histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  au chant de l alouette fin (16/02/2019)
  au chant de l alouette 2 (16/02/2019)
  au chant de l alouette (16/02/2019)
  branque d' thym (10/02/2019)
  ch' torchon calendrier (09/02/2019)
  au coin del rue sur google maps (09/02/2019)
  dins ma rue sur google maps (09/02/2019)
  notre patois (09/02/2019)
  Du PATOIS ou du CHTI ? (06/02/2019)
  l' aprés midi dins ché commerces (03/02/2019)
  qu au matin dins ché commerces (03/02/2019)
  Mardi gras fais des crêpes (ou ben des gauffes) (01/02/2019)
  les chaussons aux pommes (26/01/2019)
  du qu' t as été en vagances ? (26/01/2019)
  ch'est comme aux ouatéres.... y a pu d' papier... (26/01/2019)
  Rondeau (21/01/2019)
  l arrivée des italiennes .... (19/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 2 (16/01/2019)
  L’ cuisinière à carbon (Hommache postume) 1 (15/01/2019)
  Bruay, aujourd hui et demain (13/01/2019)
  Bruay, la réaction face aux grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, l'arrivée des grands magasins (13/01/2019)
  Bruay, sa géographie (13/01/2019)
  Bruay, sa géologie (13/01/2019)
  la Renault 12 (06/01/2019)
  Les étrennaches 2ième partie : chés sous (06/01/2019)
  ch' ruau (05/01/2019)
  Al boéte ed Noë 2e partie (04/01/2019)
  Les étrennaches 1ère partie : chés gins (01/01/2019)
  ch' vieux nounours ... (01/01/2019)
  Le catéchisme avec l’abbé Grard rue de Ranchicourt (29/12/2018)
  in l appelo poudingue al' mason (23/12/2018)
  la Noël (22/12/2018)
  cha vous fait pas ''drole'' (22/12/2018)
  Sapin et crêche de Noël (19/12/2018)
  Al boéte ed noë (19/12/2018)
  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Drit79 ( 08/02/2019)
Mon dernier écrit ic...
 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Catastrophe de Courrières, résumé (9)
par bourdonb le, 26/03/2008  

Quand, le 20 mars, soit 10 jours après la catastrophe, des pas se font entendre. Qui arrive ? N'ayant plus d'huile pour alimenter les lampes, ils vivent dans le noir absolu. L'homme s'annonce : c'est Nény, arrivé on ne sait comment. Une grande déception. Nény connaîtrait un endroit où trouver de l'huile, et en profite pour conduire le groupe vers le jeune Martin. De l'huile, on n'en trouve pas. Le groupe récupère Martin.

Les dix hommes se retrouvent dans le cul de sac. La situation est intolérable : le cadavre du cheval empuantit l'atmosphère.
Après avoir empli au maximum leurs musettes d'une viande dégoulinante, ils quittent les lieux, errent dans la mine. Combien de temps ? Toujours est-il qu'ils se retrouvent un jour à l'accrochage 303.
D'instinct, plusieurs frappent sur des tuyaux. D'un étage supérieur, on leur répond. Ils songent à des sauveteurs. En fait, ce sont Wattiez et ses deux compagnons qui étaient arrivés à l'accrochage 231 deux jours après la catastrophe, endroit qu'ils n'avaient jamais quitté.

Le groupe Pruvost décide de gagner la bowette 280 vers laquelle Wattiez et ses deux compagnons se dirigent également. Les deux groupes se rapprochent.
- Qui êtes-vous ?
- C'est nous !
- Qui vous ?
Deux hommes se reconnaissent à leur voix. - Papa !
- Min garchon !

A 280 m sous terre, là où 15 jours plus tôt les sauveteurs étaient venus, le père Pruvost retrouve son fils Anselme. Tous deux s'agenouillent, s'embrassent, s'étreignent. Les larmes coulent ... Dans l'obscurité totale, un grand moment d'émotion.
Ces retrouvailles renforcent le moral des 13 survivants. Ils réalisent qu'ils ne peuvent trouver le salut par la fosse 3 de Méricourt. Wattiez connaît l'existence d'une voie passant sous le territoire de Fouquières-lez-Lens, voie qui peut les conduire à la fosse 2 de Billy-Montigny.

Le père Pruvost rassemble ses souvenirs. Il conduit le groupe vers cette voie. Puis Wattiez prend le relais.
Après avoir parcouru des kilomètres dans l'obscurité la plus complète, se frayant au départ un passage à travers les éboulis, marchant à tâtons, trébuchant, montant, descendant, ils arrivent le 30 mars, après des péripéties sans nombre, à l'accrochage 306 de la fosse 2 de Billy-Montigny. A la grande stupéfaction d'un garde d'écurie !

Une voix lance
- Nous sommes des rescapés ! L'alerte est donnée.

Après 20 jours et 20 nuits d'angoisses et de souffrances indescriptibles, BOURSIER Léon (19 ans), CASTEL Louis (22 ans), COUPLET Honoré (20 ans), DANGLOT César (27 ans), DUBOIS Albert (17 ans), LEFEBVRE Elie (38 ans), MARTIN Victor (14 ans), NENY Henri (39 ans), NOIRET Romain (33 ans), PRUVOST Charles (40 ans), PRUVOST Anselme (15 ans), VANOUDENHOVE Léon (18 ans), WATTIEZ Henri (27 ans 1/2), sortent vivants des entrailles de la terre par le puits no 2 de BILLY-MONTIGNY.

13 rescapés ? Non, 14. Car le mercredi matin, 4 avril, BERTON Auguste remontait vivant de la fosse 4 de SALLAUMINES. Lui aussi eut à lutter contre la faim, la soif et le froid. Il avait établi son quartier général dans une bowette d'où il rayonnait, se rendant régulièrement aux accrochages des puits 4 et 11. Il mangea les briquets de ses camarades morts, but l'eau de suintement des parois des bowettes, dépouilla les cadavres de leurs vêtements dont il se servit comme matelas et couvertures. Sauvé, il avait l'impression qu'une dizaine de jours seulement s'étaient écoulés depuis la catastrophe.

Suivant un compte rendu de l'ingénieur Heurteau, la liste des victimes comprend 1 056 Français et 43 Belges, soit au total : 1 099 victimes.


Catastrophe de Courrières, résumé (10)


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |