histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Alexandre Derousseaux
par TIOT RITAL le, 05/01/2008  

Alexante DEROUSSEAUX pére dé l'Canchon Dormoire dite "P'tit Quinquin"

El 1er juin 1820 à 11 h du matin , à Lille , au 120 dé l'Rue St Sauveu,au 1er étache, pa d'zeur eine tiote épicerie , Cath'rine Vandervinck , 36 ans, sin ouvrache, mariée à François Joseph Derousseaux 46 ans, pass'mintier, alle met au monne un garchon , Alexante Joachim .In ç'timps là , St Sauveur ch'est ein quartier misérape, ein labirinte d'courées, d'rues étrotes aveuc des cafes humites, duss qué ress' les overriers . Ch'est là qu'Alexante i va passer s'n'infance, in apernant l'durte vie ,in preume à s'batte cont' les gamins d'z'aut' quartiers seurtôt ceusses ed Wazemmes.
Mais l'tiot Alecsante i va vife din ein monne d'musique et d'lifes. S'pére violoneu i l'immène din les bals d'quartier pis tard i va l'inscrira au solféche du Conservatoire d'Lille. A 6 ans (ouais 6 ans !) i ouéve chez l'tisserand Wilmot, amateu d'lifes et d'canchons, qui l'incourache à canter et li apprind à à canter et seurtôt eine milette à lire pasqué in ch'temps là, i'a pon d'école.

A la mort dé s'patron, Alexante i d'vient aclopin (apprenti ) din eine imprim'rie, pis chez ein tulliste et infin chez l'tailleu, Henri Bunel, cor ein passionné d'lecture et d'musique. Saprée chance ! S'patron qui cante des airs d'opéra et jue des tirates classiques ed'vant ses overriers . I'imm'nra un cop Alecsante au téâte et du cop i c'minche à composer d'tiotes mélodies. S'patron i fait connaite à Alexante un auteu populaire du siéque dernier, François Cottigny dit "Brule-Maison", mercier ,qui passot ses dimanches à vinte ses canchons picartes. Assisté pa s'patron, Alexante i'apprint à lire din les pasquilles d'Brule-Mason pis pu tard, pou miu apprinte, i va suire les cours les cours gratuits du conservatoire municipal. I laisse kéir ses comarates pou passer s'rare timps lipe à désivorer les lifes dé s'patron : filosofie, classiques, grands écriveus.
A foque 15 ans(!), Alexante i'écrit ses prémières canchons d'carnéval ,in frinçais pis aprés in picard, qu'i cante li-menme din les rues, estaminets ,sorties d'fabrique ("Clistorelle" ,"Marcands d'canchons" , "Mon p'tit amant" etc). A 17 ans, i archot s'livret d'artisan qui moute commint i'étot: 1m60 ,yux gris bleu, caveux chatain , nez moïen, rond minton. Chu qui n'est pon marqué ch'est s'malice, s'grante cordialité ! A 18 ans i publie s'prémier réqueul pou ses comarates d'ouvrache. In 1840 ch'est l'prémier succés aveuc s'canchon "Spectacle gratis". Cha raconte el misére d'un jonne coupe qui veut daller à eine séance ed théâte gratuit mais i'a bin treup d''monne, i verra arrien . In 1841 i part soldat pou 7 ans au 46 iéme régimint d'infant'rie à Caen, comme musicien-instrumintisse ; ainsin i apprind à juer dé l'clarinette. In 1843 i pierd sin pére. I s'marie in 1846 et finit sin service militaire in 1848 ! I artreuve s'mére malate qui resse à l'débout dé l'cour Jeannette à vaques qui donne su l'76 Rue St Sauveur . El même année ,i réunit un récueul dé chu qu'i'a d'jà écrit. Ch'est l'succés ! Cha li ouve ein ouvrache au Mont d'Piété pis après à l'Mairie d'Lille. I pourrot vife aveuc es pleume mais i preufére rester monter les grates, un à un. 1 finira Directeu d'l'Octroi .
Dérousseaux i compose des canchons in picard qui aront plein d'succés pasqu'alles sont gaies, parl'te dé l'vie à Lille, des z'overriers et tiotes gins comme li : les dimanches à l'guinguette, l'nuit d'touque (folie) dé l'brad'rie aveuc ses greusses farces,dé l'fête des dintéliéres,d'l'espectaque des marionnettes din l'sintimint d'toubac et l'tintin des cris des gins etc . In l'ermeude din plein d'concerts pou ram' des doupes aus pauffes ! In 1853 ,i vot l'misére d'eine jonne dintélière qui n'arrive pon à faire taire es n'infant qui braie gramint.Adés, Dérousseau i'écrit eine berceusse "banale" qu'i dira , "La canchon dormoire". Ch'est l'esplosion ! Partout duss qu'i va ,i dot l'canter ! I'accepte à condission d'printe din ses bras eine poupée obin quéque cosse qui li arsanne ,eine botelle intourée d'eine loque ! El canchon alle va faire el tour du monne !
In 1861, Dérousseaux i va archévoir des mains du Baron Anatole de Melun eine médalle dé l'Société des Sciïnces, d'l'Agriculture et des Arts. Ch’menheer li dira qu’ch’est des tecstes foque bons pou l’z’overrierses:

In 1856 ,à 36 ans i s'marie aveuc Marie-Augustine Bracke.
L'réussite n'l'impêche pon d'continuer à écrire et d'composer . Ainsin i'ara à s'compte 350 canchons ! D'no jours in cante cor "L'habit d'grand'père " ! Epis i sort, inter 1851 et 1870 , 5 tomes des "Chansons et pasquilles lilloises ", es n'euve majeure, pi in 1861 , 2 récueils "Mes étrennes" et in 1885 " Mes passe-temps". In 1888/1890, i sort eine oeuve armarquape : "Moeurs populaires de la Flandre", in 2 tomes,duss qu'in artreuve l'plus greus dé l'littérature orale du Nord : dictons, proverpes, contines etc Et cha, sin quitter s'n'ouvrache à l'ville d'Lille. I warde s'simplicité, cache mie dév'nir borgeos : i busie rester "imbassadeu" dé l'classe overriére ! Chu qui rind cor pu populaire tell'mint qu'in 1884 i archot el légion d'Honneu armise pa l'Général Faidherbe. Cor miux !In 1888, aus z'élecsions municipales,sin qu'i l'ermeude, s'nom i'est marqué su eine liste ! Foque un tiot avantache dé s'montée in grate, s'n'appartémint rue Esquermoise.

Aujord'hui,d'z'intellectuels,binn à l'coïette din leu ouvrache d'culs à laine ,arproch'te à Dérousseaux d'êt' ein écrivin presque treup parfait, à l'frase élégante mais sin seurprise , d'avoér eine gaité eine milette forchée, d'moutrer ein monne étriqué, sin grandeu. Ch'est p'têt' vrai mais i z'obli'te ed vir qu'Dérousseaux i'a vi ,dzou Louis XVIII, Charles X, Louis Philippe, l'République II ,l'terripe condition overriére épautrée (écrasée)pa l'frousse des donneus d'ouvrache ! In ç'timps là, pou l'z'overriers , mie plache au rêve,i folot treuver à mier in ouvrant pusse ed 12 h pa jour ! Ravisez ses contimporains Hugo,Balzac, Bizet et Cie, i déquintent pon d'overrier ! Pou eusses,écrire ,composer ch'tot quain même pu facile !

S'vie alle finit el 23 novimpe 1892. Su l'quémin qui l'imméne au cim'tiére ed l'Est, eine flopée d'gins cante el " Tiot Quinquin" . El mason natale d'Dérousseaux alle abritot el mairie dé l'commune lipe ed St Sauveur et su s'fassade in avot mis des plaques in s'n'honneu. Aujord'hui ? Arrien d'tout cha ! El quartier St Sauveur du temps d'Alexante i'a été brisié,rasé et arcovert ed bâtimints modernes ! Pou s'ramintuver ed Dérousseaux, i'a foque l'monumint du P'tit Quinquin, fait in 1902 pa Eugéne Despléchin, in bordure dé l'rue Nationale à Lille. Mais l'tiot gardin qui intoure l'estatue i porte mie s'nom ni ch'ti dé s'canchon mais ch'ti ..d'Foch, el maréchal ! Quelle injustice !

Et quaind in busie qu'pindint 1ére guerre mondiale, in Allemane ,din les camps d'prisonniers frinçais, in cantot l'Tiot Quinquin pasqué l'Marseillaisse alle tot interdite, in mésure bin l'ingratitute d'nos gins politiques ! Seurtôt d'no mayeurs et mayeresse lillos qui s'dis'te pou les overriers !

Pseudo Tiot Rital ....Estrait dé s'life "Poêtes ! Poêtes ! "


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |