histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L'pain d'alouette
par guydech'bos le, 18/05/2008  

PARLACHES
L’ pain d’alouette , un dessert , á deguster au r’ tour d’ches camps, ou de l’ fosse

Il est des légendes qui ont la vie dure… tant que les parents prennent la peine de les raconter aux enfants. Dès que la transmission orale s’éteint, la tradition n’est pas loin de disparaître ou d’aller végéter sous une appellation déformée tout à fait différente de la réalité. C’est ce qui risque d’arriver avec le mythe du pain d’alouette (ou actuellement avec le mot Chti !) que l’on commence… à manger (ou à boire !) à toutes les sauces !
Tous ceux qui ont connu l’ère du charbon de près, et qui ont vécu à l’ombre des terrils, racontent la même délicieuse histoire. Le papa mineur remontait, dans sa musette, du fond de la fosse quelques morceaux de pain qu’il avait mis de côté précieusement au moment du briquet. À son retour, à la maison, ces restes constituaient pour les enfants un mystérieux dessert… le pain d’alouette.

Presque tous les poètes de la mine l’ont chanté. «… L’pain d’alouette, faut que j’ vous dise, ch’étot eun’ tartine arséquée qu’avot un tiot goût d’pain d’épices qu’ min père i prél’vot d’sin briquet…. Maint’nant qu’ches années i ont passé, j’m’in rinds compte miux qu' personne, que ch’ bout d’pain, bin souvint armonté, a fait d’mi, Papa …un homme » (Jean Ceenaeme). Écoutons Augustin Wauquier, mineur de la fosse 5 de Courrières : «… Mi, je m’ jètos d’sus, même si j’avos dîné… Pour ch' pain-là, j’vous assure, mi j’avos toudis faim. Et ch’est pour cha qu’min père, qui, li, i l’savot bin, s’rot privé d’ses tartines pour dire ed’ n’in ram’ner pour ch’tiot qu’j’étos alors, et qui avot b’soin d’pousser. » Edmond Tanière, notre chanteur régional trop tôt disparu, l’a chanté sur un texte de Marceau Dégallaix de Rouvroy : « … Chacun mingeot sin morcieau d’pain in y trouvant un meilleux goût qu’à eun' bonne brioche aux rogins, et de ch' pain-là in n’n’étot fou ! Je m' rappelle qu’i étot rassis, qu’i sintot l’sueur et l’ carbon. Mais, ch’ qui nous faisot tout nou plaisi, ch’est… qu’in savot qu’i v’not du fond ».
Pourtant, l’alouette ne figure pas dans le bestiaire de la mine, parmi les souris du fond ou le cheval. Pourquoi ce dessert des enfants est-il appelé « pain d’alouette » ? L’explication est historique : il s’agit tout simplement d’un transfert de vocabulaire de la campagne au monde de la mine. Quand le charbon est découvert dans notre région, en 1720 à Fresnes-sur-Escaut dans le Nord, ou en 1841 à Oignies dans le Pas-de-Calais, les compagnies minières ont besoin d’une importante main-d’oeuvre, et embauchent en masse des paysans de la région qui viennent gagner quelques sous de plus et occuper un logement dans les corons.
Ils avaient l’habitude de ramener des champs le pain rassis qu’ils n’avaient pas eu le temps de manger et racontaient aux enfants cette merveilleuse légende qui disait que les alouettes avaient confectionné ce pain à leur intention. « Les soirs que m' tante rintrot d’ches caimps (champs) , j’allos farfouiller dins s’musette pour vir si j’aros treuvé d’dins eun' neuche ou deux d’pain d’alouette… Chelle tarteine ch’étot un cantieau sec et dur à s’brijer l’ mâchoire. Mais je l’ mingeos miux qu’du gâtieau : i m’estoquot, i m' fallot boire… » C’est le délicieux poète du Douaisis Théophile Denis, dans ses Tableaux Rustiques, qui témoigne ainsi en 1906, de l’origine rurale de cette légende.
« In a freumé ches fosses et rasé ches terrils, ches chevalets sont queus, ches gal’ries rinfouies, rimblaïées ches bowettes : adiu ches molettes ! Ches gosses n’ sauront pus l’ goût du pain d’alouette. »
• GUY DUBOIS
L’association « Mémoire du Fond » de Liévin organise le 14 Juin « el' route du carbon », une journée-souvenir en car dans le Pas de Calais, sur les pas des mineurs. Rens. : 03 21 45 61 36.



par annie62110 le, 18/05/2008

mi je n'ai mingé du pain d'alouette et j'peux pas oublier, quand papa i l'sortot de s'malette et qui dépliot s'serviette ed tape dù qui avot ch'précieux pain in attindot
comme l'musette à papa i sintot l'fosse i avot un gout qu'in peut pas décrire, core aujourd'hui je m'rappelle ed l'odeur, pour nous chés zinfants d'mineur ch'étot eune vraie friandise
mais allez expliquer cha ach't'heure in pass'rot pour des fous et pourtant ch'est un d'mes meilleux souv'nirs !!!


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |