histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la chaleur au fond de la mine
par PAILLART André le, 27/10/2007  

"La température des terrains à - 1000 m atteint environ quarante et un degrés.
Ces terrains qui émettent de la chaleur réchauffent donc l'air en circulation au fond.
A cette chaleur naturelle s'ajoutent encore celle créée par les locos diésel, les moteurs électriques, les frottements des tapis sur les rouleaux, les produits transportés sur les convoyeurs, etc...
C'est pour cela d'ailleurs, et les mineurs le constatent journellement, qu'il fait plus chaud dans les galeries en retour d'air que dans celles en entrée d'air.
Dans les chantiers en creusement, donc en aérage secondaire, la chaleur peut atteindre parfois trente-quatre degrés
Le travail des hommes, on le conçoit y devient alors beaucoup plus difficile.

Pour combattre la chaleur, en particulier dans les chantiers en creusement, l'Unité de Production de Lens vient de mettre en service une station de réfrigération. Le Vc 23 de la veine B, à l'ouest du champ sud du 4 de Lens, est le premier chantier à en être équipé.
Si le froid, tout relatif d'ailleurs, ne peut parvenir jusqu'au chantier en creusement, on le fabrique sur place.
L'appareillage de refroidissement se compose de trois éléments:
Un échangeur thermique adapté sur la ligne de ventube, une station de réfrigération située 650 m en amont, et un poste réfrigérant qui se situe 1000 m plus loin, au pied du puits 5.
On utilise l'eau comme refroidisseur. Cette eau, mue par des pompes, circule entre ces trois appareils dans deux colonnes parallèles: un circuit d'eau froide à l'aller, un circuit d'eau chaude au retour.
C'est l'inverse du chauffage central, la chaudière étant remplacée par un réfrigérateur.

Les six degrés gagnés aujourd'hui à front du chantier sont appréciables. Il est plus facile de travailler à la température de vingt-huit degrés qu'à celle de trente quatre.
Ce progrés réalisé dans l'amélioration des conditions de travail ne sera sûrement limité à ce genre de chantier.
Dès que la technique sera maîtrisée, d'autres installations pourront être mises en service."

Sources:Relais N°86 octobre 1976


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |