histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
le soutènement marchant suite
par Bernard Urbaczka le, 16/02/2011  

en réponse à Maurice Devos (voir sujet "le soutènement marchant du 15 février 2011), voici quelques explications supplémentaires :
Les gros ripeurs à air ont été remplacés par des ripeurs hydrauliques.
Les vérins faisaient 10 cm de diamètre .......

L'installation d' un ripeur tous les 6 m était amplement suffisant pour riper en taille, mais les motrices tête étaient fixées sur une grosse poutre de 5 m

Cette poutre était boisée avec de gros étançons en braquant

Il y avait une pièce coulissante où on fixait un caisson avec des vérins

Donc on ripait la motrice au fur et à mesure ...

Au poste 3, s'il fallait changer un bac ou prolonger, on avait des vérins dans le caisson (voir le croquis succinct en pièce jointe)

j' ai remis également une photo des premieres piles installées à Bruay et une autre photo représentant les derniers modèles, plus sécurisants, qui évitaient le "dévalage à la veine"

Nous rappelons à tous qu' un modèle de soutènement marchant est visible dans notre musée d' Oignies, ouvert chaque second dimanche de chaque mois à partir du mois d avril

par maurice devos le, 16/02/2011

merci Bernard pour tes esplications tres claires , ché formidape , l'ripache du blindé , chés bos d'fer qui marchtent tous seuls , et surtout chés (rabattants) d'plumes pour impécher ech' carbon de s'délaver
si yavot eu ech'système là un 1958 al tale st victor min camarate "youn", y s'rot cor in vie , ya été tué in fin d'poste , un boisant )à veine , justemint pour impêcher ech' délavache
pour ech' ripache du blindé , si mes souvenirs sont bons , yétot tirés par des palans fixés à des bos un bos qui étotent boisés d'in l'niche , chétot d'ailleurs la el plache qu'ech' préférot , rin qu'pour ech'boisache un bos
cor merci pour tes esplications

par maurice devos le, 16/02/2011

j'ai fait in erreur , ché pas ch'blindé qu'yétot ripé in tirant avec des palans
mais el tête motrice , ché bin cha ?

par URBACZKA BERNARD le, 16/02/2011

Ripage en taille
Pour répondre à MAURICE. Si j'ai compris c'est "un ancien" donc il a connu le boisage à bois ou étançons
donc à cette période , on abattait au piqueur et les parcours étaient finis au poste 2 et on ripait (trinczing, lavettes, couloirs fixe, pfo etc etc)
puis est venu l'abattage avec les premiers rabots (abattage en écaille, par 30m; ou en ligne)
dans ce cas on boisait des pilots et dés que "l'passe" était faite on boisait, mais dans ce cas on maintenait les motrices en avant pour forcer le rabot à "mordre" la veine, le ripage était continu.
pour les tailles marchantes on boisait au fur et à mesure et on ne pratiquait que l'abattage en ligne (de la tête au pied sans arrêt) pour faire la passe en même temps sur toute la longueur de taille


  ( 4 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |