histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
aller al' plache - 1er épisote
par minloute le, 26/06/2005  

Le départ à la plache, chéto un rituel, carqués comme des baudets, bob sule tiête, cabas dans les mains, tous in file indienne, chéto eune expédition.
En tête, l'Homme, ouais j'a pas peur ed' mette eune majuscule, l'Homme, dans toute son autorité, qui comme les éclaireurs de l'armée ouvrait la marche prêt à braver tous les dangers.

D'ailleurs ch' l'Homme i avo souvint dans ses mains un double symbole, ché li qui porto sus' n épaule le parasol.

Parasol qui pouvo li servir à contrer tout incident qui pouvo avoir lieu durant le trajet, cha pouvo d'venir eune arme.
Et parasol, qui pouvo aussi symboliser s' n' autorité, ché li qui porto l' plus lourd et chéto un peu comme un baton d' maréchal, la marque de son pouvoir.
Souvent i éto chaussé d'espadrilles.
Aprés li souvint chéto ch'garchon, en maillot d' bain, li, i porto ses seaux et aussi un symbole d' male, s' grande pelle et un grand ratio.
Aprés in trouvo 2 tchiotes, que l' père i dijo toudis d' saquer d' dins pasqu'elles trainotent en route, chéto un peu l' ventre mou du groupe, elles discutottent ensempe et ch' pére i rallo pasqui devo les attinte à chaque fo qui fallo traverser l' rue.
Pi aprés, pi aprés chéto la voiture balai, alors autant l' HOmme i éto souvint tout sec, eune gauloisse dins' bouque, autant l' femme ale éto souvint disons pour rester polie, ale éto souvint plus ronte.
Ché gougouttes cha débordo ed' sin débardeur.
D'ailleurs rin qu'à imaginer l' lutte qui devo i avoir dinch' lit quand qui s'artrouvaient, on comprenno pourquoi l' Homme i éto tout sec.
Donc on arvient ale femme, sans majuscule, bin ouais, ale fermo l'marche les bras carqués d' cabas aussi, souvint ceux du dernier, chti qui en plus li donno la main, tototte dins' bouque et bob su l' tiête.

Non pas de f majuscule à la femme, pasque comme elle étot l' dernière, ale freino la progression du groupe vers la plache, pi ch' t'HOmme i li arprocho ed pas aller assez vite et pi aussi d' pas dire aux files d' coller à leu père et d' pas trainer d'vant ché vitrines ed jouets d' plache en attendant que leu mère ale arriffe à leu hauteur et alors seul'mint ale repartotent ed l'avant.

Eune fos arrivés à la plache, ché là aussi qu'in voyo l' autorité naturelle de l'Homme sur la femme, pasque CHE LI QUI DECIDO D' L'ENDROIT DU QU'ON ALLO S'ASSEOIR.
Ché eune mission pas si facile que cha en a l'air, la preuffe, planter ch' parasol à un endroit cha permetto d' définir à nouveau sin territoire, bon i allo pas jusqu à picher aux quate coins pour dire qu'ichi chéto ché li, mais chéto symbolique, l' HOmme i planto ch' parasol, chéto comme au temps des zommes préhistoriques nomates, ichi on établit le camp......

Aprés i ralo sur s' femme pasqu' ale éto cor ale traine, pi aprés vous comprenez bien qui devo s'arposer, donc chéto à la femme ed s'occuper des jones, et li i s'allongeo sur s'serviette, et i d' mindo à grand mère ed' li verser un verre d' limonate qui éto dinl' glacière.

Aprés l'Homme i allo s' baigner, souvint i li allo avec sin plus grand, laissant grand mère avec ché petits
bon aprés i éto plutot calmé, pi i devo penser au soir, i faiso l' bio gosse en faijant l' poirier d'vant s' femme affalée à coté du piquet d' parasol et comme cha i marquo des points pasque l' soir i fallo pas avoir l'hotel des culs tournés.

Arlisez tout cha, j' dis pas que tout y arrivo à chaque famille, mais j' su sur, que dans vos souv'nirs i a des passaches que vous avez tous vécus .......

2ème épisote le pré départ de la plache


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |