histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Immigration des Espagnols dans les mines
par Mat le, 24/01/2009  

Pour mon étude "Ces gueules noires venues d'Espagne", je recherche des documents ou des témoignages sur le thème des immigrés espagnols ayant travaillé dans les mines de charbon de France, vous pouvez me contacter à mon adresse: mathieu.piqueras@laposte.net

Un exemple d'immigré ayant travaillé dans les mines du Pas-de-Calais : Manuel LLaneza.
Manuel LLaneza était déjà mineur dans la région des Asturies au nord-ouest de l'Espagne lorsqu'il est renvoyé suite à une grève longue de 3 mois. Il décide d'émigrer en France en 1907 et est employé dans les mines de Lens. Il met à profit ses trois années passées dans la région pour connaître de nouvelles formes d'organisations syndicales dans le Nord de la France et en Belgique, expérience formatrice.
Bien que travaillant loin des Asturies, il se tient informé de l'évolution de la situation de ses compatriotes à qui il lancera cet appel à la lutte dans une lettre datée de 1908 : "Rien, absolument rien, ne peut justifier votre démobilisation. La peur chez certains, le vice de la boisson chez d'autres, vous empêchent de remplir votre devoir le plus sacré : Vous protéger et protéger vos enfants des maux et misères dont vous êtes victimes et qui, en continuant ainsi, seront de plus en plus cruels et intenses. Seule la mobilisation peut vous élever à la condition d'hommes et peut amener du bonheur dans vos foyers."

De retour dans les Asturies en 1910, il fonde le SOMA (Syndicat des Mineurs Asturiens) dont il sera Secrétaire jusqu'à sa mort en 1930. Il deviendra également Maire de la ville de Mieres et Député.


Suite à une immigration pour raisons économiques ou à un exil politique, de nombreux immigrés espagnols constituèrent la main d'oeuvre des bassins houillers, cela sera facilité par les accords d'immigration permettant la mobilité des travailleurs, accords entre l'Espagne et la Belgique (1956) et entre l'Espagne et la France (1961).


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |