histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
tout in haut de ch terril
par Marie-Claire le, 14/08/2005  

Tout in haut de ch'terril
Chanson d'Arthur Wery - Charlys


Dins chés corons que’ r’mue ménache, les mineurs viennent d’avoir leurs congés,
Prennent leurs valises et partent voyager, à la campagne pou vire leurs parentés.
Mi, comme les z’autes, j’prinds mes bagages; et j’m’in va mais j’quitte pas min patelin
J’vos du pays de l’manière que j’m’y prinds, sans débourser un sous d’train.


Et j’passe mes vacances tout in haut de ch’terril.
J’ai toudis d’la chance, l’terrain y est jamais pris.
J’monte eum’ toile eud’ tente, j’ vis tout seu et j’ m’arringe
Si i fait gris et j’cante, euj’sus heureux d’faire du campinche
Euj’ fais la popotte, j’sus bin mieux qu’à l’hôtel,
J’mets comme les cocottes du rouche à mes ortels.
Du haut d’ m’couplette, j'eum’ cros à Chambery
Mais je n’suis qu’au fait tout in haut de ch’terril.


Comme point d’vue, faut vire c’que j’dégote: les bos, les prairies des invirons,
Les villaches, les villes, nos corons; et j’eum'rince l’oeul et cha’m’coûte pas un rond
Su min feu d’bos, j’fais tout’ m’gargotte: viandox, pommes-tierre frites, morceaux d’lard,
Et j’ai monté trente-cinq lites eud’ pinard, pou mi chucher in père peinard.


Et j’passe mes vacances tout in haut de ch’terril.
J’ai toudis d’la chance, dire s’ que j’vos c’est à mi.
Quind arrive eul’ soir, et j’vos venir zes z’amoureux,
Is z'attendent qu’il fasse noir, mais mi je n’les quitte pas des yeux.
Is s’in vont s’inlassant, ch’disant des balivernes,
Tout in s’imbrassant dins ches blés, dins ch’luzerne.
Is s’font des papoules, in s’appelant "Mon Chéri".
Et mi j’vos tout ça tout in haut de ch’terril


Mais avant hier, j’ n’ai point eu d’chance: dins seul coup, v’là qu’i’ s’met à pleuvoir,
J’ rintre à l’abri sous min perchoir, eum’ tente elle pissot, ch’tot pire qu’in arrosoir.
Alors j’ai poussé la romance, j’ai sorti pour éviter l’cafard,
Et j’ai flûté cinq, six lites eud’ pinard en berloquant comme un pochard.


J’ai dégringolé tout in bas de ch’terril.
Arrivé au pied, je m’suis relevé tout meurtri.
Sais pu comme j’ai fait, j’avos tellemint eune cuite,
À la place de m’barrette, j’avos su m’tiête eul’ caudron à frites.
À force de bouler m’panche su les caillaux,
Y’a à chertaines places, il m’in manquot un morcieau;
J’ai mis un bout d’loque, j’sus pas prêt d’ête guéri.
Et j’sus armonté tout in haut de ch’terril

"Alors pendant trente ans, le mineur campeur i’ n’quitte pas sin cher terril.
Même pinsionné, il y va comme au passé. Seulemint aujourd’hui il est malade,
Eul’ fosse ça l’a usé. Il est dins sin lit et les larmes aux yeux,
In ravisant in travers un carreau, i dit tout bas"


Comme cha va vite, comme le temps passe; au terril j’ai campé bin d’z’années,
À cet’heure, il faut l’abandonner, j’sus pus qu’un vieux mineur pinsionné.
J’ n’ai plus qu’des oches dins m’ carcasse. J’sus veilli, mes gambes sont ramollies.
Et par l’feniêtre, in étant dins min lit, in t’ravisant j’ai dit "C’est fini"


J’armontrai plus jamais tout in haut de ch’terril
Fini désormais, ch’ médecin j’l'ai bin compris
Par quarante ans d’fond, mes poumons i'ont quéqu’osse
Plein d’poussières eud’ carbon, in appelle ça: la silicosse.
Ch’est bintôt min tour, eud’partir comme tant de vieux
Eud’ faire un long séjour, là haut près du bon Dieu.
J’espère qu’i m’laissera, quand j’s'rai au paradis,
Cor venir in vacances tout in haut d’min terril.


chanson interprétée par Edmond Tanière "E. Tanière cante pour ches mineurs"
et par Renaud, album "Renaud cante el Nord"


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |