histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les logements des pensionnés
par Autrot le, 06/01/2009  

Je voudrais rebondir sur l’article de notre ami André Paillart du 2 janvier au sujet des maisons de pensionnés. Il est vrai que les pensionnés purent disposer, dans la limite des disponibilités, de coquettes maisons plus petites et dans lesquelles fut installé, par la suite, tout le confort moderne.

Actuellement, on ne les oblige d’ailleurs même plus à déménager de leur logement s’il n’en manifeste pas le désir.

J’ai connu cependant, dans la période qui a suivi la fin de la dernière guerre, des situations beaucoup moins idylliques.

Il faut savoir que tous les retraités, dès qu'ils n'avaient plus d'enfants habitant chez eux, étaient dans l'obligation soit, de déménager pour un logement plus petit, soit de cohabiter avec un autre couple. C'est ainsi qu'après la guerre, à cause d'une pénurie de logements, un certain nombre de ceux-ci furent réaménagés pour abriter 2 familles. Ce fut le cas de mes grands parents qui habitaient Bruay rue du Soudan. Ils occupaient un logement de 5 pièces qui fut coupé en deux ; il leur fut attribué au rez-de-chaussée l'arrière cuisine (toute petite) et la pièce du milieu qui leur servit en même temps de salle de séjour et de chambre à coucher. La cave elle même fut séparée en deux et une trappe fut aménagée dans leur séjour pour y accéder. Le deuxième couple, quant à lui occupait le reste de la maison c'est à dire la pièce appelée "de devant" et tout le haut. Le jardin lui même était partagé en deux. Par contre je ne me souviens plus si les WC qui se trouvaient dans la cour étaient restés communs. Cette situation perdura de nombreuses années, puis peu à peu, avec les fermetures de puits, les mutations et donc la diminution de la population, les logements concernés reprirent peu à peu leur aspect d'origine. Mais plus de cinquante ans après on peu encore voir de l'extérieur les traces de la nouvelle porte d'entrée qui avait été refaite à cette époque pour accéder à la pièce "de devant".

par kiki le, 07/01/2009

Un bonjour de Liévin mes gins, après avoir lu le sujet de Autrot, qui m'a fait revivre beaucoup de souvenirs avec son article, c'était le cas de notre maison des mines rue Edison, cité du 3 de Lens St Amé à Liévin.
Nous avons été obligés de partir, nous n'étions plus que trois dans notre maison familiale qui avait vu grandir mes parents maternels, cinq enfants et moi-même, nous sommes partis dans un coron de la rue Chevreuil où maman demeure encore
ale vient d'avoir 80 ans et récemment on vient d'apprendre que ce coron va être coupé en deux, suite à des maisons nouvelles construites derrière et la rue va devenir rue Edison prolongée, la rue où on habitait avant, cette rue de ma jeunesse qui suit notre famille au fil du temps.
Et aussi la joie de voir apparaitre en photo mon regretté pére Alfred à côté de la cuisinière rutilante de notre maison. Je vous souhaite à toutes et à tous une bonne et heureuse Année 2009 accompagnée d'une bonne santé à Tertous.
Adé mes gins et au plaisir de vous lire et bonne continuation pour le site d'histoires de Ch'tis.
Encore bravo et longue vie.
Christian de Liévin.


  ( 2 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |