histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
transferts de main-d'oeuvre à l'est du Bassin
par Autrot le, 12/01/2008  

Transferts de main-d'oeuvre à L' EST du Bassin dans les années 1950

L’exploitation du Bassin minier, depuis l’époque des pionniers au XVIIIe siècle, occasionna régulièrement des transferts de main-d’œuvre, et donc de populations entières, de la frontière belge à la région d’Auchel-Bruay, au gré des créations ou fermetures de fosses, des destinées souvent contraires des différents secteurs miniers. En 1947, on compte 109 sièges d’extraction, il n’en reste plus que 65 en 1959. Comme le montre l’avis édité dans << Lampe au chapeau >>, en avril 1953, les groupes de Valenciennes et Douai recherchent du personnel alors que ceux de l’Ouest avaient suspendu l’embauchage.

(Spécial Relais le Bassin minier N.P.D.C. 1946-1990)

C’est par ce biais là que mes parents et leurs enfants ont quitté Bruay à contre coeur en avril 1954 pour s’installer définitivement à Vieux-Condé dans la région de Valenciennes. De toutes manières, ils n’avaient pas beaucoup le choix : leur maison était dans un état pitoyable suite aux affaissements miniers mais on ne faisait plus de travaux…. car la Direction prétextait que le coron allait être abattu sous peu ; à Vieux-Condé par contre on leur réservait un logement tout neuf avec trois chambres et, luxe suprême pour l’époque, une salle d’eau avec baignoire. Leur fils voulait travailler aux Mines….mais à Bruay on n’embaucherait plus (ce qui s’est avéré faux car l’embauchage a repris par la suite). De même que le coron n’a pas été abattu mais en plus a été complètement rénové plusieurs dizaines d’années après. Bref tout était fait à l’époque pour inciter les familles à déménager à L’Est du Bassin. C’est ainsi qu’après avoir travaillé 29 ans au fond au 6 d’Haillicourt mon père a atterri en avril 1954 au siège LEDOUX pour y terminer sa carrière et qu’à la même époque j’ai commencé la mienne pour la terminer 35 ans plus tard mais dans les services administratifs.

Ci-joint : 1) Avis apposé dans les Fosses d'Auchel, Bruay et Béthune
2) Familles visitant des cités en cours de construction


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |