histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
fosse St Roch de Vieux Condé
par Autrot le, 25/02/2009  

La fosse Saint-Roch de Vieux Condé

Dates: 1764-1811

Origine du nom : l'ouverture de la fosse Saint-Roch eut lieu en 1764, le jour de la fête de ce saint.

Son implantation au sud de la fosse Saint-Thomas semble avoir été choisie pour la relayer en profondeur. Ce fut cependant Saint-Thomas qui termina l'exploitation du gisement de la fosse Saint-Roch dont l'unique puits n'atteignit que 178 mètres de profondeur.

Les neuf bowettes creusées à différents niveaux recoupèrent l'ensemble du faisceau nord de Vieux-Condé qui fut d'abord déhouillé aux étages les plus profonds. Cette précaution fut sage car l'état du puits, que nous trouvons comblé jusqu'à 73 mètres en 1805, entraîna assez tôt l'abandon des étages inférieurs.

Postérieurement à 1805, l'incendie de l'accrochage à 53 mètres qui fit onze victimes, eut pour conséquence la fermeture de cet étage. De sorte que la fosse Saint Roch n'avait plus alors en exploitation que le seul étage à 73 mètres où elle déhouillait les belles veines: Douze Paumes~ A. Filons et Cinq Paumes, qui pouvaient encore "donner de l'ouvrage pour dix-huit mois". Une grande série de "travers blancs inclinés" ayant leur base à cet étage auraient en effet permis de terminer l'exploitation à l'amont, mais que A. Filons, veine sale et peu rentable, resta seule à déhouiller, la fosse fut mise en chômage le 17 février 1806.

Dès lors, en dépit d'un plaidoyer chaleureux le 22 février 1803 qui tendait à prouver que l'exploitation par Saint-Roch eut été la plus économique, le puits ne servit plus qu'à l'aérage et à la circulation du personnel.

Son état inspirait de telles craintes qu'il ne fut même pas possible de le conserver pour cet usage restreint. Il avait en effet fallu le croisurer sur toute sa hauteur "dans les rocs, tourtiat, dièves et les bleus, de peur qu'il ne croule".

Le cuvelage, qui était "consommé", avait lui aussi été consolidé par des "pièces de bois soutenues par des vis". La fosse Saint-Roch fut remblayée et serrementée dans les dièves, en même temps que la fosse Saint-Thomas au cours du mois d'octobre 1811.

Malgré la satisfaction manifestée lors de l'exécution de ce serrement qui réduisit l'exhaure de la fosse Vieille-Machine, les remblais du puits s'affaissèrent jusqu'au dessous du tourtiat et cela en mars 1820.

Le serrement fut reconstruit à cette date et le puits comblé à nouveau "jusqu'à la surface de la terre".

Sources : Cercle d’Histoire et d’Archéologie de Vieux-Condé et de sa région de Pierre Choquet - 1998


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |