histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les barrières en ciment de la cité Maroc à Grenay
par dubois monique le, 18/01/2008  

Ces barrières qui bordaient les corons avaient une vie propre et on peut même dire "sociale" car elles jouaient un grand rôle dans les relations entre voisins: les enfants s'y donnaient rendez-vous pour partir jouer ensemble au château d'eau: " in s'vot al barrière ed' Colette après avoir mingé !";
ils s'y perchaient , s'y "muchaient" , y dessinaient avec des craies chipées à l'école, passaient par-dessus pour éviter de faire le tour du coron...
et les femmes y palabraient parfois quand les maris étaient au travail ; les groupes étaient plus étoffés en soirée quand les hommes étaient là....

Ces barriéres ont entendu les événements de l'époque , les faits divers des cités minières, elles ont refait le monde ... elles ont frémi en entendant les petites misères des uns et des autres , se sont exaltées lors des grèves de 63 ...
L'été , il n'était pas rare de voir ces grappes humaines "ventousées" sur une barrière et ceci dans chaque coron de la cité Maroc ; Parfois , la station debout devenait pénible et les causeurs se transportaient sur le seuil de la maison la plus proche ; certains s'y asseyaient, d'autres se mettaient "à crou crou" contre le mur et on sortait des chaises pour les autres .... et l'on causait , l'on causait .. parfois jusqu'à la nuit tombante!
dans ces cas là , il était rare que l'on pénétre à l'intérieur de ces maisons, le seuil de pierre n'était pas souvent franchi .

Puis elles ont été abattues , il est vrai que certaines tombaient en ruines et devenaient dangereuses car elles laissaient voir leur armature de ferraille... elles n'ont pas été remplacées et c'est un pan de vie qui est parti avec elles !

photo 1 : 727 cité Maroc les barrières des corons
photo 2 : Grenay : un autre type de barrière en ciment (1948)


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |