histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Souvnis ed guerre
par TIOT RITAL le, 02/02/2010  

Pneu d’vélo in temps d’guerre

Ah mes gins quaind j’vos les vélos d’course d’achteure, ej tranne gramint d’invie ! Mamère ! I n’d’a qui sont in carbone, pu léger qu’eine pleume si bin qu’in l’zé liève aveuc foque el tiot dogt. I z’ont de’ greusses jantes à raïons d’birouette (brouette), eine selle perquée à tros km du cade et quaind in role fèle (vite) cha fait eine terte musique comme cheulle du Tiot quinquin ! A si min père i’arot connu cha, i’arot eu si gramint d’plaisi qu’i s’rot dallé bin lon … ah tonnoire ed Brest ! Ouais, i s’rot dallé à Brest sins s’arrêter ! Menme pon à eine capelle (estaminet) pou printe eine pinte !

In parlant d’cha, cha m’ramintuve eine histoère qu’min père a vi. In preume, ej dos dire, os l’avez adviné tertouss, qu’min pére i’avot gramint ker el vélo. I’étot rétu (trapu, solide) , avot un cœur qui battot à 40 pulsacions et i n’tot jamais arcran (fatigué) ! Edon i volot êt’ campion cyclisse. Mais el guerre alle est arrivée et i'a perké sin vélo au guernier pis i’est dallé à l’cache à autrichiens dins les Dolomites. Après i sa insauvé dé sin pays faciste. Fini el rève ed campion ! Mais, sus sin vélo d’course, i’a toudis continué à roler, in preume pou daller ouvrer, in deusse pou sin plaisi, tout seu obin aveuc des comarates et pu tard aveuc mi. J’mé ramintuve un jour qu’in s’pourménot insanne, j’avos bin du mau à l’suire, mi l’jonne homme ed 16 ans alors qu’li i n’d’avot 54 !

Pindint l’guerre 39-45, in n’treuvot pon grand cosse à acater pou minger et cor moinse pou bocop d’affaires. Ainsin, quasi impossipe d’acater un pneu d’vélo, seurtôt un d’vélo d’course. Min père i immarvoyot pasqu’i in usot gramint pusqu’i dallot ouvrer in vélo, mênme à 40 km dé s’mason ! Mais dins s’tiète ed Rital, déquindant d’Léonard (d’Vinci, bin seur, l’peinte ingénieu) i’a treuvé eine riche idée : I’a fabriqué li-menme ses pneus ! Commint ? Ebin aveuc du tuïau d’arrosache ! Ouais ! I fallot in printe un assez dur mais pon treup mou, pis coper un morciau à bonne longueur pour couverre el circonférince dé l’jante moinse quèques millimètes Pis, à chaque débout du tuïau, bin amaniéré (adroitement) i passot un fil ed fier pau travers et i l’zé loïot pou bin l’zé saquer et arsaquer ainsin les quèques millimètes qui manquot au pneu. Ainsin el morciau d’tuïau i épautrot (serrait) gramint bin l’jante et povot pon s’insauver ! Cha f’sot des pneus à grande usance (solidité) !

A ch’momint là, i ouvrot dins l’forêt Mormal, à Locquignol, à 20 km dé s’mason. A l’démotié d’sin quémin s’treuvot el côte d’Orsinval, qui avot eine forme ed cuvielle. (cuvette). I’avot donc eine déquinte pis sitôt eine montée. Min père i’avot ker ed déquinte in pédalant comme un damné, l’nez su l’role avant. Ainsin, aveuc es’ n’élan i armontot el démotié dé l’montée. Ch’jour là, i’étot arrivé au bas dé l’déquinte, édon à s’pu grande vitesse, p’têt’ 80 km à l’heure, quand d’un cop …pan ! i’archot un rude cop sur s’dos si fort qu’i’a manqué d’kéir in favelotte (s’évanouir), in dit aussi kéîr dans les peunnes et d’plonquer (plonger) dins l’fossé ! I’arot pu finir din un lusiau (cercueuil) !

Maugré qué s’tiète, in pleine tourbision (prise de vertiges), véyot plein écleuittes (éclairs) et 36 candelles, i’a l’forche ed freiner et d’s’arrêter. Ehansé (essoufflé), fersonnant, ploïé su sin vélo, tout cru d’caud, i respire à grand cop et s’ravigore (se remet) tout douch’mint. Adès, i ravise les waréchaix (paturages) et bos d’aspe (taillis) aux alintours pou vir queul biec bos (sot) a pu li bailler un tel cop d’baton. Peursonne ! Si’avot eu quéquin, seur i’arot archu eine rute dépourée ! I ravise el quémin et vot …quo ? Là, pu lon à 20 mètes… un viert serpent ed 2 mètes ed long tout crompi (tordu)! Maugré sin grand mau, i'est pris d’un grand riage comme chti d’un bochu !
El serpent ? …. Ch’tot l’morciau ed tuïau d’arrosage ! Ouais ! El loïage ed fil ed fier i s’étot brisié et l’morciau d’tuïau ainsin libe, au momint dus l’role tornot l’pu radmint
(au pu vite), s’étot déploïé et avot louqué (tapé fort), aveuc eine forche ed diape , el dos d’min père comme eine matraque ed CRS !

"Souvnis ed guerre" pa Tiot Rital


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |