histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in bas des marches du lycée (06/07/2018)
  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
l'brin dins che gardins
par Minloute le, 10/08/2004  

Ah c'est vrai que les légumes du voisin étaient beaux mais à quel prix !
Enfin pas pour lui mais nous !
Souvenez vous de l'odeur qui flottait dans les jardins quand il faisait chaud.
Un jour le voisin a donné des légumes à mon père, quand j'ai su qu'ils venaient du jardin du voisin, je ne voulais pas en manger.
Alors ma mère me dit: pourquoi tu n'en manges pas, tu aimes ça d'habitude.
Je lui ai dit que je ne voulais pas manger des légumes qui sentaient l'brin.
Ma mère a ri puis m'a expliqué qu'elle les avait lavé et tout et tout mais rien à faire je n'en ai pas mangé.

par LouMarcel le, 13/08/2004

Chez moi dans les cabinets il y avait un trou rebouché par une plaque et en dessous il y avait "ch'brin".
Quand le cabinet était plein, ça se voyait par le trou, où l'on s'asseyait, mon père mettait un produit pour que ça ne sente pas trop et deux jours après avec une corde et des seaux il vidait les cabinets. Il vidait les seaux dans le jardin, il en avait pour au moins deux heures.
Mais il fallait voir les légumes que l'on récoltait, je n'ai jamais vu des carottes et des pommes de terre pareilles !
Je les mangeais tout crus, encore aujourd'hui mais les légumes n'ont plus le même goût.
Tout cela pour vous dire que c'étaient des produits naturels.
Les normes européennes n'existaient pas encore.
Mon père ne mettait pas un chapeau, ni une blouse blanche, ni des gants pour vider les cabinets mais c'était déjà BIO.

par André le, 14/08/2004

Le produit que l'on mettait dans les cabinets, c'était du sulfate de fer qu'on achetait à la droguerie, on en mettait un bon kilo. Dans les années 60 j'en ai vendu des centaines de kilos, mais déjà les gens faisaient venir le camion pour vider.
Mon père aussi le mettait dans son jardin, mais pour puiser il utilisait, comme beaucoup de monde à l'époque dans les années 50 et même plus tard, un casque allemand cloué au bout d'un long bâton.
Les restes de la guerre ont servi ! Mais ils ont été vite percés.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |