histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Chés Gins du Nord en Auvergne
par chés gins du nord le, 01/01/2010  

1. LOI 1901
Il est fondé entre les membres aux présents statuts une Amicale régie par la loi de 1 er juillet 1901 et décret du 16 aout 1901, ayant pour titre : Amicale « Chés gins du Nord » e

2. BUT
Cette association a pour but, de promouvoir et favoriser les valeurs amicales traditionnelles et authentiques de la communauté des gins du Nord en Auvergne (Artois ; Hainaut, Picardie ; Flandre francais et Hainaut, Wallonie, Belge) etc. et développer le patois « El'Rouchi*»
* El' « Rouchi », que l’on appelle couramment ch’timi, Ch’ti ou encore patois du Nord / Pas de Calais et Picardie voisine, ensemble et avec les parlers du Hainaut belge, forment une seule et même langue, reconnue officiellement comme l’une des 75 langues de France, et comme langue régionale en Belgique. Ce patois et le francais partagent des origines communes au sein d’un groupe de langues dénommées « langue d’Oil », parlées dans la France du Nord : ces langues ont évolué à partir du latin populaire amené par les légions romaines, puis à partir du 5 éme siècle, sous l’influence des parlers germaniques des envahisseurs francs. Le chanteur Belge Julos Beaucarne disait que « le Wallon est du Latin venu à pied du fond des âges » on pourrait dire autant d’el’rouchi et du francais. Au moyen âge, les écrivains de notre région comme Adam de la halle et Jean Bodel deux Arrageois, Froissart un Valenciennois, ou l’auteur anonyme de la chantefable Aucassin et Nicolette, écrivent dans ce que l’on peut appeler du Oil, mélange d’ancien Francais alors en cours et de dialectes régionaux du Nord : on y trouve de nombreux mots et des tournures encore utilisés aujourd’hui en patois.
El'Rouchi , se caractérise surtout par une forte vitalité de la langue populaire, illustrée par une tradition littéraire dont le représentant le plus éminent fut probablement le poète mineur Jules Mousseron de Denain, auteur des fameuses histoires de CAFOUGNETTE et d’autres qui gagnent à être connus…El'Rouchi est au 19 siècle, il semble être né de la lecture d’une lettre ou était question du « patois de drouchi »,c’est à dire « ici », avant d’être popularisé par Gabriel Hécart et son dictionnaire Rouchi-Francais édité pour la 1ere fois en 1812.

« A toutes les personnes issues du Nord de la France et du sud de la Belgique, désireuses rejoindre un groupe local d’amis du Nord, parlant ou pas le patois, réunion culturelle, mais surtout conviviale. ».
3. Historique
Au temps de César, les belges formaient dans la Gaule du Nord une confédération que les romains soumirent en 51 avant Jésus-Christ.

Sous influence Latine, Germanique et Espagnole
Le Nord fut envahi par les Francs (aux 5 et 6 éme siège), En 843, au traité de Verdun, le Nord fut partagée en deux région à l’ouest de l’Escaut alla à la France, l’autre à la Lotharingie(7), puis à la Germanie(8), quand la féodalité triompha, on vit se constituer les comtés de Flandre (2), de Hainaut (1), et le duché de Brabant(5). L’histoire de la Belgique se confond dés lors avec celle des Pays-Bas. Elle connut sa grande splendeur sous les ducs de (16) Bourgogne (14 -15 éme siècle) et notamment sous Philippe le bon, en 1477, le mariage de Marie de Bourgogne et de l’archiduc Maximilien (12), fit passer les Pays-Bas à la maison de Habsbourg(13). L’intolérance de Philippe II (d’Espagne) et les excès du duc d’albe (14) eurent pour conséquence la révolte et, l’indépendance des sept provinces du Nord, sous le nom de (10) Provinces-Unies (1579), tandis que les provinces du sud étaient rattachées à la domination Espagnole. Le Nord , théâtre de nombreuses guerres sous louis XIV , fut donnée à l’Autriche par le congrès (9)de Rastatt ( 1714) , que confirma sur ce point le traité d’Aix-la-Chapelle (11) (1748), la nouvelle organisation que Joseph II ( empereur de Germanie, né à vienne 1741 à 1790), voulut appliquer à la Belgique fut mal accueillie et amena une insurrection ( 1789) et la proclamation des états Belges unis (1790), les Autrichiens, vainqueurs de la révolution Brabançonne, se virent disputer la Belgique par la France ( 1792-1794), qui annexa officiellement le pays en 1795. La France fit disparaître les traces d’ancien Régine, unifia administrativement le pays et donna de l’impulsion à son économie. En 1815, la Belgique fut réunie à la Hollande, cette union artificielle provoqua une opposition religieuse, culturelle et linguistique de la part des Belges, la révolution de 1830 aboutit à l’indépendance de la Belgique. (Problèmes linguistique wallons – flamands)

**********
I. Hainaut, comté de l’empire germanique, fondé au 9 éme siècle, il fur annexé en 1428 aux états Bourguignons, dont il suivit le sort. La partie méridionale du Hainaut devint française en 1659. Coté belge les villes de : Mons ; Charleroi ; Mouscron ; Soignies ; Thuin ; tournai et coté français le Hainaut Cambrésis : Cambrai ; Douai ; Valenciennes ;
II. La Flandre ou les Flandres, province de France et de Belgique, sur la mer du Nord entre l’Artois et le Hainaut. principales villes Bruges, Gand, Lille, Roubaix, Dunkerque, Ostende.
III. Artois, comté francais, formé au 12 éme siècle, enlevé à la Flandre (1223), il passa au duc de bourgogne en 1382, puis à la maison d’Autriche en 1477. le traité des Pyrénées (1659) le rendit à la France. La ville Arras.
IV. Picardie, province française, comprenant : le vermandois, l’amiénois, le Valois, le Santerre, le Ponthieu, le boulonnais et la Thiérache, villes : Amiens, Occupé par Philippe auguste de 1185 à 1191, enjeu franco-anglais durant la guerre de cent ans, elle fut réunie à la France en en 1482.



V. Brabant, duché germanique formé au 11eme siècle par les comtes de Louvain. Passé en 1406 à un cadet de la seconde maison capétienne de bourgogne, il échut en 1430 à Philippe III le bon, duc de bourgogne, puis en 1477 à la maison d’Autriche. la trêve de 1609 entre le roi d’Espagne et les provinces unies abandonna à celle-ci la partie septentrionale. Villes : partie de Bruxelles, hal-Vilvorde, Louvain, nivelle (province traversée par la frontière linguistique.
VI. Wallonie, partie sud-est de la Belgique ou l’on parle le francais et le dialecte roman ou rouchi.
VII. Lotharingie, Lothaire Ier (795-855), empereur d’occident (840-855), fils de louis Ier les pieux. Ayant voulu garder l’intégralité de l’empire, mais il se vit imposer un partage par ses frères (Verdun 843).
VIII. Germanie, état formé en 843 d’une partie de l’empire carolingien et attribué à Louis le germanique, l’expression cessa d’être employée à partir de 1024.
IX. Rastatt (Allemagne), traité de rastatt (1714), mit fin à la guerre de succession d’Espagne. Le congrès de Rastatt (1797-1799) se termina par le massacre des plénipotentiaires francais.
X. Province-Unies, nom porté par la partie septentrionale des Pays-Bas (1579-1795)
XI. Aix la chapelle, ce fut la capitale de l’empire de Charlemagne .Le traité d’Aix la chapelle, fut signé en 1668, mit fin à la guerre de dévolution et donna la Flandre à la France ; un autre, en 1748, termina la guerre de la succession d’Autriche.
XII. Maximilien 1er, archiduc d’Autriche, né à Wiener Neustadt (Autriche) (1459-1519), empereur germanique de1493 à 1519. il livra à louis II la bataille de Guinegatte (1479) et lui laissa la Picardie et le bourgogne au traité d’Arras (1482). Il avait épouse Marie de bourgogne. Héritier de Charles le Téméraire
XIII. Habsbourg, dynastie qui régna sur l’Autriche de 1278 à 1918.
XIV. Albe, (Ferdinando Alvarez de Tolède duc d’Albe), né à Piedrahita (1508-1582), général de Charles Quint(15) et de Philippe II gouverneur des Flandre (1567-1573).
XV. Charles Quint, (Charles V dit), né) à Gand (1500-1558), roi d’Espagne
XVI. Bourgogne (la), les quatres ducs Philippes II le hardi, Jean sans peur, Philippe III le bon, Charles le téméraire conquirent de nombreux territoires (Flandre, Brabant, Luxembourg, Hainaut, etc..), le duché de Bourgogne fut conquis par louis XI à la mort de Charles le téméraire (1477) et devint une province Française.

4. Les principales villes des provinces du Nord
Artois - Hainaut – Flandre - Picardie
• Cambrai (Hainaut)
Situé sur l’Escaut,
Archevêché de Cambrai
Spécialité : les bêtises de Cambrai
Patrie de Dumouriez
En 1529, y fut conclu la traite de Cambrai, ou paix des Dames, négocié par Louise de Savoie, au nom de François Ier, et par Marguerite d’Autriche, au nom de Charles Quint, son neveu.
Cambrai (ligue de Cambrai), nom donné à l’alliance conclue en 1508 entre le Pape Jules II, l’empereur Maximilien, Louis XII et Ferdinand d’Argon contre les Vénitiens.
Cambrésis, pays de France réuni au royaume après la traite de Nimègue (1678).
- Fénelon
(François de Salignac de la Mothe, prélat et écrivain francais, né au château de Fénelon en Périgord (1651-1751), connu par le traité de l’éducation des filles, il fut nommé précepteur du duc de bourgogne (1689). il écrivit pour son élève des fables en prose, les dialogues des morts ( publiés en 1712) et le aventures de Télémaque (1699) cet ouvrage, plein de critiques contre la politique de louis XIV, lui valut la disgrâce. En même temps ses maximes des saints (1697), favorables à la doctrine quiétiste, étaient condamnées par l’église ; Fénelon se soumit et se retira à Cambrai, dont il était archevêque depuis 1695.

• Lille (Flandre)
Ville Flamande, sur la Deûle, grande cite drapière des le XIIe, ville forte,
Evêché
Lille fut définitivement incorporée à la France en 1667.
En 1792, elle soutint victorieusement un siège contre les autrichiens.

• Valenciennes (Hainaut)
Sur l’Escaut, citadelle de Vauban
Patrie de Froissart, Watteau et Carpeaux
Hainaut Cambrésis

• Arras (Artois)
Au confluent du Grinchon et de la Scarpe
Evêché
Trois traites y furent signes :
- le premier (1414) entre Charles VI et Jean sans peur
- le deuxième (1435) entre Charles VII et Philippe le bon
- le troisième (1482) entre louis XI et Maximilien d’Autriche, louis XI s’empara de la ville en 1477, louis XIII la prit sur l’Espagne en 1640. en 1654, Turenne y repoussa condé et les espagnols. Vauban fortifia la ville.
- patrie de Jean Bodel, Maximilien et augustin Robespierre

• Douai (Hainaut)
Sur la Scarpe et du canal de la Sensée
Ecole des mines

• Cateau le (Hainaut)
Le Cateau-Cambrésis, sur la Selle affluent de l’Escaut
Patrie du maréchal mortier et d’Henri matisse
Traité de paix entre Henri II de France et Philippe II d’Espagne (1559), qui mettait fin aux guerres d’Italie et reconnaissait à la France les trois évêchés (Metz, Toul, Verdun)

• Amiens (Picardie)
En Picardie, évêché
Patrie de pierre l’ermite,
Amiens fut pris par les espagnols et repris par la Henri IV (1597). En 1802 y fut conclu entre la France et l’Angleterre un traité de paix qui mettait fin à la seconde coalition.

• Dunkerque (Flandre)
Patrie de Jean Bart, marin francais, né à dunkerque (1650-1702). Il servit d’abord sous Ruyter, en hollande, puis devenu corsaire de la marine royale française, il obtint de nombreux succès sur les hollandais et les anglais, louis XIV l’anoblit (1694) et le nomma chef d’escadre (1697).

• Calais
Calais fut pris par les anglais en 1347 après une héroïque résistance (le dévouement d’eustache de saint-pierre et de cinq bourgeois qui se livrèrent à Edouard III sauva la ville, qui fut reprise aux anglais par François de Guise (1558).

• Soissons (Picardie)
En 486, Clovis y vainquit Syagrius, victoire qui est à l’origine de l’anecdote dite du « vase de Soissons ».

• Mons (Hainaut)
En Hainaut

• Charleroi (Hainaut)
Ville du Hainaut, sur la Sambre

• Tournai (Hainaut)
Ville du Hainaut, ancienne capitale des Nerviens, fut au Ve siècle celle des rois mérovingiens ; elle eut un évêché des le VIe siècle.

• Ostende (Flandre)
Ville flamande
• Bruges (Flandre)
Ville flamande, centre d’échanges internationaux des le XIII e siècle, indépendante en fait sous les comtes de Flandre (XIVe). Bruges connut sa plus grande prospérité sous les ducs de bourgogne (XIVe-XVe) et a gardé de cette époque des monuments célèbres.
• Gand (Flandre)
Ville flamande, au confluent de l’Escaut et du lys.
• Escaut (arrose le Hainaut et les Flandres)
(Fleuve franco-belge) ; prend sa source en Picardie, passe à Cambrai, valenciennes, tournai, Gand, et rejoint la mer du Nord par un long estuaire (bouches de l’Escaut), Anvers) long de 400 km.

5. SIEGE SOCIAL
Le siège sociale est fixé par l’Assemble Générale, il pourra être transfère par simple décision, de cette Assemblée.


6. COMPOSITION
L’Amicale se compose de membres actifs et d’adhérant

7. ADMISSION
Pour faire partie de l’Amicale, il faut être agréé par le Conseil qui statut, lors de chacune de ses réunions, sur les demandes d’admission présentées à « l’intronisation » lors d la Saint Nicolas

8. LES MEMBRES
Sont membres actifs ceux qui sont pris l’engagement de verser annuellement une somme qui est fixée pour chaque année par le Conseil.

9. ZONE GEOGRAPHIQUE
Tous « Chés gins du Nord » et sympathisants, résidants en Auvergne et alentour.

10. RADIATION
La qualité de membre se perd par :
a) Démission,
b) Décès,
c) Radiation prononcée par le Conseil pour non paiement de la cotisation ou pour motif grave, l’intéressé ayant été invité par lettre recommandée à se présenter devant le Conseil pour fournir des explications.

11. RESSOURCES
Les ressources de l’association comprennent :
a)le montant des cotisations ;
b) des subventions ;
c) produits d’activités

12. Le CONSEIL
L’Amicale est dirigée par les membres du Conseil, élus pour 3 années par l’assemblée générale .Les membres sont rééligibles, le Conseil choisit parmi ses membres, 1 président, 1 secrétaire, 1 trésorier (le conseil étant renouvelé régulièrement tous les trois ans). Le Conseil étant renouvelé chaque année par tiers, la première année, les membres sortants sont désignés par le sort.
En cas de vacance, le Conseil de l’Amicale pourvoit provisoirement au remplacement de ses membres. Il est procède à leur remplacement définitif par la prochaine assemblée générale. Les pouvoirs des membres ainsi élus prennent fin à l’époque ou devrait normalement expirer le mandat des membres remplacés.

13. REUNION du CONSEIL
Le conseil se réunit une fois au moins tous les six mois, sur convocation du président, les décisions sont prises à la majorité des voix ; en cas de partage la voix du président est prépondérante. Tout membre du conseil qui, sans excuse, n’aura pas assisté à trois réunion consécutives, pourra être considère comme démissionnaire. Nul ne peut faire partie du conseil s’il n’est pas majeur.

14. ASSEMBLEE GENARALE
L’Assemblée Générale ordinaire comprend tous les membres de l’Amicale à quelque titre qu’ils y soient affiliés. L’assemblée générale ordinaire se réunit chaque année en fin d’année. Quinze jours au moins avant la date fixée, les membres de l’Amicale sont convoqués par les soins du président. L’ordre du jour est indiqué sur les convocations (presse locale).
Le Mayeur, préside assisté des Échevins l’Assemblée Générale et en présente la situation morale des activités de l’Amicale. Le trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan à l’approbation de l’Assemblée. Il est procède, après épuisement de l’ordre du jour, au remplacement des membres du Conseil sortants. Ne devront être traité lors de l’Assemblée, que les questions soumises à l’ordre du jour.

15. ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE
Si besoin est, ou sur la demande de la moitié plus un des membres inscrit, le président peut convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire, sous les formalités prévues par article 10.

16. REGLEMENT INTERIEUR
Un règlement intérieur peut être établi par le Conseil de l’Amicale.

17. CAHIER DE DELIBERATION
Le secrétaire tiendra un cahier de délibérations ou figuras le contre rendu des réunions, les décisions prises par le Conseil de l’Amicale et les rapports morales et financiers ainsi que les dédissions de l’Assemblée Générale,

18. DISSOLUTION
En cas de dissolution prononcée par les deux tiers au moins des membres présents à l’Assemblée Générale, un ou plusieurs liquidateurs sont nommées par celle-ci et l’actif, s’il y a lieu, est dévolu conforment à l’article 9 de la loi du 1 juillet 1901 et au décret du 16 aout 1901

Fait à BRIOUDE le 28 MAI 2009

Le Conseil des Échevins
1er Échevin 2e Échevin Mayeur
Le trésorière le secrétaire président
Jeannine Legat Colette Arnaud Jean –Luc Molet
Adjointe Adjointe Vice- Mayeur
Thérèse Debevere Dominique demaret Maxence Blangis


création d'une CONFRERIE CHTIS
Chés Gins du Nord PAYSduNORD
Intronisation des nouveaux membres
LORS DE LA SAINT NICOLAS
Voici comment se déroule une cérémonie d'intronisation :

La amicale « Chés gins du Nord » se rend en cortège (10 à 12 personnes) sur les lieux de l'intronisation au son d'une musique de cor de chasse. Le Mayeur est précédé par le porte étendard et encadré par 2 porte-fourquets. Suivent deux par deux le grand gouverneur et le grand échevin, le grand chambellan et l'officier de bouche, le grand scribe et le gardien des traditions et enfin les 2 porte-fourquets avec le timet.

Le Mayeur présente la confrérie et ses membres et explique le déroulement de la cérémonie.

L'officier de bouche appelle ensuite l'impétrant (personne intronisée). Le Mayeur confie alors son bâton de commandement à l'officier de bouche qui va chercher l'impétrant dans la salle, accompagné du grand chambellan et des 2 porte-fourquets.
Le grand chambellan vêt l'impétrant de la cape d'intronisation. Ce dernier suit l'officier de bouche, entouré des 2 porte-fourquets et suivi du grand chambellan. Le groupe rejoint la scène au son d'une musique de cor de chasse.

L'impétrant se place à la droite du Mayeur qui le présente à son amicale « Chés gins du Nord » à l'aide d'un curriculum-vitae (généralement préparé par les proches de l'intronisé). A travers le curriculum-vitae, le Mayeur insiste sur les distinctions, les loisirs, les hobbies, les goûts gastronomiques et les bières préférées de l'impétrant.


Puis le Mayeur prononce la phrase rituelle : " Amis confrères, acceptez-vous Monsieur X ici présent au sein de notre amicale « Chés gins du Nord ». Les confrères répondent haut et fort :" Oui, nous l'acceptons ! " Le Mayeur remet à l'impétrant une médaille en étain sur ruban rouge et noir à l'effigie du diable de la amicale « Chés gins du Nord ». Le grand échevin remet un diplôme calligraphié à son nom sur ruban rouge. Le grand scribe fait lire au médaillé le serment de la amicale » Chés gins du Nord » :




Le MAYEUR procède à l'adoubement de l'impétrant à l'aide de son bâton de commandement en prononçant la formule suivante : "Par Saint NICOLAS patron de la communauté des gins du Nord, je vous fais membre d'honneur (ou autre titre) de la amicale à de l'Ordre des « gins du Nord » ".


L'ensemble de l’amicale, pour finir, déguste avec l'impétrant une bière du cru. Ce cérémonial peut être complété selon les circonstances et les lieux par des interventions plus ou moins accentuées sur la défense du patrimoine, des traditions des bières du cru et de la gastronomie du PAYSduNORD (Artois, Hainaut, Flandre, Picardie) franco-belge.

INTRONISATION DES CHTIS
SERMENTS DES MEMBRES PAYSduNORD

Chés Gins du Nord

Je m’engage à promouvoir l’image des gins du Nord, à faire apprécier autour de moi son histoire et sa gastronomie et plus particulièrement ses bières du cru.

Je m’engage en outre à défendre le patrimoine du PAYSduNORD (Artois ; Hainaut ; Flandre ; Picardie) franco-belge

Je promets de faire déguster et de déguster moi-même, les bières avec modération et la gastronomie des PAYSduNORD

Et que le diable m’emporte céans si je manque, un jour, à mon serment !


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |