histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  la plus pitite mason des houilleres (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
au jour aussi, le charbon tuait
par kiki le, 06/10/2007  

Au jour aussi, le charbon tuait

De tout temps et même sous l’occupant, les grèves de mineurs retentirent fortement sur la vie et l’opinion publique. En mars 1963, pourtant, un mouvement va étonner le pays par son ampleur et son contexte : voilà qu’après avoir adulé le mineur, qui a relevé la France, on commence à lui faire entendre qu’on aura de moins en moins besoin de lui ! il ne comprend pas ce retournement que lui infligent des lois économiques nouvelles. Le mouvement est dur et long, et l’inconcevable arrive : des mineurs n’ont plus de quoi se chauffer alors que le rude hiver se prolonge.

A Libercourt, depuis quelques temps, des pelleteuses prennent le terril de la fosse 5 pour en faire l’assise de la future autoroute Lille-Dunkerque. Au fur et à mesure du creusement, des couches anciennes apparaissent, qui contiennent encore pas mal de charbon. En principe, cela est interdit mais, vue la crise, on ferme les yeux et de nombreuses familles grévistes en sont réduites à pratiquer le grapillage appris pendant la guerre, pour ramener à la maison quelques sceaux d’anthracite, destiné à la cuisinière ou au feu « flamand ».

Le 3 avril 1963, ils sont une douzaine sur une couche fraîchement découverte. Certains, pour être les premiers à se servir, n’hésitent pas à escalader haut, malgré les coups d’avertisseurs des conducteurs des engins. A 17h, avertissement : un premier glissement ensevelit un homme à mi-jambes mais on le tire de là rapidement. Dix minutes plus tard, une « avalanche noire », de plusieurs milliers de mètres cubes dévale sans prévenir et recouvre, les écrasant, une femme de 66 ans et un garçon de 13 ans à qui ses parents avaient interdit d’être là. Travaillant sous le danger direct, les sauveteurs, des mineurs qui connaissent les traîtrises du schiste, les dégagent mais il est trop tard pour eux. En revanche, un jeune mineur de 18 ans, de la Cité du bois tout proche, aura plus de chance.

La voix du nord 22 Dec 1990.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |