histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  en arrivant au cimetiere du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
fosse l'Avaleresse à Vieux Condé
par Autrot le, 24/12/2008  

Fosse Vieux-Condé 1 : 1854 (Début de l'extraction en 1861) - 1982
Fosse Vieux-Condé 2 : 1907-1982

Cette fosse nommée encore l'Avaleresse de Vieux-Condé, est toujours restée connue sous le nom de Fosse de l'Avaleresse.

Elle était située à quelques centaines de mètres du centre-ville

Creusée à proximité de l’Escaut, la fosse l’Avaleresse fut dotée d’une gare d’eau destinée aux péniches et qui est encore visible actuellement.

Un centre d’apprentissage et une mine image était également installée sur le carreau

Le puits N°1 a été foncé en 1854 et a atteint le houiller à 27 m de profondeur : il commencera à extraire en 1861.

Le puits N°2 sera foncé à proximité du N°1, à l'est de celui-ci en juin 1907 et assurera alors l'extraction pour le siège.

Détruites en 1918, les installations seront reconstruites.

Le N°1 ne sera plus doté de chevalet ; le N°2 sera récupéré et remonté après réparation. La fosse, rattachée à Ledoux, cessera d'extraire en juin 1972. Le personnel continuera à descendre par le puits N°2 et, en octobre 1972, des équipes de creusement entreprendront, à partir de l'étage -500, une bowette de liaison creusée conjointement à partir de Ledoux. La jonction sera effectuée le 26 juin 1974.

La fosse cessera tout service en 1982. Le tonnage total extrait s'est élevé à 21,853 millions de tonnes. Le puits N°1, profond de 417 m, et le N°2 de 511 m, seront remblayés en 1982. Le chevalet du N°2 est abattu le 16 juin 1983. A ce jour il ne subsiste plus que les bains douches qui avaient été reconstruits quelques années avant la fermeture et qui abritent actuellement un négociant en combustibles et appareils de chauffage. Une partie du carreau est occupée également par une entreprise de travaux publics.

par PAILLART André le, 24/12/2008

Merci Roland de nous avoir fait partager ces superbes clichés d'époque.
L'architecture de cette fosse est en tous points comparable à celle du siège de Wallers Arenberg, d'ailleurs le chevalement visible sur les photos est le même qu'un des trois, encore tous conservés sur ce carreau, dernièrement restauré et classé à l'inventaire des monuments du patrimoine.
Une question m'intrigue cependant, pourquoi avoir nommé cette fosse l'Avaleresse, quand on sait qu'une avaleresse est un puits que l'on a cessé de creuser parcequ'il n'a pas atteint le gisement houiller; et que l'on a bien souvent, aussitôt rebouché ?...
Mystère !.....

par Autrot le, 24/12/2008

Cher André,
J'ai trouvé dans les documents en ma possession, une explication qui pourrait satisfaire ta remarque bien naturelle :
LA FOSSE N°1 DE VIEUX-CONDE DITE L'AVALERESSE
Origine du nom : Ce puits fut creusé en 1854 et son nom devait faire l'objet d'une curieuse méprise. Tout d'abord désigné "puits numéro un de VIEUX-CONDE", il fut ensuite baptisé AVALERESSE de VIEUX-CONDE. Il ne fut appelé par le second terme du nom qu'au moment où la fosse entra en pleine production. En effet, les ouvriers et les habitants du village, pour qui ce second terme était parfaitement inutile, continuèrent tout au contraire à ne le dénommer que par le premier terme. L' AVALERESSE passa ainsi à l'usage.
Mais lorsque les officiers du service géographique de l'armée se rendirent sur place pour y faire des relevés, afin de préciser les plans directeurs de la guerre, ils se contentèrent d'enregistrer phonétiquement le vocable populaire et ils le transcrivirent en dissociant sans l'élider l'article, qui dans notre langue précède le nom. Et c'est ainsi que les cartes militaires de cette époque désignent la fosse de VIEUX-CONDE sous l'appellation de LA VALERESSE. Ce nom ne fut jamais, dans le passé, utilisé officiellement, mais il fut repris de temps à autre par suite de la même méprise et par ignorance de sa signification.


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 7 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |