histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L'héroïne de Loos évoque ses souvenirs (1)
par kiki le, 10/08/2007  

EXCLUSIF RELAIS

Emilienne MOREAU,
L’héroïne de LOOS,
Et Just EVRARD
Evoquent leurs souvenirs.

GERMINAL, c’est un peu l’histoire de Florent Evard

- J. Evrard : Les multiples pérégrinations de mon père l’amenèrent à Meurchin, en 1889, où il fut employé aux « avaleresses », ou si vous préférez, au creusement des puits : on y travaillait dans des conditions dignes des plus savoureux passages de Germinal.

- Emile Zola, pour préparer son œuvre, était d’ailleurs venu à Denain, quelques années auparavant. On le voyait souvent dans un café du coron de Villard, qui donnait sur le terril de la fosse Renard. Et son ouvrage, c’est un peu l’histoire des Basly, Florent Evrard et autre Cadot.

- E. Moreau : C’est à peu à cette époque que Florent Evrard avait comme galibot… Jules Mousseron. Celui-ci est d’ailleurs toujours resté très lié à la famille. Je le vois encore en train de nous raconter, en 1939, sa « dernière » histoire : « i m’ont copé l’eau pis’l gas ».

- J. Evrard : A chaque fois que j’allais à Denain, nous nous rencontrions, et souvent il me reparlait de « Florent Evrard ».

- E. Moreau : Un Florent Evrard, qui, après avoir refusé la candidature de Député que lui proposaient ses amis, fut appelé en 1892, pour remplacer Lamendin, aux fonctions de secrétaire Général du Syndicat des Mineurs du Pas de Calais.

- J. Evrard : Fonctions qu’il exerça tout particulièrement quand survint la catastrophe de 1906. J’avais huit ans, quand, le 10 mars de cette même année, un boucher de Sallaumines vint réveiller mon père pour lui annoncer qu’un coup de grisou venait de se produire à Courrières. Mon père partit de suite, et on ne le revit plus pendant près de trois semaines. C’est lui qui en compagnie de Basly et de ses collègues du Syndicat conseilla à M. Lavaurs, Directeur de la Compagnie, de ne pas faire sauter le cuvelage comme il en était question, arguant qu’il pouvait encore y avoir des survivants au fond, et que par conséquent il était préférable de ne pas noyer immédiatement les installations, même s’il fallait renoncer momentanément à éteindre l’incendie. C’est d’ailleurs à la suite de ce tragique accident qu’il fut décidé, pour éviter que ne se reproduise une pareille catastrophe, de prévoir des débouchés entre tous les puits des différentes compagnies, de façon à permettre aux ouvriers de s’enfouir, si nécessité il y avait.

- Relais : Puis ce fut la guerre. Et l’adolescente que vous étiez à l’époque, Madame, devint l’ « héroïne de Loos ».

- Pouvez vous nous dire comment cela s’est passé ?

A suivre.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |