histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la ducasse de Grenay
par Marie-Claire le, 15/08/2004  

Moi quand je vois arriver le 15 août cela me fait toujours penser à la ducasse, la ducasse de Grenay.
La ducasse étant avant tout une fête patronale, le jour du 15 août était dirons nous le jour officiel à Grenay. Mais la fête foraine durait environ trois semaines. Pas de ducasse sans fêtes foraines, sans baraques à frites, sans un grand repas familial.

Et à la maison, on faisait le repas de ducasse le jour du 15 août, mais parfois aussi le dimanche le plus près du 15 août.
Mes parents invitaient les grands parents et la famille habitant dans le coin comme les cousins de Lens.
C'était presque toujours le même repas, mais ça plaisait bien à toute la famille.
Bouchées à la reine, pot au feu, langue sauce tomate, légumes du pot au feu, fromage et les incontournables tartes au libouli ! On en faisait une dizaine, alors on en mangeait pendant une semaine, la fête durait plus longtemps.
Ce jour là mon père trouvait toujours à placer la phrase : "fait' pas d'bile fiu ché l'ducasse" (ne te fais pas de souci, c'est la ducasse) ou encore "pas de ducasse sans fricasse" (on ne fait pas de ducasse sans casser quelque chose).

Après le repas on partait tous en famille à pieds à la fête foraine et on rentrait tard dans la nuit.
C'était vraiment l'une des plus importante fête foraine de la région. Quelle ambiance, je n'ai jamais retrouvé cela ailleurs. C'était bien sûr bien moins cher que maintenant et on ne se privait pas d'attractions, de frites, de nougats, de stands de tir pour les hommes.
Avec une amie on criait comme des folles pour se faire remarquer et gagner des tours gratuits sur le "circuit des neiges". Ca fonctionnait pas trop mal !
Les enfants n'y allaient pas que ce jour là, comme en plus c'était en période de vacances, on y retournait plusieurs fois pendant la durée de la fête.

Et puis quand on revenait la nuit en famille, on avait toujours les bras chargés, selon les années, d'une peluche, d'une grande poupée, de bricoles de toutes sortes et puis quasiment tous les ans d'un poisson rouge dans son petit sac en plastique, et même une année d'un canard vivant.
A cette époque la ducasse était la fête la plus importante de l'année.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |