histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
l' makocz ou l' makowiec
par minloute le, 01/08/2011  

ché d' ailleurs sous l' appellation d' "makowiec" que j' la connu, chéto un gateau polonais

alors savez y avo des momints dans l' année du qu' mes vijins polonais i devotent suiffe leu ancien calendrier ou feter des saints que nous chéto pas eune date importante pour nous in france

i fétotent in saint, ou eune fete qui yavo dins leu pays avant
chéto souvint l aprés midi que cha s' passo, mi j y éto assez souvint vu que j éto copain avec leu file

là y avo les grands parints qui arrivotent ,j' me souviens que l' grand mère ché zinfants i l appelotent "bouchi", pi yavo aussi les tantes d'em copine

mi j éto là, mais ché pas pour cha que j' rintro am' mason, d'ailleurs comme j éto là j éto invité

faut dire que chéto pas j allo dire m' tasse d' thé, et au bout d un momint, j' prétexto que j' devo rintrer al' mason comme cha j' les laisso ensempe et surtout que mi j avo pas l'décodeur ...............

bin ouais "Bouchi" elle, ale éto vénue en France avec sin mari al' retraite eune fo qu' ché zinfants i zy étotent installés depuis un momint

Bouchi ale éto pitite et costaud, sin mari chéto eune lonque perche , autant dire aussi que Bouchi ale parto pour 2 , voir pour plus ......

sin mari, i resto plutot en r'trait, à glicher un mot par chi par là, am' mote avec souvint eune pointe d humour pasque cha faijo rire toute l assistance........sauf mi

sauf mi , ch' pauv' français qui parlo pas un mot d' polonais, l' mère dem' copine ale faijo attintion quand meme d' em parler in français d' temps in temps

tout l' monte i s' réunisso dins l' pieche "du milieu" autour d eune grante tape

là , l' mère am' copine ale allo querre 2 ou 3 gatiaux qu ale avo préparé
ale rameno l' grante caf'tière, ché cuillères et l' boite à chuques et eune boutele sans étiquette, avec comme de l io à l intérieur, et que j avo eu l' drot d' sintir un coup, que cha m avo fait l effet du visque, savez ch' médicamint qui soulage la toux et dégache les bronches ....

bin là chéto parel ...

et là , eune fo tout sul' tape chéto parti pour discuter in polonais ...

in voyo qui yavo des cang'mints dans ché générations, ché grands parints parlant presque exclusiv'mint polonais, ché parints total'mint bilingues, ché zinfants qui le parlotent très peu ,comprenant eune partie du parlache et que souvint l' mère al'traduiso in français , c' qui m' permetto d' suive tant bien que mal la conversation tant que faire se peut ........

y a des coups aussi avec m' copine in sorto d' tape, pasque pour elle aussi chéto un peu "rasoir" , faut dire aussi que ses grands parints i zhabitotent asteure in france, mais l' coeur et les idées chéto resté en polone

alors y a des coups j' comprenno que bouchi ale faijo des reflexions oh pas méchantes, mais ale faijo eune reflexion sur l' fachon d' s' habiller del' grante soeur am' copine, faut dire qu in éto à la fin des années 60, et qu in commincho à vire arriver des tenues aux couleurs un peu plus vives ,et que dans l'meme temps ché jupes ale zont plus raccourci ...........

chéto jamais graffe, mais cha devo éte aussi rasant pour eux, et ché pour cha qu avec m' copine in déchindo d' tape pour aller juer dans la cour ou dins ch' gardin

donc arvénons à nos maguettes, ché fameux gatiaux, acoutez j' va pas vesquer avec ché gins, mais d' abord j a jamais été "gatiau"

in plus in n ' avo j' vous jure t in mingeo eune part, bin rin que d' te dire qui fallo arriver au bout , chéto presque un exploit
nous in d'mindo d et' arservi in jus d' oranche pour faire couler tout cha, j' comprind aussi qui fallo eune grante cafetiere

vous dire ch' nom du gatiau j' s'ro incapape d' min rappeler, mais chéto sec , mais sec , ché pour cha qui buvotent grimnint d' café, cha permetto d' el rinte un tchiot peu j allo dire moelleux , pas ach' point là, mais au moins qu in risque pas d y laisser eune dint par inadvertance .......

mais chéto pas ceux que j avo l' moins ker, nan pour mi les pire chéto certains gatiaux et meme du pain aussi qui faijotent du que d' dins i devo i avo des graines et cha sinto souvint comme l' anis

j' éto pas habitué à cha, d' ailleurs j' comprenno pas qu in a ker comme cha des gatiaux bourratifs ou que d'dins y a des graines, alors qu à mon d' chez Maréchal, té pouvo acater des choux, des arligieusses ou des tartes aux fraisses ........

quand que j'dijo que j allo partir, s' mère am' copine ale m in coupo toudis un bon morciau, mi j' dijo bin merci, et j' savo qu'ale mason y auro qu' min père qui allo s' avinturer à minger cha

y avo bon appétit faut dire aussi , mais ché vrai aussi que comme mi i " courro" pas après ché gatiaux du qui yavo ché graines d' dins

pour in arvenir au makowiec, pasque mi ché avec ch' nom là que j' la connu , j auro été bin incapape d' vous dire commint chéto fait

j a été vire sur internet pasque mi autant la cuisine cha m' fait pon peur, autant ché desserts ché pas quequosse d indispensape pour mi , donc j y conno rin inter les pates arlévées, feuilletées etc etc

alors vla l'définition ché "eune brioche d' pate levée roulée et fourrée à la pate de pavot" ...................

chéto un gatiau qui confectionnotent au momint d' la noel , et à cette occasion i nous in offrote un

ché vrai que de l extérieur cha arsemblo à un gatiau type papy brossard, autant pour mi, j' in avo pas ker ch' gout

d' ailleurs al' mason qui ché qui l' mingeo, chéto min père, jel' soupçonno , avec du recul, qui le mingeo meme si i avo moyen'mint querre ch' gout ...................

tout cha pasque y avo connu des momints j' va pas d' dire d' misère et d' profond dénuemint quand qui éto adolescent, et que fallo jamais gacher, ni j'ter del nourriture al' poubelle ..........................................




par maurice devos le, 01/08/2011

al maison chétot parel , quand des parints ( tantes oncs , cousins (es) y v'notent al maison , y parlotent beche , et j'véyos bin qu'min père y s'régalot à arparler s'lanque maternelle , em'mère grammint moins

y faut dire aussi qui parlotent et comprenotent el français sauf in viel tante à min père qu'yavot grammint ed' difficultés, et j'sais pas pourquoi j'avos querre ch'te lanque , pourtant j'comprenos rin

pour ech' gatieau , chétot des graines ed' pavot , d'ailleurs in n'davot d'un ch'gardin , et un les mingeot , comme cha sans rin d'aute

par URBACZKA BERNARD le, 01/08/2011

l'makocz
C'est au départ un gateau festif avec les premières vagues d'immigration, puis c'est devenu un gateau tout a fait normal (au même titre qu'une tarte au flan ou au lait bouilli!!!

La texture de la pate au pavot a changée, maintenant on l'achète dans les boulangeries , toute faite mais c'est des graines de pavot de culture industrielle, enrobée de glucose et de rehausseur de gout ! rien a voir avec le gateau de l'époque citée par MINLOUTE.

Les polonais cultivaient le pavot (genre de coquelicot) et récoltait les graines pour faire ce gateau (c'est pour ça qu'on le faisait qu'à une certaine période)
n'oublions pas que l'on tire l'opium du pavot!!!!!

J'ai eu l'occasion,lors d'un voyage en Pologne de manger du makozc traditionnel hez ben c'est tout juste si on ne planait pas!!!! Agrémenté de quelques verres de vodka on est les rois!!!

par minloute le, 02/08/2011

j a des "souvenirs" ou plutot chéto m' mère qu ale raconto cha, sin père né à Hazebrouck vers 1892, parlo flamint

mais uniqu'mint quand qui éto avec ses copains et qui avinchotent dans les allées del ducasse

comme m' dijo m' mère i commincho à raconter l' histoire en francais et quand que cha deveno un peu "scabreux" i finicho l histoire en flamint

m' grand mère nan, mais ale imployo ché mots d' patois uniqu'mint pour qualifier ché gins : inochint, ablayeux, fate...

faut dire que m' grand mère , surnommée ch' commandant, ale avo un avis sur tout l'monte .....et chéto toudis sans appel, si té plaijo pas t éto rhabillé pour eune paire d hivers ........

par Boxerman le, 02/08/2011

Bonjour mes gins
Si mes souv'nirs sont bon in applot cha aussi un p'tit pain aux oeillettes.
A bruay in in trouffe cor des bons.

par maurice devos le, 04/08/2011

ché cha boxerman , ed' l'oeillette , avec em'femme un cachot apres ch'nom , pu moyen qu'cha arvienche , cor un mot qu'in avot oublié


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 5 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |