histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
l ' cang'mint du papier peint ....
par minloute le, 28/01/2012  

si vous imaginez la suite, commint qu in a cangé l' papier peint , pi busié al' suite inch' dijant que chéto min père qui faijo cha et qui crio MERTE , quand qui loupo sin coup, ou alors que chéto m' mère qu ale faijo cha, zavez tout faux.................

nan pour l' papier peint in faijo appel à un espécialiste, que comme j' va citer sin nom, et que si par hasard yavo quéqu un des' famile qui quéyo sur l artique, j' vous assure que meme si par momint j' va un tchiot peu m' moquer d' vot' parinté,que ch est fait avec grand respect et que justemint ché s' n' attitute complet'mint à l opposé d' mes parints que mi cham' faijo bin rire

donc pour faire ch' papier peint zavez compris que chéto pas nous qu in s in occupo, nan chéto Monsieur Héliès

chéto un artraité , am'mote qui devo avoir eune dizaine d années d' plus qu' min père, et j a l' souv'nir un peu imbrumé, escusez me, mais qui avo travaillé aux ateyers du 2 avec min père comme chef

pour avoir Monsieur Héliès, fallo pas et' pressé, pasque al'retraite i travaillo , et sa spécialité chéto la posse d' papier peint ...

fallo s y printe à l avinche , aller l' vire , convenir d un rendez vous, pasque avant d' commincher i avo ker raviser c' qui yavo à faire ...

autant min père chéto pas l' roi du bricolache, ou plutot yéto du ginre que quand qui commincho un truc fallo que cha so fini au pire dans l' matinée...autant Mr Héliès chéto l' patience personnifiée

acoutez , pouviez pas trouvé plus "zen" qu' li, jamais stressé, toudis d un calme olympien

j' va faire eune tchiote digression cha s'ra pas l' premiere ni l' derniere, mais j a lu y a un tchiot momint que souvint not' allure quand qu on fait du vélo ale trahi not' fachon d avincher dans la vie...

y a chés pressés, ceux qui vont à eune allure normale, ceux qui avinchent piam piam , pi y al' catégorie à Mr Héliès

d ailleurs quand qu in l' voyo arriver al' mason ché à ch' l allure là qui y arrivo, savez ceux , grand mystère, qui arriffent à avincher tout douch'mint , que nous à leur plache in s'ro qué à terre, tel' mint i vont duch'mint , un vrai numéro d équilibriste

quand que Mr Héliès i arrivo al' mason , m'mère ale dijo à min père qui yarrivo , faut dire qu ale le guette ach' carreau

mais min père i s affolo pas, i savo qu' Mr Héliès, i allo garer sin vélo, querre sin antivol dins l' sacoche arriere, mette l' antivol, artirer ché pinces à vélo, les ringer dins s' poche, armette sin béret bin drot, printe sin carnet, sin mete, et sin crayon , parel dans l' sacoche arriere, arfreumer l' sacoche arriere, vérifier si ch' l' antivol i éto bin mis , in sait jamais, pi armette ch' pli du bas des' maronne ...


"bref" comme diro l aute i n navo pour au moins chinq mineutes avant des' diriger vers l' mason , mi j éto djà plié d' vire min père qui commincho à s impatienter mais qui oso rin li dire vu que Mr Héliès i faijo un traval impeccape , chéto un peu voyez comme quand qu in attind ch' plombier, in rale in rale ,et quand qui arriffe, in est tout gentil, en espérant pas l' facher vu qu in a bin b'soin d' li

Mr Héliés i intro, bin poli i dijo bin bonjour à tout l' monte, et yavo toudis l' meme air , un peu détaché , un peu poéte, j' l a jamais vu s enerver ou meme avoir eune pointe d' cang'mint d' attitute ..... bref chéto un dalai lama avant l heure ...

i arrivo , i raviso l' pieche, ché radiateurs, i preno quequ'mesures pour vire l' surface à faire, y a des momints du qui nous semblo surnaturel, i commincho eune phrasse et pi y s arreto au miyeu, min père et m' mère i s' ravisotent , s'demindant si i pouvotent interrompe l' "réverie" .......

i d'mindo à vire ch' papier peint, y éto fort poli , pasque à chaque coup i sorto s' phrasse favorite qu in allo intinte au moins trente coups quand qui viendra al' mason faire ché travaux : "cha va faire beau, hein" , ouais chéto s' phrasse et comptez sur mi pour vous l arsortir eune paire d' coups ché jurs chi....


cha y est i avo pris ché dimensions, tout arcopié d eune fachon plus que méthodique dins sin carnet du que tout y yéto tenu d' fachon exemplaire

aprés veno l' momint du qu in li proposo un apéritif , i hésito à chaque coup, mais i prenno un verre quand meme, un verre un seul, vu qu aprés i devo arpédaler vers Labuissiere du qui il habito ....

et là chéto l' momint du qui yavo des grands "blancs", in li servo un verre, min père et m'mère i li faijotent l' conversation, pasque li i s' continto d' queques mots pour réponde

pi enfin in oso li d'minder combien cha allo faire , alors Mr Héliés i dijo un prix à l heure, alors min père i li d'mindo combien d' temps i allo avoir besoin pour tapisser, là l' réponse ale éto plutot évasive, in tout cas in avo eune idée de c' que cha pouvo couter ............

pi derniere question, quand est ce qui compto v'nir ...là souvint i fallo attinte tro s' maines au moins,(d' sin coté min père i savo qui fallo rajouter eune semaine au moins vu qui prenno toudis du r'tard su ché chantiers )

al' mason in veno d' canger ché meupes et d' vider la salle à manger , Mr Héliés i devo v'nir "normal'mint lundi au pire mardi" qui yavo cor dit la s'maine derniere à min père qui avo été l'vire as' mason

in éto mardi soir , min père i veno d arvenir d' chez Mr Héliès, y éto pas as' mason, fallo compter eune journée d' plus , y avo pris du r'tard

et j' voyo min père , dépité d' ché dépité, mais i savo qu avec ch' t homme là, fallo et' patient, alors i rintro, i allo s' mette à sin bureau dins l' pieche d' devant à trier ché papiers , faudro cor et' patient ...........


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |