histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
sauvé par ses tartines
par kiki le, 20/01/2008  

Stéphan Szczepanski

Ce vendredi là, Anna Szczepanski n’a pas entendu sonner son réveil. C’est donc à jeun, en pestant un peu que son mari Stéphan s’est rendu à la fosse, au 3 de Lens à Liévin. Quand il est arrivé au fond à moins 710 m dans le chantier des Six sillons il était un peu plus de 6 h du matin. Il a décidé de d’abord casser la croûte.

C’est sous une encoignure qu’ils se sont assis un collègue et lui. Ils ont sorti les tartines.

Quelques minutes après tout explosait. Stéphan Szczephanski n’a rien vu, a juste entendu l’énorme déflagration. Seize ans après, ce rescapé de la plus importante catastrophe minière de l’après-guerre se souvient seulement des cris de son collègue hurlant qu’il y avait eu un coup de grisou, qu’il fallait se sauver, vite.

Il n’a pas pu bouger, cloué au sol par un fémur qui avait volé en éclat. Ils furent, son collègue et lui, les premiers à être secourus. Il y eut cinq rescapés et 42 morts.

« Une chance comme celle là on n’en a pas deux dans sa vie ». Stéphan Szczepanski n’est jamais redescendu au fond. Il n’a jamais repris son travail. Après 18 mois d’hospitalisation et de convalescence il optait, à 44 ans, pour la retraite. Il est vrai qu’il avait déjà 31 ans de fond. « il ne fallait plus lui parler de la mine » dit sa femme.

« Aujourd’hui je ne pense plus à la catastrophe ». Il est même difficile de la lui faire évoquer ce matin là. Il est vrai qu’il a tellement été sollicité… « On me regardait comme une bête curieuse plutôt que comme un miraculé. Je ne voulais pas sortir au début. Il fallait toujours raconter les mêmes choses ».

Stéphan Szczepanski a été grièvement brûlé au visage, aux mains. Il a eu le coude broyé, le fémur multi-fracturé. « Et puis il y a les tatouages … ». Ces multiples incrustations de charbon logé si profondément sous la peau, qu’on n’a jamais pu les extraite. Tout le côté gauche de son visage lui rappelle, dès que son regard croise un miroir ou celui d’un passant intrigué, qu’un vendredi de décembre la terre a failli se refermer sur lui.

Voix du Nord 22 Déc 1990


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |