histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  la plus pitite mason des houilleres (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
L'exploitation d'une mine de charbon
par Autrot le, 30/08/2008  

En décembre 1980, le Service des Relations Publiques de CHARBONNAGES DE FRANCE avait édité et diffusé une plaquette intitulée << L’EXPLOITATION D’UNE MINE DE CHARBON >> en 8 photos accompagnées chacune d’un petit lexique et du schéma en coupe d’une mine.
Pour ceux ou celles qui n’ont jamais connu ce monde souterrain, je pense que ces documents pourraient les aider à mieux comprendre ce que fut le travail des mineurs, tout au moins dans sa version la plus moderne.

""" Exploiter un gisement, c’est dégager le charbon des autres couches géologiques qui l’emprisonnent et le transporter à la surface.
Si l’épaisseur des morts terrains qui recouvrent la couche de charbon est faible, on les enlève et on exploite le gisement à ciel ouvert, comme une carrière. Ces découvertes, exceptionnelles en France (Decazeville pour la houille dans l’Aveyron, et Arjuzanx pour le lignite dans les Landes) fournissent 30 % de la production aux Etats-Unis et 25 % en U.R.S.S. En Allemagne, le lignite est généralement exploité de cette manière.

D’ordinaire, les couches de charbon, dont l’épaisseur varie de quelques centimètres à plusieurs mètres, sont enfouies à une profondeur moyenne, voisine de 400 mètres avec des extrêmes qui vont de 1000 mètres à 1200 mètres, profondeur considérée comme limite pratique d’exploitation. Horizontales ou faiblement pentées du fait même des conditions de leur formation, elles ont pu subir des déformations très importantes (rétrécissement, failles, rejets, etc.…) lors des mouvement tectoniques des ères géologiques postérieures.

Insérées entre deux épontes ou assises de roche appelées pour la partie inférieure mur et pour la partie supérieure toit, les veines de charbon offrent 1,50 m et 1,80 m d'épaisseur ou de puissance utile, les conditions les plus favorables d'exploitation.

Pour atteindre les couches de charbon, il faut creuser un puits. Leur exploitation nécessite un deuxième puits qui permette la circulation de l'air. Autour du puits sont groupées les installations de surface. Elles constituent la super-structure d'un ensemble complexe, le siège d'exploitation, unité de base de l'industrie houillère. Les infrastructures comprennent : aux départs des puits, creusées dans le rocher, des galeries (bowettes), horizontales en direction, parallèles aux couches de charbon, ou des travers-bancs qui recoupent lesdites couches. L'étage d'exploitation, délimité par deux plans horizontaux comprenant ces galeries est divisé en quartiers d'exploitation par des voies tracées dans le charbon à partir des travers-bancs. Les tailles sont ouvertes dans la couche entre deux voies, la voie de tête et la voie de base. Tout ce réseau de communication est équipé pour le transport du personnel, du matériel et du charbon."""

En photo jointe : le schéma d'une mine de charbon
NB: les numéros du schéma seront reportés dans les photos et sujets suivants


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |