965, mon cousin et moi allions à l'embauche, assez tôt le matin. Beaucoup de Bruaysiens du quartier s'y rendaient aussi, même parfois la famille entière, parents et enfants. Beaucoup habitaient les rues Anatole France, Denain, Leverrier, Gramme, Châtellerault, Isbergue...
A noter qu'il y avait, selon les jours ou les lieux, arrachage, (cha cha allot vite, mais ch'étot moins bien payé), et cueillette, (ch'étot bin mieux payé, mais plus délicat, pass'qu'y fallot faire attintion d'pas abîmer chés pieds, et in étot ajouqués dins chés ruaux, cha allot moins vite, forchémint).
Celà nous faisait un petite cagnotte, que nous remettions à nos parents, et qui nous la rendaient plus tard. (oui je sais, nous étions sûrement privilégiés, comparés à d'autres).
Not'fameuss'l'cagnotte, in l'dépinsot (pas tout hein) pindant... ... Chés vagances à La Napoule!
Anecdote: C'était laborieux, le travail se faisait en silence, et parfois, on en entendait un, je ne le citerai pas, qui appelait de loin, pour faire rire tout le monde dans le champ:
"Manette ?
- hein ???
- Brin !!!"
(Pardon pour le dernier mot, mais çà, c'est du vécu)


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |