histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  souvenirs douloureux (17/09/2017)
  ch' rabattu et la buée (17/09/2017)
  hatari (17/09/2017)
  El centre aéré géant de Bruay (11/09/2017)
  Bruay, El pont ferroviaire d'Lavolville (11/09/2017)
  Eune consultation al' champe (11/09/2017)
  Eric Denudt artiste peintre un gros coup de coeur (11/09/2017)
  que j auro ker avoir eune chiffernée (10/09/2017)
  Merlimont hors saison 17 (07/09/2017)
  souvenirs d' rintrées (04/09/2017)
  eune pensée pour eusses (03/09/2017)
  à la recherche de nos taïons (28/08/2017)
  Marles-les-Mines, el station SNCF (18/08/2017)
  Vermelles, le nom de la Cité du Philosophe (13/08/2017)
  Merlimont hors saison 16 (13/08/2017)
  collection de poupées (04/08/2017)
  Merlimont hors saison 15 (31/07/2017)
  Auguste Labouret (27/07/2017)
  au coin d' la rue de Périgueux et et de Grenoble (26/07/2017)
  du bout des léves .... (26/07/2017)
  Tour de France (23/07/2017)
  cha vient de Naxos (22/07/2017)
  Première descente (16/07/2017)
  la croix de grès de Divion (10/07/2017)
  attintion aux courants d air (06/07/2017)
  Merlimont hors saison 14 (05/07/2017)
  gai gai l écolier (04/07/2017)
  Merlimont hors saison 13 (03/07/2017)
  Merlimont hors saison 12 (02/07/2017)
  Merlimont hors saison 11 (02/07/2017)
  Merlimont hors saison 10 (02/07/2017)
  Merlimont hors saison 9 (01/07/2017)
  Merlimont hors saison 8 (01/07/2017)
  Bruay et el batalle du carbon (27/06/2017)
  Merlimont hors saison 7 (18/06/2017)
  Merlimont infinqué (11/06/2017)
  La mairie de Bruay en feu (08/06/2017)
  Merlimont hors saison 6 (06/06/2017)
  Merlimont hors saison 5 (05/06/2017)
  Merlimont hors saison 4 (04/06/2017)
  Merlimont hors saison 3 (04/06/2017)
  fête des mères (28/05/2017)
  Flameng, Vimy, Ravel, Cendrars (25/05/2017)
  décès de Monsieur Joseph Malecki (23/05/2017)
  cha tourne à toute blinte (20/05/2017)
  j y a cru (20/05/2017)
  ah l' bon gout d' la levure (18/05/2017)
  souvenir du vélodrome de La Buissière (16/05/2017)
  Merlimont hors saison 2 (14/05/2017)
  j' fais m' b a (14/05/2017)
  Merlimont hors saison 1 (13/05/2017)
  Merlimont hors saison (10/05/2017)
  barraqu'mint près de la rue de maubeuge (07/05/2017)
  pas comme ché belches (06/05/2017)
  mais commint qui fait ? (02/05/2017)
  1978 drole d' caricature (01/05/2017)
  les élections présidentielles (29/04/2017)
  ch'est pas pour les éfants (28/04/2017)
  rin qu à l odeur (25/04/2017)
  vous zin prindez bin eune tranche (24/04/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...
 Mégane ( 08/09/2017)
Bonjour, Habitant ...
 FRYHTAN ( 30/06/2017)
Bonjour à toutes et ...
 Pascalou ( 25/06/2017)
Bonjour à tous, je v...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
téléfilm l'affaire de Bruay en Artois
par minloute le, 23/09/2008  

en étant le plus impartial possible, je dois avouer que j ai été un peu dérouté par le téléfilm

j ai été surpris par l interprétation , je dirais "feutrée" de l acteur Tchéky Karyo ? loin du tempérament méditerranéen du juge Pascal


quant à l' interprétation du père de Brigitte Dewevre, elle me semble aussi aux antipodes de la réalité

j avais 12 ans en 1972, je suivais comme chaque bruaysien, chaque jour à la télé NATIONALE, ce qui se passait à 2 kilometres de chez moi

on disait avant le journal télévisé , "viens on va regarder Bruay à la télé"
le déchainement médiatique a été effleuré, l atmosphère des corons a été plutot survolée

on n entend qu une seule personne parler patois, une dame incapable de reconnaitre lors de la reconstitution, la personne qu elle avait désignée lors de son interrogatoire, ce qui implicitement veut dire, ou plutot l ai je ressenti ainsi, que patois : attardé ou limité

le personnage de Maitre Leroy a t il été quand à lui bien interprété ? à la reflexion je ne le sais pas, le notaire est resté dans notre mémoire comme quelqu un d énigmatique, de mou,tout en étant physiquement corpulent (j ai trouvé toutefois l interprétation de Bernard Lecoq assez bien faite, on sent bien l importance du personnage sur la vie bruaysienne, il nous apparait à la fois très faible, parfois attachant, très souvent pédant et irritant)

je demeure quand meme perplexe quand au traitement du film, que j ai trouvé très partial, on parle peu du branle bas , des retombées politiques que certains ont voulu attiser, en insistant sur le thème de la lutte des classes

à la fin du téléfilm qui est quand meme à charge, on peut penser que les assassins sont soit le notaire et sa compagne, soit la compagne et d' autres personnes ....en occultant d autres pistes , d' autres noms qui ont pourtant circulés dans les corons de ce quartier à l époque

je vous recommande un très bon article que je viens juste de lire en faisant quelques recherches à l instant, à voir sur télérama.fr , vous y apprendrez que tf1 avait pensé tout d abord faire une contre enquete en forme de reportage, mais qu au final c est la formule du téléfilm fiction qui a été retenu
comme je disais dans un autre article, les principaux acteurs de cette histoire sont décédés, un ou des assassins ont réussi à vivre tout en gardant leur secret , et il n a pas été découvert

par minloute le, 23/09/2008

petite précision pour trouver l article de télérama, il faut taper " les fantomes de bruay telerama" et vous tombez sur l article en question

par Rémi G le, 23/09/2008

bonjour,
J'ai moi aussi été étonné par le film sur "l'affaire de Bruay en Artois".
je crois qu'il faut un mélange entre fiction et réalité et qu'il peut, à ce titre, induire beaucoup de personnes en erreur. Les réalisateurs et scénaristes n'ont apparemment pas su se positionner entre fiction et réalité, ce qui donne un film, tantôt hyper-réaliste (l'instruction est suivie à la lettre), tantôt romancée, lorsque pour des raisons que l'on ignore ce film commence à transformer le rotary club de Bruay en entreprise collective de sérials killers, par exemple.
Bref, ça aurait fait un beau polar mais rien de plus.
Autre chose un peu chagrinante, c'est le fait que les auteurs aient choisi une thèse (minoritaire alors développée par l'extrême gauche maoïste ) et l'aient élevée en hypothèse politique. En effet, comment peuvent-ils affirmer que le ministre de la Justice soit directement intervenu ? Si il y a bien eu politisation dans cette histoire, il aurait peut être fallu montrer les gens qui allaient aux manifestations, sur le terrain ou à Béthune et montrer plus l'ambiance de l'après 68 (et surtout le climat de récession dans le NPDC)

Une dernière chose, qui doit aussi choquer les gens de Bruay... Il s'agit du fait que les habitants de la ville et la famille de Brigitte sont pratiquement invisible. Rien sur les manifestations de solidarité, rien sur les discussions entre habitants, leur vie quotidienne et leurs rapports aux journalistes... tout cela semble, encore une fois, confisquer à ceux qui vivent (et subissent) l'histoire, leur droit à la parole.

par PAILLART André le, 24/09/2008

Passionné par cette affaire depuis sa Genèse et habitant à l'époque à 400 m des lieux de "ce microcosme théâtral", l'ensemble du scénario est presque, en totalité conforme aux évènements réels.
Bien entendu pour des raisons déontologiques, les noms de tous les protagonistes de cette reconstitution télévisée sont d'emprunt, et l'on en convient, à l'unanimité, pour le respect de tous ces derniers
Exceptés, les noms des villes et des rues qui ont été conservés, afin de ne pas trop dérouter les télespectateurs du fil de cette affaire hypermédiatisée...
Evidemment tout n'est pas conforme à la réalité: des lieux géographiques, en l'occurence, mais ces derniers ont tellement changés depuis 1972, que ce fut une ineptie absolue de tourner cette diffusion en ces lieux !
Il en est de même pour les personnages, Minloute, à juste titre, vous avez averti de notre avis partagé à ce sujet.
Maître Pierre Leroy est dans cette reconstitution très vieilli, il avait 37 ans à l'époque des faits, beaucoup plus grand et surtout plus fort, mais le caractère de l'acteur est pratiquement conforme à la réalité de son caractère, bien connu à Bruay, et vraisemblablement de son comportement face au juge Pascal.
Je l'ai rencontré avec mes parents dans une transaction pour l'achat d'un terrain, à son office notariale ( toujours existante mais bien entendu, cédée ), après l'affaire.
Personnage, un peu bourru, mais certes, très courtois et surtout très serviable envers ses clients...
Il s'est effacé quelques années après cette affaire, dans la ville du Touquet avec sa femme, cédant son étude notariale et leur propriété attenante. Il repose d'ailleurs, depuis sa mort, dans le cimetière de cette commune.
Je partage également son opinion au sujet des parents de la malheureuse victime, acteurs de ce film.
Je suis cependant, entièrement d'accord avec Minloute, pour vous confirmer que l'acteur représentatif du juge Henri Pascal n'était pas du tout conforme à la réalité de l'authentique personnage à l'époque de faits: 52 ans, petit, rondouillard, à l'accent du sud chantant, beaucoup plus incisif et mordant dans la réalité, seules les lunettes épaisses portées par l'acteur lui ressemblent.
Un bémol dans cette reproduction, dont je connais très bien la teneur de l'histoire: la femme journaliste qui fréquente le juge à maintes reprises, n'est autre, dans la réalité des choses, que le journaliste de Paris Match, Jean Ker, qui s'est acharné, et s'acharne encore aujourd'hui, à élucider cette ténébreuse affaire ...
Voir son ouvrage " Le fou de Bruay ", édité en 2006, que j'ai lu maintes fois, et pour vous confirmer que la réalisatrice de ce téléfilm, s'est très fortement inspirée de ce dernier...
Jean Ker a d'ailleurs entamé une procédure judiciaire de plagiat sur son ouvrage envers la production de ce téléfilm.
Le juge Henri Pascal fut dessaisi de l'affaire de Bruay en Artois peut-être par influence hiérarchique, mais n'oublions pas qu'il fut également "quelque peu écarté" du dossier, dont il avait la charge confiée pour enquête par le procureur de la république, sur la catastrophe minière du puits Saint Amé de Liévin en 1974 qui fît 42 victimes, suite à un coup de grisou dans une fosse plus tout à fait aux normes de sécurité.....
Henri Pascal, abandonna la magistrature, pour devenir.... avocat, un peu plus tard avant sa mort, en 1989.
Une reconversion d'avantage conforme à l'idéologie de la justice selon ses convictions personnelles ...

par georges cité 30 divion le, 24/09/2008

Bonjour à tous,
Je viens de parcourir ce que disent Minloute, André et Rémi.
Je suis tout à fait d'accord.
A l'époque, j'avais 16 ans, et je n'ai pas du tout ressenti dans ce film, fait certainement à la va-vite pour raison financière, cette atmosphère pesante pendant et après le drame.
Je préfère et de loin, le livre de Jean KER, qui lui, nous fait revivre les sentiments que nous éprouvions à cette époque.
Ce téléfilm n'est vraiment pas bon... En plus, les scènes n'ont pas été tournées en totalité à Bruay. Peut être est ce une volonté du réalisateur ?
Par contre, j'ai eu vent par un ami, ancien commerçant de Bruay, des agissements plus que douteux de certains notables de Lens, Lille, Béthune, et Bruay, au cours des années 1968 et suivantes.
Le juge PASCAL était quelqu'un de très droit, et très honnête. Pourquoi lui a t'on retiré l'affaire ?????????
Aujourd'hui je suis toujours perplexe, et vous ?
Il m'est arrivé un jour, comme à André, de serrer la main de Maître LEROY.
Cela fait drôle.... Tout vous passe par la tête à ce moment là ...
Enfin, la vérité sera t'elle un jour dévoilée ? Si nous pouvions aider Jean KER dans sa démarche, ce serait avec un immense plaisir.
Tch'ao
GK

par Boxerman le, 25/09/2008

Si jamais Jean Ker nous lit, qu'il vienne sur le site, qu'il nous contacte. Qu'on lui fasse savoir qu'il est un peu bruaysien de coeur.
Merci Jean

par TIOT RITAL le, 25/09/2008

J'ai pon voulu raviser l'film. A quo i'a servi ? A armuer l'bren ? A cor armuer l'chagrin des parints, dé l'proche famile , des amisses dé l'jonne file ? In pourra dire chu qu'in voudra , in long et in larche sus l'téléfilm , cha sert arrien !

par coroneux d'el rue de béth le, 03/10/2008

Les erreurs du téléfilm l'affaire de Bruay
ech parle seulemint des images, faire vire des maisons rénovées avec des antennes satellites scène de découverte du corps et un peu plus loin des masons avec des fenêtres in PCV et des nouvelles portes. TF1 n'a pas trop creusé la réalité des sites de l'époque.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 18 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |