histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Min père que bio texte ... (19/03/2019)
  Min père (19/03/2019)
  ché poubelleux (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 2 (17/03/2019)
  ch' calendrier de la poste partie 1 (17/03/2019)
  Y’A QUEU DE L’ NEICHE ! (13/03/2019)
  la Voix du Nord la fin (10/03/2019)
  la Voix du Nord la suite (10/03/2019)
  J’voudros aller au cabinet (08/03/2019)
  La Voix du Nord chétot aussi cha (10/03/2019)
  décés de Jacques Bodoin (10/03/2019)
  la Voix du Nord à travers les ages (09/03/2019)
  À l’école Pasteur dins les années 60 (60-64) (05/03/2019)
  Raoul et Ronny (03/03/2019)
  la boutele d' gasse (02/03/2019)
  Él’ pus belle école du monte (in patois d’ par ichi) (24/02/2019)
  du sac à malice de Clara, le mimosa (24/02/2019)
  douceur du temps (24/02/2019)
  Nos racines (24/02/2019)
  école Pasteur 1955-1956 (23/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 4ième partie : La neige (Suite et FIN) (23/02/2019)
  le dernier jour à l école , avec monsieur Pruvost (23/02/2019)
  les derniers jours à l école (23/02/2019)
  les bidasses en folie (22/02/2019)
  tomates du maroc 1 roro 29 le kilo en février (21/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 3ième partie : La cour de récré (20/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 2ième partie : La « Grande » école (18/02/2019)
  LA PLUS BELLE ECOLE DU MONDE 1ère partie : l’école maternelle (15/02/2019)
  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)
  au chant de l alouette (16/02/2019)
  branque d' thym (10/02/2019)
  ch' torchon calendrier (09/02/2019)
  au coin del rue sur google maps (09/02/2019)
  dins ma rue sur google maps (09/02/2019)
  notre patois (09/02/2019)
  Du PATOIS ou du CHTI ? (06/02/2019)
  l' aprés midi dins ché commerces (03/02/2019)
  qu au matin dins ché commerces (03/02/2019)
  Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes) (01/02/2019)
  les chaussons aux pommes (26/01/2019)
  du qu' t as été en vagances ? (26/01/2019)
  ch'est comme aux ouatéres.... y a pu d' papier... (26/01/2019)
  Rondeau (21/01/2019)
  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Carvin, Fosse Sainte Barbe
par kiki le, 15/09/2007  

CARVIN Juillet 1857 : top départ pour la ruée vers l’or noir

Voici 150 ans, Carvin comptait alors quelques 6 000 âmes et cultivait paisiblement son âme de bourg non seulement traditionnellement commerçant et agricole, mais s’ouvrant à l’industrie avec une importante activité sucrière.

En cet été 1857, c’est une douce mélodie en sous-sol, celle du forage qui va irrémédiablement métamorphoser son visage…

1857 : c’en est déjà fini du temps de l’innocence. Depuis 17 ans l’or noir a été flairé dans les entrailles oigninoises et, petit à petit, semble se dessiner une géographie cohérente de filon minier. Dans un premier temps, de l’ Escarpelle à Lillers, la banane minière connaît sa première esquisse.

Une épopée industrielle embryonnaire qui attise bien évidemment les convoitises, chacun évaluant les limites de cette fameuse banane miraculeuse. C’est ce fol espoir qui fédère les énergies de trois industriels prêts à miser tout sur le noir.

Ceux-ci, MM. Grenier, Descat-Leleux et Lecoq, respectivement brasseur, manufacturier et patron de sucrerie, travaillent depuis la fin 1856 à l’hypothèse du développement du filon au nord de la zone déjà exploitée. Un site que d’autres, avant eux, se seront refusés à inclure dans la cartographie minière.

Sous l’ impulsion de M. Grenier, la société libre de recherche ainsi créée est primitivement appelée « La Basséenne ». Mais, dès que le noir sera mis, elle prendra plus logiquement l’appellation « Société houillère de Carvin », plus précisément le 29 Juillet 1857.

Ce noir. C’est entre Carvin et Annoeullin qu’il sera déniché, au lieu-dit Sainte Barbe après quelques recherches primitives aux confins du territoire provinois en février 1857.

En juin, la présence de houille est avérée et officiellement attestée.

Commencent alors une multitude de forages et une véritable course à l’échalote, les compagnie voisines de Meurchin et Courrières disputant âprement aux néophytes la propriété des concessions. Une épopée aussi impitoyable que la ruée vers l’or vécue, en parallèle, dans le Far west américain…

Cette guerre perpétuelle n’empêche pas la société de Carvin de lancer sa première exploitation avec l’ouverture du puits n° 1 , induisant la construction d’une voie pavée de 300 mètres reliant le site à la route départementale.

Les machines les plus performantes seront commandées aux maisons Cavé ( Paris) et Jésuprez ( Lille), et notamment une machine d’extraction de 120 chevaux.

1500 hectolitres par jour
Par ailleurs, afin d’amorcer la pompe, deux mille actions ont été émises, toutes couvertes par les membres fondateurs de la société houillère de Carvin et leurs proches.

Et l’enthousiasme est de rigueur du côté carvinois où, dès le début de l’extraction, quelque 1 500 hectolitres sont extraits quotidiennement là où nombre de sociétés voisines tirent encore la langue.

Alentours, dès l’ouverture du puits en 1857, un premier coron de quarante maisonnettes sortira de terre. Et l’aventure de commencer… pour rapidement se multiplier comme des petits pains du nouveau testament.

En 1861, le puits numéro 2 ( fosse 12) naît plus au sud, son extraction commençant deux ans plus tard. Suivra en 1867 la fosse 13 et son fameux puits Saint-Louis.

Une famille qui ne s’élargira qu’avec le siècle suivant lorsqu’en 1902 la fosse 14, ou puits Boudenoot, sortira des entrailles du Mont Soleau pour devenir le tout dernier enfant de la société des mines de Carvin. Ce sera celle qui ira chercher l’or noir au plus profond ( 528 mètres pour 206,5 au n°1 ou 299,2 au n°2 ) et terminera l’histoire esquissée l’été 1857 lorsqu’un jour de 1969 le puits fermera définitivement…

Restait bien alors la fosse 4 mais son histoire était, elle liée à la Compagnie d’Ostricourt. Une autre aventure humaines.

Source : Nord éclair 10 juillet 2007.


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |