histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
ligne de chemin de fer Anzin-Somain
par grande gernoule le, 09/09/2007  

A l'heure du TGV je me souviens du train des houillères de Anzin à Somain que je prenais pour aller chez mon "mononc" à Abscon mineur à la fosse St Mark.
Je prenais ce train à la gare de Saint Waast la haut (banlieue de valenciennes), cette gare se trouvait à proximité du SOCOMA (coopérative de mineur où l'on faisait ses courses avec un carnet car on payait à la quinzaine) et près de la clinique Tessier rue Desandrouins, qui appartenait aux houillères.
Il y avait 3 classes de wagons, et les vitres se baissaient avec une courroie en cuir. Ce réseau devait être privé car je n'en ai jamais trouvé trace à la SNCF.
Autrot qui a travaillé aux HBNPC à Anzin ou des anciens de ce secteur se souviennent ils ?

par Roland Autricque le, 12/09/2007

Bien sur que j'ai connu ce petit train et je l'ai même emprunté pendant plusieurs années pour me rendre aux Grands Bureaux d'Anzin des H.B.N.P.C. Il desservait la ligne privée des Chemins de Fer des Houillères qui partait de Péruwelz à la frontière Belge jusque Somain. Le matin et le soir il était bourré à craquer car c'était quasiment le seul moyen de communication, avec le tramway, pour pouvoir se rendre au travail .
Se côtoyaient dans ce train tous les ouvriers et employés des mines et d'ailleurs travaillant sur Anzin et les environs, ceux qui travaillaient dans la région de Denain (Usinor, Cail etc..) ainsi que les élèves des écoles de Valenciennes et les jeunes filles des écoles ménagères d'Anzin et de Sabatier. Il y avait beaucoup de Belges travaillant en France qui prenaient ce train.
Il est vrai qu'il y avait plusieurs classes. Les 1ère classe étaient réservées au chefs qui étaient en possession d'une carte spéciale délivrée par les Houillères.
Que d'anecdotes il y aurait à raconter sur ce vaillant petit train disparu à jamais vers 1962.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |