histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in bas des marches du lycée (06/07/2018)
  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Les ateliers centraux des Compagnies Minières vers 1930
par PAILLART André le, 06/01/2010  

Cette séries de photos, nous montre les anciens ateliers Centraux de la Compagnie des Mines d'Aniche qui étaient situés à Auberchicourt vers 1930.
La plupart de ces bâtiments industriels sont encore érigés de nos jours, mais après la disparition des Houillères, ces derniers sont occupés par des sociétés de sous traitance métallurgiques.


Photo N° 1 : l'atelier de maintenance et de mécanique générale.

Pour le fond comme pour le jour, les différents ateliers de mécanique générale ont apporté leur contribution dans la bonne marche de l'entreprise et dans tous les domaines.
Tous les services des Compagnies Minières sont tributaires des ateliers centraux.
Matériels de fond, compresseur à air, pompes d'exhaure, pièces de machines d'extraction, chaînes d'attelage, taquets hydrauliques... y viennent pour être entretenus ou réparés comme les haveuses, wagons et autres pelleteuses.
L'atelier dispose d'un parc de machines outils important.
Les wagons du groupe d'Aniche étaient réparés aux ateliers centraux locaux.
Tous les groupes opéraient de la même façon pour entretenir leur parc de wagons.
Sur ce cliché, on distingue plusieurs essieux de wagons démontés avec leurs roues.
Après des milliers d'heures de fonctionnement, la bande de roulement de ces dernières est usée.
La réparation consistait à démonter à la presse les roues, usiner la bande de roulement à un diamètre moindre et de nouveau les emmancher à
chaud sur l'arbre porteur, les deux roues de l'essieu étant tournées au même diamètre extérieur.
De nos jours, ce procédé de réparation des essieux de wagons continue d'être effectué dans les anciens ateliers centraux des mines d'Anzin en sous-traitance pour des clients utilisateurs de matériels ferroviaires.
Une des usines du groupe SEMECA est certainement la seule de la région à poursuivre cette activité avec le savoir faire de ces hommes issus de ces ateliers...

Photo N° 2 : l'atelier de charpente et de menuiserie.

Toutes les pièces en bois nécessaires à l'industrie houillères étaient réalisées dans cet atelier, les charpentes, les modèles nécessaires aux pièces mécaniques issues de fonderie, mais aussi le mobilier des bureaux.
Les Compagnies Minières concentraient toutes leurs activités dans ces ateliers centraux.
Elles étaient autonomes dans tous les sens du terme, presque rien n'était acheté en dehors de tout ce qui pouvait être conçu et fabriqué au sein de ces derniers...

Photo N° 3 : l'atelier de forge.

On y façonnait toutes sortes de pièces mécaniques à contraintes, crochets de levage, de traction ( matériels ferroviaires..) mais aussi des outils spécifiques nécessaires à l'extraction houillère en acier trempé.

Photo N° 4: l'atelier de chaudronnerie.

Chaque puits dispose de 4 cages, 2 en service, 2 en réserve.
Une de ces dernières, doit toujours se trouver à la fosse prête à être mise en service, en cas de besoin.
Après une année de service, même sans anomalie constatée, la cage est systématiquement révisée aux ateliers centraux.
A cette époque, excepté le brasage des pièces à faible contraintes mécaniques telles que les lampes de mineur, les procédés de soudage n'existaient pas encore.
Toutes les constructions métalliques étaient rivetées à chaud, même les appareils à pression..., en attestent les chevalements encore érigés de nos jours et les charpentes d'anciens bâtiments industriels, fiertés de notre patrimoine...

Photos transmises par mon ami maquettiste minier Bertrand Crapet.


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |