histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  en arrivant au cimetiere du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Charbon la fin, place à l'avenir (4)
par kiki le, 16/09/2007  

Histoire 1720-1990 : Onze époques charbonnières

1925 A plein rendement

Les installations ont retrouvées leur plénitude dès 1925 et en 1930, avec 35 millions de tonnes, production jamais égalée, le Nord-Pas-de-Calais reprend sa place dans le peloton des grands bassins mondiaux. Avec l’électricité , l’outillage individuel et collectif s’est modernisé, poussant à la productivité. La demande s’accroît rapidement : matière première de carbo-chimie, combustible de centrales, gaz de carbonisation, coke pour hauts-fournaux.

A la veille de la seconde guerre mondiale, certaines petites compagnies ont disparu ou ont été absorbées. Les compagnies ou sociétés houillères , qui exploitent le bassin, ont nom : Aniche, Anzin, Béthune, Bruay, Carvin, La Clarence, Courrières, Crespin-Nord, Douchy, Dourges, Escarpelle, Lens, Liévin, Ligny-les-Aires, Marles, Ostricourt, Vicoigne, Noeux et Drocourt.

1944 Une bataille économique nationalisée

Un second cataclysme, de cinq ans, est passé sur le bassin. Les derniers combats de la libération sont à peine gagnés que, le 13 décembre 44, une ordonnance crée les Houillères Nationales du Nord et du Pas-de-Calais « établissement public à caractère industriel et commercial… à qui incombe la responsabilité de gérer les exploitations de charbon de la région. DANS L’INTERET EXCLUSIF DE LA NATION ». 200 000 mineurs vont ici , gagner la bataille du charbon », déterminante pour le relèvement économique du pays. La productivité devient une compétition entre sièges.

On y verra des drapeaux flotter sur les chevalements et des champions de l’abattage recevoir des « trophées » : vélos, cochons. Immense mérite, sachant la pénibilité de ce travail, alors que le rationnement alimentaire est toujours en vigueur.

1950 Il faut moderniser

L’élan a été redonné, mais l’outil de production accuse son âge et son retard. La crise financière des années 30 n’avait pas permis aux compagnies d’investir. Le Commissariat au plan met en place un programme de 20 ans pour rendre la Bassin plus compétitif. On va diminuer (114 à 40) le nombre des puits tout en maintenant la production (29 millions de tonnes), avec 97. 000 mineurs de fond contre 135.000. Leur rendement, de 1947 à 1952, est passé de 860 à 1228 kgs par jour.

La voix du nord 22 Déc 1990.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |