histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
au bout d' la rue Leverrier
par minloute le, 01/12/2009  

ché eune rue en impasse perpendiculaire al' rue anatole france
eune rue qu' as' termino par des garaches et pi aprés chéto des gardins pi aprés chéto des camps et enfin t arrivo à un qu'min in creux qui meno al' rue verte

in y faijo quequ' fos d' zincursions, quequ' fos pasque d' abord chéto nin facile d y aller , vu qui avo toudis quéqu un qui faijo sin gardin et que si in éto passé i yavo qu à dire "quo qu' vous faites ichi, hein, armontez là haut, j' va l' dire à tin père" et là in arbrousso ch' min cha nous arrivo d y aller , bien qu y yavo quo, 400 met' ché bin l' tout, pour nous chéto l' bout du monte, terre inconnue, in voyo bin d' not' coin du bout del rue leverrier qui y avo bin des jones qui juottent là bo d' temps in temps , mais comme in s' sinto toudis in faute quand qu on s y rindo, in y allo vraimint pas souvint, in tout cas pas in dehors d' l été, car là chéto différent, chéto meme magique, meme si ch'cinsier i devo pas et' contint, in y allo camuché dins ché blés, d' temps in temps i l'vo douch'mint l' tiete pasque meme si in suivo l' sillon, in savo pas vraimint combien qui nous resto cor à faire
j' me souviens d un coup , in éto nombreux ch' coup chi, y yavo intre aut' min camarate Joel et meme eune bante ed jones qu in juo d' temps in temps avec eux et qui zhabitotent près del cité des electriciens et un coup in s a amusé avec eux à arjointe l' rue verte par ché blés et d arvenir par derriere chez Donnet et l' cente d'secours dont l intrée principale ale éto rue d' la gare
que souv'nirs, in est partis sur un coup d' tiete eune bravatte, i faiso super bio, ché épis i zondulottent au vent, in auro dit la mer et les vagues, dinch' ciel in intindo les alouettes, nos coeurs i battottent fort pasqu in passo pas si loin qu ' cha des gardins et i fallo surtout pas s' faire vire, imaginez chi l' rintrée à mason si ch' père y avo su que t avo été jué dins ché blés .....chéto l'clique assurée
in avincho comme d'zindiens, y avo d' zéclaireurs , l' sol i éto plat au début pi aprés cha commincho à dechinte jusqu au momint du qu in a arrivé prés du ch'min creux qui donno sur la rue verte , alors aprés avoir bin ravisé qui y avo pas personne , in a tous débouché insempe sul' ch'min , in éto bin eune dizaine, et d' là in a arpris ch' trottoir rue verte, in raviso ché gins qu in croiso , ceux qui étotent sul' pas d'leu porte, in avo l impression qui nous dévisageottent , qui s'dijotent "ceux là sont pas d ichi , am' mote qui font des bétisses" , non in faijo ché coqs mais sans trainer quand meme ... in artourne inter ché garaches , in passe derriere ch' dépot Donnet, allez in arriffe ni vu ni connu j' t imbroulle , ché gardins de ch' coté chi y avo personne , l' rue leverrier ale nous paraisso cor loin mais in passant par derriere in longeant ché camps in i sauro vite et pi si in rincontro quéqu un in auro toujours pu dire qu in éto v'nu juer par chi avec ché copains del cité des zelectriciens

tout y s' passo bin, et ché là que teut'dit que y a toudis quéqu un pour fout' ech' brin, in avinche tout fiers , cha y est in y est , cor cent met' et in est tranquile, et vla ti pas qu in nous crie d' sus, ou plutot qu in crie sur un du groupe, oh vindiousse , in l avo pas vu, ché sin père qui arveno d' la sécurité miniere rue d'la gare, et y avo eune tchiote porte, un tchiot passache qui permetto d' passer directemint d' la rue d' la gare à juste derriere l' cité des zelectriciens cha faijo un sacré raccourci et cha t obligeo pas à arpasser d'vant ché bondues et à t'payer l' fin del' cote des grands bureaux

sin père i li a dit d' vénir l'vire "quo qu' te faijo par là " l aute i broncho pas, i s a pris eune margnouffe, et sin père i l a pris par sin bras vigoureus'mint , direction s' mason et binsur in précisant "in va n intinte parler " bin in n a intindu parler, pasque ch' camarate i a du tout dire à sin père, qui a dit que chéto untel qui meno ch' groupe que li y voulo pas y aller, ch' pere y a été l' raconté à l aute père, l' aute garchon y a dit chéto pas mis qui meno ch'groupe ché untel, enfin j' vous in passe mais l'résultat au bout, ché qu in a eu tous les fesses qui ont cauffé au soir ...


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |