histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Complèt'mint cintré !
par wallart le, 29/01/2011  

Cha f'jot un momint qu' j'étos infreumé dins l'noir. J'ein pouvos pus. Et pis, v'là ti pas qu'ein biau jour, eul' leumière alle a v'nue m'éblouir.

Oh, ein s'y fait vite à l' clarté, mais surtout, cha m' faijot vraimint plaiji d'arvire clair.
A peine sorti, v'là ti pas que j' m'artreufe dins eun' tiote pièche. Ch'tot silincieux comme tout. Y avot plein d' congénères à côté d'mi. Ein haut, ein bas, tout partout...


Alorsse, j'a essayé d' comprinte duqu' j'étos arrivé, mais ch'tot pas facile.

Min premier voisin, y étot pas bavard : à peine arrivé, i s'étot écarté un peu, soit-dijant pou m' faire de l' plache.

Mais j'a vite compris, qu' ch'tot pou m'ignorer. Et m' laicher ein plan ! I faijot sin fier, tout cha passqu'i avot d'ssus li un biau mintiau.

Ein coup d'eul, et j'a vite vu qu'i v'not des Neuvelles Gal'ries ed' Limoges.

Cha crânot, té peux y aller... J'a alorsse tinté m' canche ed' l'aute côté, min aute voisin, li, étot pus ouvert, mais in véyot bein qu'i s' méfiot quind même !

Es' n'accent, y étot bein prononcé : li, i étot d' Ingoulême, et i affichot clair'mint es' n'origine : "Gal'ries Lafayette".

Mi, j' connaichos bien duqu'i v'not. J'a comminché à y parler d'mes copains du Nord, que j'avos ed' z'amis des Gal'ries d' Lens, et d'Arras...

Rien à faire, pou li, y' avot qu' Ingoulême qu'i comptot. Et ouais, j' savos mi qu' des Gal'ries Lafayette, id' n'avot ailleurs !

Bref, cha n' s' passot pas trop ben vec' ch' voisinache. Et pis, faut dire, qu' j'étos tout nu. Rien à m' mette ! Heureus' mint , ein biau jour, j'a archu eun' bielle pop'line in laine.

Tout d'suite, mes voisins, y z'ont ravisé duqu' cha v'not et comme ch' tot pas du coin, i s' sont mis à mouser (bouder, dins nous lanque). Pou eusses, ein s' devot d'acater ses loques dins ch' coin !

J'a beau eu leur espliqué qu' ch'tot eun' vieile pop'line d' min grind-père, rien à faire, silence complet !
Et pis, ch' temps y a passé.

Plusieurs fos j'a cangé d' plache. Jusqu'au jour, où je m' suis artreuvé à côté d'un gars qui m'arssemblot vraimint fort.
Après avoir ravisé dins chés détals, y'avot mi d' doute, ch'tot ein du pays... J'tos contint, ché sûr.

Tout nu au départ, y a vite archu un pal'tot ein v'lours. Là incore, ch'a nous arrivot du même indrot.

Ein n'est dev'nu des vrais amis. Et d'puis, ein n's'quitte que rar'mint.
Des fos, i s'peut qu'ein s'trompe d'veste, mais cha n' dure mi. Ein n'arvient vire à s' n'origine !"

Pou finir, ej' vas donner ein peu plus d'esplications à tout cha.

Ech' truc-là, y nous arrife tout drot ed' Grenay, d'ein magasin disparu ach'teure : "El' Samaritaine".

I a toudis servi, installé dins l'garte-rope de m' Mémère et d'min Pépère ed' Grenay.

Quand ech' jour du "dernier voïache" y est arrivé, j'a récupéré ech' truc-là, vec ch' mintiau qu' min Pépère i portot à chés grantes occasions.

Jord'hui, i est bein installé dins choqu'ein appellerot core ech' dressingue (pour dressing), si ein s' réfère à cheulle wassingue (pou washing : ed' l'Inglais : to wash : nétchier ; ou "faire un linche" pou "lunch", toudis d' l'Inglais).
El' Samaritaine, alle étot rue Dégréaux, à l'époque, intre Grenay et Bully.

Avant l'pass'relle de ch' quémin d'fer, in accédot par là direc'tmint ed' Grenay à l'rue d' la Gare à Bully : ch'tot pus rapite et surtout cheulle rue-là, alle étot plus commercinte. Y avot forchémint plus ed' monte (pas d'carettes, mais des qu'vaux !), et y avot du passache.

Ché pour cha, qu' dins l'rue Dégréaux, à l'époque, y z'avott'nt installé ech' magasin-là.

I devot d'ailleurs avoir eun' rute réputation, passque cheulle inseigne, alle étot connu un peu partout in France. In y trouvot d'eul' qualité et du consèle comme... (nan, pus ach' teure, ché fini tout cha !).
L'histoire a n' raconte mi si ch' magasin "La Samaritaine" ed' Grenay alle a feurmé, à cause de l'passerelle, mais in tout cas, ch' qui est certain, ch'est qu' d'eun' route très fréquentée à l'époque, alle est dev'nue cul-d'sac du jour au lend'main quasimint.

Asteure, y resse que des souv'nirs. Et min truc (vire el' photo pus bas), y est fier d'servir incore, même si i a el' nostalgie d'sin pays...

PS : si ch' l'histoire ed' Grenay, alle vous intéresse, ej' vous rinvos su ch' life d'Yves Antonini (grenaysien) aux Editions Sutton : des cartes postales in veux-tu, in voilà et d' z'esplications bien claires, et notammint su l' pass'relle ed' Grenay.

par minloute le, 30/01/2011

très bio texte , très dense, j' me suis permis non pas del modifier, mais simplement d' l aérer in mettant un peu plus d espace entre ché phrasses pour qu in puisse printe s' respiration et en faciliter la lecture


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |