histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Je t' laisse, nou père i est arvénu...
par wallart le, 14/11/2011  

Un viux ramint'vrance (souv'nir) m'arvient. Comme j' l'à d'jà racouté, mi j'a passé ed' rutes momints amon mes taïons Pépère Marcel et Mémère Georgette. Cha s' passot à l' Cité 40 ed' Grenay. Jord'hui j'arplonque dins es' z'années 1978-1979. Ein est mercredi, et comme à chaque fos qui f'jot biau déhors, em' Mémère alle m' dijot : "Allez, out, va t'in juer déhors !"

Faut dire qu' cha ne m' déringeot mi. Ch'tot putôt el' contraire qui m'arot déplu. Faut que j' racoute chi cho qui s' passot dins chés Cités à l'époque pou chés jon.nes qu'ein étot. D'abord, el' pupart ed' nouzautes, ein n' s'éloignot mi de l' rue dins cheulquelle ein vivot. Ainsi, mi, em' n'univers, cha s' délimitot intre el' rue Nungesser et au pus loin ech' fameux "Tas d'schistes"(ch' t'ainsi qu'ein nommot ech' manifèque terril de l' Cité). Jamais, ein's s'avinturot dins es' z'autes rues.

Et 'reus'mint, in face de l' mason, i avot deux garchons ed' l'âche à min frère pis mi. I s'app'lott'nt Michel et Denis H. Ein s'intindot bein et je l' z'intinds core ev' nir par ed'vant l' mason pis crier "Jacky-y ! Jacky-y !". Et cha jusqu'à ce qu'éj' foute min musiau déhors. Et ouais, ein n'osot mi aller buquer à l'huche ed' chés gins pou ed'minder si untel ou untel i étot là, ed' peur ed' déringer pis, dins ch' cas-là dé s' faire rabrouer, ed' mette in dondaine (enerver) ech' t'homme in route à faire es' niquet (sieste), ou l' femme in train d' faire sin tripot ! Alors ein s' contintot ed' cahuler (crier) ech' prénom d' sin comarate, et des fos cha durot ein momint.

Ech' père à Denis et Michel, i étot mineur. Ej' m'arrête chi eun' seconte pou vous dire que ch' t'homme-là i m'impressionnot réell'mint. I avot toudis eun' guive (visache) durcie par el' z'épreufes du temps, i nous parlot jamais ed' trop à min frère pis mi, ein arot dit qui es' déméfiot ed' nous deusses.

Dins l'horizon, ej' l'arvos core arrivé à pattes, tout sèque, vec sin tchiot sa (sac) à lachets ed'sur sin dos, ch' qui i donnot ed' faux airs ed' Titi parisien. I avot eun' tiote moustaque italienne, des cavus bein noirs, saqués in arrière, gominés, et toudis eun' roulée ed' toubac gris à sin biec.

Et just'mint, ch'tot toudis à ch' momint-là, qu' nou comarates, dès qui veyott'nt lu père arriver dins ech' lointain, i m' dijott'nt, tout in étant à hue-à-hue d'arvire lu papa rintrer de l' fosse : "Je t' laisse, nou père i est arvénu".

Mi, ej' trouvos cha normal, mais fallot vir' vec que joie i coeurott'nt in direction ed' lu père. Jamais ed' grosses imbrassates, mais eun' tindresse avérée. Pis, comme j' l'a dis pus haut, lu père i étot pas ed' trop démonstratif, mais ch'tot el' seu momint où je l' veyos esquisser un sourire : ses tchiots i étott'nt là ! 'Près cha, nou copains i arnévott'nt dins nou direction, pis ech' copinache i arprénot.

Des fos, quand ein juot pus loin et qu'chés fistons i n'étott'nt pas dins el' z'invirons, ch'tot lu mère qui s' mettot à l' pégnon ed' lu mason pis alle intonnot "Denis, Michel, vou père i est là !". Et hop, ech' rituel i arc'minchot. Chés deux frères abindonnott'nt nou occupation et vite, i coeurott'nt vers ech' père tout jusse rintré de l' fosse.

J'aro vraimint voulu savoir cho qui sont dév'nus tertous, mais bon ech' temps i a fait sin traval et pis ch'est comme cha qu'ein s' perds ed' vue.

In tout cas, des fos, quind à min tour ej' rinte du boulot, et pis qu' mes garchons i m' sautent à min cou, i m'arrife d'arpinser à tout cha, à l'amour qu'ein jon.ne i a pou sin papa...

(à min père, Marceau Wallart dit Alain)


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |