histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)
  les tongs (16/09/2018)
  in carette vers Merlimont 4 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 3 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 2 (15/09/2018)
  in carette vers Merlimont 1 (10/09/2018)
  cha a quand même cangé ... (04/09/2018)
  j' su ardéchindu du haut dech' terril (31/08/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 1 (28/08/2018)
  fin d'drache, lachez les fauves 2 (25/08/2018)
  fin d' drache, lachez les fauves 1 (25/08/2018)
  Rue Florent Evrard (20/08/2018)
  Rue Louis Dussart ...ou rue de la Gare?? (13/08/2018)
  El Kéfir (13/08/2018)
  in va minger des patates (13/08/2018)
  y a que 50 ans (11/08/2018)
  Vue aérienne de Labuissière vers 1950 (09/08/2018)
  souvenirs d' caleur in carette (06/08/2018)
  mes quat'zieux (06/08/2018)
  souvenirs d' caleur (05/08/2018)
  les trains au Tour de France (30/07/2018)
  in bas des marches du lycée (06/07/2018)
  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
les vendanges d'antan
par PAILLART André le, 10/09/2010  

Chaque année au début de l'automne, des vendangeurs saisonniers, venus du Bassin du Nord Pas de Calais, réunis en " hordons " de 30 à 50 personnes, prenaient d'assaut les 20 000 hectares du vignoble champenois pour une durée de 12 à 15 jours.
La cueillette du raisin commençait environ 100 jours après la sortie de la fleur.
Bon nombre de mineurs et leur conjoint, voir leurs enfants, consacraient ainsi deux semaines de leurs congés d'été à cette activité champêtre de groupe à la fois ludique et pénible.
Les vendangeurs étaient recrutés par des affiches d'organisateurs régionaux que l'on trouvait sur les vitrines des cafés, commerces et parfois même sur les panneaux d'affichage des Comité d'entreprise des
fosses.
Mon grand père Léon d'Haillicourt, à la retraite était un de ces organisateurs.
Au début de l'été, il prospectait et visitait les vignerons de la région de Reims pour connaître leurs besoins en effectifs, en salaire proposé; mais aussi des conditions d'hébergement et de restauration.
Le vendangeur était logé et nourri par l'exploitant vigneron, une partie de son salaire était prélevée à cet effet.
Les transports aller et retour s'effectuaient par bus au départ de nos villes minières, ces derniers étaient à charge de la société d'exploitation.
Si les journées de travail étaient bien souvent pénibles, l'ambiance des repas du soir étaient très festive.
Les vignerons aimaient beaucoup les gens du Nord, la mine était garant de leur amour du travail et savaient que leur convivialité n'était pas légendaire.
A la fin de la campagne, bien souvent chaque vendangeur repartait chez lui avec plusieurs bouteilles de champagne offertes par le viticulteur.

En photos, quelques clichés qui remémoreront bien des souvenirs à tous celles et ceux qui connurent les vendanges d'antan.


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 3 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |