histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  en arrivant au cimetiere du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
le dispensaire
par Minloute le, 08/08/2004  

Ah ces matins où l'on devait aller au dispensaire, on partait tôt car on avait peur qu'il y ai déjà du monde qui attendait mais le problème était que tout le monde faisait pareil.
Enfin le dispensaire ouvrait, on se précipitait pour remettre son carnet et on surveillait aussi qu'il n'y ai pas des tricheurs qui mettaient leurs carnets en-dessous. Car l'infirmière appelait les personnes dans l'ordre inverse de la pile qui était sur la table.
Ensuite il fallait aller à la pharmacie mutualiste et rentrer à la maison.
Tout cela à pieds, il ne fallait pas être très malade.

par La Clo le, 16/12/2004

Rappelez-vous dans les mines comment on était soignés. Il y avait déjà (on y arrive maintenant) le médecin attitré par quartier et par fosse. On allait à la "chambre" pour les consultations et pas le droit de changer.
L'hôpital des mines, la maternité des mines, les pharmacies des mines. Dans mes souvenirs je me rappelle qu'il ne fallait pas être douillet.
Le docteur habitait comme les ingénieurs dans une belle maison avec des murs très hauts. C'était quelqu'un d'important.
On ne le voyait pas souvent faire des visites à domicile et comme on n'avait pas de voitures, malade ou pas il fallait se déplacer à pied pour se faire soigner

par Marie-Claire le, 16/12/2004

Moi ce qui m'a le plus marquée dans la médecine des mines c'étaient les dentistes. Les soins n'étaient pas la priorité, ils arrachaient beaucoup plus facilement les dents qu'ils ne les soignaient. J'ai dans mes souvenirs que la majorité des personnes âgées avaient un appareil dentaire.

par Minloute le, 16/12/2004

Actuellement à Bruay il n'y a plus de médecin des mines. Ma mère consulte un médecin de la sécurité sociale qui est habilité à prendre en charge les anciens des mines.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |