histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
ravanceur de berlines
par Poquet Daniel le, 05/10/2007  

à Bruay le mot ravancer etait utilisé pour les ravanceurs d’estacade ( le scrapeur )
pour l’avoir fait je ravançais les berlines au point de chargement mais ce n’était pas le mot qui convient, nous étions des rouleurs c’etait notre fonction , de 14 a 16 ans , j’ai même roulé en peloton : prendre la berline chargée la rouler 50 mètres ensuite prise en charge par un autre rouleur et ainsi de suite jusque 5 a 6 rouleurs ,le retour se faisait avec une berline vide, celà pendant 8 heures à un rythme infernal pour des gamins

et quand la berline déraillait il fallait te débrouiller seul , le porion te donner un coup de main , quand la berline était sur rail volontairement il la déraillait de nouveau en disant t’as vu comment j’ai fait, fais la même chose (le salaud)
ne pas oublier qu'une berline pèse chargée 600 kilos

à 16 à 18 ans si tu étais costaud ton statut changeait tu étais un travailleur de force, traîner des bois avec une corde quelque fois à genoux ou à plat ventre
ensuite c’était le soutènement métallique, une allonge articulée pèse 50 kgs l’étançon autant et même plus

aujourd’hui est ce que l’ont mettrait ses enfants à la mine dans des conditions pareilles, je ne crois pas pourtant celà continu à l'étranger , ce n'est pas de la nostalgie mais il faut le dire

par kiki le, 05/10/2007

Bonjour à toutes et à tous, chapeau bas Daniel, mon père n'a jamais voulu que je travaille à la mine et celà je l'ai déjà dit et je le répète et je le répèterais sans cesse, surtout lorsque je le voyais rentrer chez nous, il mangeait et allait se reposer tant la fatigue pesait.
Il était toujours du matin et le lendemain de bonne heure il repartait semaine après semaine, pour en venir à vous dire aussi que les jeunes ne le feraient pas ce travail harassant vous pouvez me croire.
Je termine ces quelques lignes en disant hommage aux anciens et à tous ceux qui ne sont plus parmi nous.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |