histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in bas des marches du lycée (06/07/2018)
  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
mines d'Anzin, sépulture de la Fosse du pavé
par PAILLART André le, 03/10/2007  

Sépulture de la fosse "du pavé" aux ateliers centraux des mines d'Anzin

Dans une précédente histoire intitulée "Sépultures de nos puits de mines", en date du 14/06 dernier, j'ai évoqué comment on pouvait reconnaître l'emplacement exact des anciens puits de mines sur les friches minières reconverties.
En effet, depuis plusieurs années, les Charbonnages de France visitent les anciens carreaux des mines du Nord et du Pas de Calais afin de repérer les anciens puits d'extraction remblayés à l'arrêt de l'exploitation houillère, de vérifier leur comblement et leurs conditions de sécurité optimum afin de reverser ce domaine public aux municipalités.
Ces dalles et plaques d'identification, facilitent aux experts délégués sur le terrain, un repérage rapide de ces anciennes excavations.
J'ai découvert cette semaine, sur le site des anciens ateliers centraux des houillères de la compagnie des mines d'Anzin, "la sépulture" d'un puits qui est un des plus anciens, si ce n'est le plus ancien de toute l'histoire de notre bassin minier...
Il s'agit de la fosse 'du Pavé' creusée en 1735 à Anzin, dont le puits fût remblayé en 1760.
En atteste, la plaque de laiton posée par les Charbonnages de France en 2004 sur la dalle de béton matérialisant le repérage de cet ancien puits ,situé à proximité du porche d'entrée des ateliers centraux, rue Jean Jaurès à Anzin.
C'est Pierre Mathieu, un technicien géologue belge, qui entreprit le forage de ce puits en 1735, qui allait révéler la découverte du charbon gras sur une veine à la verticale.
Pierre Mathieu qui deviendra aprés cette découverte, actionnaire des mines d'Anzin, avait percé pour la première fois, une veine de charbon maigre de quatre pieds d'épaisseur au fond du tout premier puits creusé dans le nord de la France.
Ce fût le 3 Février 1720 dans la pature de Jeanne Collard à Fresnes sur Escaut.
La fosse 'du Pavé' à Anzin, fût donc la première mine d'exploitation du charbon gras, minerai tant convoité pour ses pouvoirs caloriques, sur la liste des 35 fosses qui furent ouvertes à Anzin répertoriées sur l'inventaire de la compagnie en 1756.

Je vous fais partager quelques photos que j'ai prises cet après midi:
Photo 1: L'emplacement du puits de la fosse 'du Pavé' matérialisé par la dalle de béton et sa plaque en laiton gravée.
Photo 2 : La plaque d'identification en laiton du puits de la fosse 'du Pavé' sud, posée en 2004 par les Charbonnages de France.
Date de forage: 1735. Date de remblai: 1760.
Photo 3 : Le porche d'entrée des anciens ateliers centraux des mines d'Anzin dont la construction date de 1846.
Photo 4 : Les anciens ateliers centraux de la compagnie des mines d'Anzin également construits en 1846, qui étaient attachés à la fabrication et à la réparation des matériels d'exploitation des Houillères de ce secteur jusque dans les années 80.
Ces batiments ainsi que le porche d'entrée, sont inscrits à l'inventaire des monuments du patrimoine français.

par grande gernoule le, 04/10/2007

Bonjour,
Merci pour ces photos et cet article sur le pavé. Grâce à cette histoire je viens d'apprendre pourquoi on disait "je passe par le pavé d'Anzin" lorsque l'on se dirigeait vers cette endroit d'autant plus qu'à cette époque les avenues étaient encore pavées. Dans ma jeunesse on se souciait peu de l'origine des expressions sauf peut-être si l'on était directement concerné et encore.

par autrot le, 06/10/2007

Quelques précisions au sujet de cette fosse du Pavé à Anzin qui se trouvait à quelques dizaines de mètres de l'endroit où j'ai travaillé pendant une dizaine d'années.
C'est à 75 m environ que l'on a découvert le charbon dans cette célèbre fosse. C'était une veine presque verticale d'une épaisseur de 12 paumes que l'on avait dénommé "la Grande Droiteuse" . Pour pouvoir exploiter dans de meilleures conditions on avait creusé un second puits qui servait à l'évacuation des eaux et à l'aérage. Les deux puits avaient alors été mis en communication pour assécher le premier.

A dix toises de la surface, il fut creusé un acqueduc souterrain appelé "la Riviérette" puis ensuite "le Canal" qui servait à l'évacuation des eaux vers l'Escaut.Les techniques rudimentaires de l'époque obligèrent à approfondir à l'aide de puits intérieurs, les bures, pour exploiter la veine en profondeur. Mais celle ci s'appauvrit très vite, ce qui obligea à l'abandonner. L'exploitation se tourna alors vers deux petites veines de 4 paumes chacune(0,44m) en creusant une galerie orientée du Nord au sud et en assurant l'exploitation par plusieurs bures (puits intérieurs) successifs. Poussant encore la galerie, on découvrit une veine de 6 paumes (0,66m) appelée Maugretout, que l'on exploita par 6 puits intérieurs. Malgré différents travaux d'appauvrissement, qui furent poussés jusqu'à 182 m, les faibles ressources de la Fosse Du Pavé amenèrent la fermeture du premier puits en 1750 et le second en 1760.

Pour l'anecdote:
Vers 1965, suite à l'affaissement important du batiment que nous occupions et qui avait été construit du temps de l'ancienne Compagnie des Mines d'Anzin, batiment qui se trouvait à coté de l'eemplacement de la Fosse du Pavé, d'importants travaux de consolidations furent entrepris. Il s'agissait d'injecter du béton sous pression en grande quantité.¨Pour la mise en oeuvre, un mur qui se trouvait dans les caves fut abattu et au grand étonnement de tout le monde une sorte de galerie en plan incliné et comportant un escalier de briques fut découverte. Autant que je puisse me souvenir elle était en parfait état et nous fûmes plusieurs à y descendre quelques mètres . D'après sa direction elle devait certainement rejoindre le canal de l'Escaut qui se trouve à environ 200 mètres. Mais à quoi avait -elle bien pu servir personne n'avait pu le dire exactement à cette époque.


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |