histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ché vints d Artois... (12/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)
  arrivée de la télé et demandez le programme 2 (13/11/2017)
  arrivée de la télé et demandez le programme 1 (13/11/2017)
  arrivée de la télé et demandez le programme (13/11/2017)
  les Ch'tites souris (12/11/2017)
  cor heureux qu in avo du sape (12/11/2017)
  du grr au ploc ploc en passant par le vroum vroum 2 (09/11/2017)
  du grr au ploc ploc en passant par le vroum vroum 1 (09/11/2017)
  du grrr au ploc ploc in passant par le vroum vroum (09/11/2017)
  pour la soif .... (08/11/2017)
  merci Aspro (08/11/2017)
  à chaque époque s' magie ... (06/11/2017)
  Riquiqui et Roudoudou (06/11/2017)
  les disques à histoires (05/11/2017)
  l'essoreusse à linche (03/11/2017)
  sujet marronnier (02/11/2017)
  les Killtoïds (29/10/2017)
  mets tes basquettes (29/10/2017)
  le velours de l estomaque (24/10/2017)
  gueule à chuque (23/10/2017)
  la magie du taquin (22/10/2017)
  la mort sous l' cagnard (19/10/2017)
  tampons scolaires (18/10/2017)
  Chrysanthèmes (18/10/2017)
  sauf..... (16/10/2017)
  Eune goutte d' jus (photo) (15/10/2017)
  Dins chés caffes (03/10/2017)
  l' framacie (03/10/2017)
  ché chuques à mon Maréchal (02/10/2017)
  du byrrh au visqui (02/10/2017)
  la joie des jeunes (27/09/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...
 Mégane ( 08/09/2017)
Bonjour, Habitant ...
 FRYHTAN ( 30/06/2017)
Bonjour à toutes et ...
 Pascalou ( 25/06/2017)
Bonjour à tous, je v...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
vendredi et diminche à merlimont
par minloute le, 26/02/2012  

in avo la chance d aller passer plus d un mo à merlimont pendant ché grantes vacances
in suivo pas tel'mint ché jurs, ah si in savo quand que chéto l' vendredi vu que chéto jur d' marché sul' plache du meme nom

j avo ker y aller avec m' mère, avec su la droite ché tchiots maraichers avec leur tchiote production, ché prix indiqués à la craie su d' zardoisses, et souvint ché légueumes pesés soit avec des balances Roberval qui avotent connu bin des pesaches, ou alors cor plus zarchaique l' pesée avec l' balance à crochet, la balance romaine

l' centre du marché chéto consacré à ché zautes commerces, comme l' marchand d' bonbons , qu in connaisso aussi pasqu i éto l' reste d' l' année ach' marché d' bruay, ché marchands d' liffes d occasion...... ché marchands d' coutiaux in tout genre que mi j auro bin voulu acater mais que m' mère ale voulo jamais et que chéto toute eune histoire si j' resto devant ce stand plus d' 10 s'contes ...

in avo dro aussi , chéto début des années 70 à des marchands d' compils d' cassettes ou de disques, i nous mettotent en fond sonore des extraits , et y a des coups in intindo bin que chéto pas l' canteu original qui pousso la chansonette

yavo ché marchands d' maillots d' bain, d' tissus, pi au coin teut' prenno l odeur d' ché cacahuettes qui cauffottent, chéto pas la peine d ' in d'minder , j' savo que j avo dro à "té va pas minger cha à ch' t heure chi"

mi j y dijo qu in auro pu les minger l aprés midi su la plage mais là parel m' mère ale voulo pas, faut dire que m' mère depuis 1945 ale éto habituée à t'nir un budget serré vu aussi l' nompe d infants à élever

aprés avoir avinché tant bien qu'mal entre ché zallées, vu l' monte qui yavo, in allo asteure su la gauche du marché, du qui yavo à l écart ch' marchand d' pichons et chti qui vindo d'tout , ch' fameux camelot que j a djà parlé dans un aut' sujet

à croire que ch' marchand d'pichons i avo b'soin d'ete à l écart, nan j' dis cha chéto pas vrai, ché vrai que l' stand i payo pas d' mine, que ch'pichon i éto imballé dans du papier journal, mais l' femme qui vindo cha, chéto am'mote eune femme d' péqueux, ale avo l' teint bin rouche, habituée à vive au frod, et ale avo d' gros bras tout mou, qu in auro dit qu énormes filets d' pichons ..


l' diminche in l' savo plus facil'mint qu in éto ch' jur là , vu que depuis la veille yavo plus d' monte qui passo in carette d' vant la maison située avenue de la plage

d' ailleurs au matin, j avo ker m' placher en enfilate et raviser ché flot d' carettes qui allo devenir d' plus in plus impressionnant vu que ché gins du pas d' calais ou du nord qui venotent passser eune journée à la mer i zarivotent tous entre 10h et 13 h

y a meme des coups min père i allo garer s' carette au matin ché parrain, mon mononque qui avo eune mason au bout d' not' gardin, dans eune rue moins fréquentée , pour pouvoir sortir et rintrer facil'mint quand qu in voulo aller à la plage

d'ailleurs ch' jur là m'mère ale allo plus tot acater ché pains coupés et ché gatiaux en forme d' cygne à mon d' chez Carré, ch' boulanger qui éto au coin d' la place d' l églisse

aprés cha, in éto tranquile, in pouvo aller tranquil'mint à la plache au matin, min père i avo acaté en passant ch' jurnal, ou alors in garo l' carette avenue des flantres j' cro bin, pas loin d' la villa qui donno su la mer et que j' trouvo si belle et qui s appelo "nic au vent"

au coin du boulevard de la manche et d' l' avenue de flandres plus précisemint, vu que ché parkingues i zétotent djà pleins

pi pas la peine d' printe l' carette pour passer par l avenue de la plache, chéto bouchon assuré , sans compter ché gins qui marchotent sul' bitume vu que su ché trottoirs chéto bondé , entre l affluence d' ché gins pi aussi ché commeçants qui en profitotent soit pour mette plus d' cayelles, d' tapes, d' présentoirs, d' bacs à jouets, d' portiques à leunettes, d' ballons ou d' batiaux gonflapes su ché trottoirs pour nous inciter cor plus à acater

j' avoue que mi javo ker ch'monte là, d ailleurs souvint autant min père i rintro en carette , mi j' rintro à pied, et bin sur en passant par ch' te fameusse avenue

cohue, files d' attentes qui finisso su ché trottoirs au niveau des marchands d' légueumes, des boulangeries, des traiteurs, ou d' boucheries

dans l' ciel passo l' avion publicitaire d' bagatelle avec s' grante banderolle derriere , comme pour nous inciter cor plus ...

ché trottoirs étotent pas cor arfaits comme cha a été fait dans les années 90 , cha monto cha déchindo, yavo pas toudis l' meme revet'mint, j' me souviens d ailleurs que quand qu in passo devant "les marmousets , home d enfants" , chéto des tchiots carrés d' 10 cm au sol

plus loin t avo l odeur del biere qui sorto d' chez nombreux cafés, t intindo aussi ché flippers qui juottent à fond

par ichi gros bouchon, yavo des gins qui attindotent devant ch' poste d' gendarmerie, am'mote qui yavo du y avoir eune affaire d' voisinache ....

par là chéto l odeur d'ché poulets qui rotissotent dans ch' four rotatif en inosque qui éto situé such' coté

là yavo du monte, et pourtant chéto l' matin et j' les enviotent, yavo djà du monte autour d' ché marchands d' glace
faut dire que vire la couleur d' piau d' ché gins qui attindotent là, chéto des gins qui passotent qu eune journée par ichi et qui voulotent vraimint qu' ché jones zinfants i zin profitent

plus loin chéto l' odeur d' ché frites, ah mon diu que j auro bin voulu mi aussi avoir m' tchiote boite en carton , remplie d' frittes bin dorées, bin huileusses, avec un monceau d' mayonnaisse d' sur, et eune toute tchiotte fourchette in plastique pour pouvoir les piquer ...

dins l' avenue yavo eune carette d' cirque avec ché gros parleurs, qui vantotent leu spectaque, i nous zinvitotent aussi à aller vire l' ménagerie qui éto installée sul' plache du marché, qu in pouvo visiter avant d aller vire un spectaque "extraordinaire" tout cha annoncé sur un air d' flonflon d accordéon

aprés bin des slalomes inter ché gins, ouais yavo aussi ché gins qui s' artrouvotent ichi, et qui étotent du meme quartier qui bloquotent l' passache, mais sans gène ,bin ouais fallo printe des nouvelles del famile, vire combien chti chi y avo grandi, chelle làle qu ale fréquento asteure, "que voulez vous ch est la vie" qu ale s'dizotent ché femmes en rigolant insempe ...

nous vla chi devant le sphinx, ch' grand café des jones, du qui servotent djà ché zapéritifs pour certains, alors que des familes attablées , comminchotent à minger ché plats d' moules frites , qui éto à peine midi

cha m interpello cha, d' vire par exempe au sphinx des gins qui mingeotent bin tot, et d' vire juste à coté des gins qui faijotent cor la queue à mon dech' boucher, ché dire qui zalotent minger à des zheures bin différentes

là dernier grand danger, ou tout au moins qui fallo faire attintion, chéto l' traversée del plache d' l églisse du qui avo, mi j in rigolo , eune queue formidape d' ché gins qui attintodent pour acater ch' pain et ché gatiaux, ah j avo invie d'leu dire , "nous ch est fait d' puis longtimps"

faut dire aussi, j éto jone, à peine 10 ans, et qu in a sin orgueil à fleur d' piau ...

là ché cloches d' l églisse ale venotent cor s' meler au tintamarre général, chéto l' sortie d'l églisse , cha m arrivo aussi d' aller y attinte mon père al' sortie pi rintrer avec li à pied al' mason

cha y est in a passé l' églisse, passé ch' trottoir du qui yavo plus loin eune énigmatique dame agée qui s' appelo , Madame LEMPEREUR , pour mi quéqu un qui avo un nom comme cha cha devo et' quéqu un d important ....

cha y est in quitto "le centre ville" , in passo d' vant ch' café du qu in "pouvo apporter son minger" , mais qu au coin yavo l' barraque à frittes qui sinto si bon

pi in passo d'vant ch' garage qu asteure ché Vantorre, d' là j avo ker artraverser pour passer tout à coté dech' restaurant "la chaumiere bourguignone"

chéto particulier, pasque l' cuisine ale éto faite au sous sol et quand qu in passo dins l avenue in voyo en contrebas ché cuisiniers s affairer, in sinto ché zodeurs d' cuisson, in intindo ché batteries d' cuisine, in les intindo parler aussi

d' là j ' artraverso, tout cha pour passer devant l' restaurant chinois , abattu asteure, qui s a appelé l' hotel des dunes, pi l' coq ...que j' sais pu commint qu on l appelo d ailleurs

j avo ker passer d' vant vu que chéto rare d' vire des restaurants comme cha, avec des rideaux partout , qu in voyo pas s' qui passo à l intérieur, pi surtout j avo ker sentir , j' vous rappelle qu in éto au début des années 70, des odeurs d épices qui nous zétotent cor inconnues

m' grand mère née en 1892 ale avo un avis tranché, ale dijo "si i mette des rideaux pour cacher , ché qui zont quéquosse à camucher"......

j avo ker raviser dans l' détal les plats qui étotent affiché d' chaque coté d eune tchiote pagode, fixée sur un potiau

in parlo asteure cha f'ro rire, mais quand que j'voyo qu in parlo d' champignons noirs, d'canard laqué, mi cha m interpelo pasque j' voyo bin m' mère qu ale metto au matin des grands jurs eune tonne d' laque sur ses caveux, que té pouvo pu respirer dins l' pieche tel'mint cha prenno al' gorche, alors j'm imagino avec dégout, ch' cuisinier chinois, printe un canard, vivant ou mort , j' savo pas, pi l asperger d' laque à caveux ....

d' là j artraverso l' route pour m artrouver d'vant ch' garage shell, là j avo ker y passer j' do vous avouer, pour enerver ch' berger al'mand qui yavo en laisse à l interieur du garache, par conte quand qui éto en liberté, j' passo min qu'min en serrant bin ché fiesses, pourvu qui m arconnaisse pas chtilale

cha y est j artraverser cor un coup, cor eune paire d' villas à passer, dont j' connaisso ché noms par coeur, j ouvro vite l' portillon et j 'm ingageo dans eune course folle jusqu al' mason

là yavo parrain et marraine , mon mononque et mamatante qui étotent là, ou alors y avo pas personne al' mason et j' continuo m' course folle, j' passo d' not' gardin à chti d' parrain et marraine , rintro à leu mason par l' porte et' derriere, et là j' les zartrouvo tous , min père et m'mère pi parrain et marraine, sans oublier m' grand mère dins sin fauteul au coin del grante farniete qui donno sul' rue en train d' boire l apéritif
j' em' faijo douch'mint gronder , "du qu' t arviens" "in commincho à s inquieter", pi j avo dro à " t as lavé tes mains", et j allo dins l' cuisine à marraine pour palier à cet oubli

mi au bout d un momint j' trépigno "quo qu on minche", " té verra bin " qu ale dijo m' mère

ché coups là ,chéto sur que cha sero des plats que m'mère ale alo pas cor passer eune heure al' mason pour faire cuire

nan souvint chéto en entrée des crevettes , savez ché tchiotes crevettes grisses accompagnées d un tchiot verre d' cabernet rosé, meme mi l' diminche j avo dro à un verre, al' reflexion proposer un verre d' rosé meme tout tchiot à un garchon d' min ache ...

faut dire qu' min père i éto aussi d' l ancienne génération i éto d' 1911 et li aussi à 10 ans i avo dro l' diminche à un tchiot verre d' rosé

bon cha y est m' mère ale levo l' camp vu que" j éto parti pour minger tous ché gatiaux apéritifs " et "qu après j auro pu faim"

pourtant am' connaicho , j éto pas l' fils à Léonce pour rin , comme min père in avo ker minger

eune fo artraversé ché gardins, min père et mi in s asseyo , m' mère ale donno ch' crevettes, ah ché tchiotes crevettes acatées ou ramassées du matin, avec un gros morciau d' bure sur du pain mes gins ..........

pendant ch 'temps là m' mère so ale avo j'té ché frites djà épluchées dins l' friteuse et mis à récauffer tout douch'mint ché moules ou alors ale avo mis à cuire du carrelet , pi ché pétotes ........

fallo pas qu' cha traine entre ché crevettes et ch' plat sinan j allo commincher am' rapprocher dech' pain et j allo avoir dro à "mets pas du pain dans ta tete"

chéto eune des expressions d' min père .......

tchiots souvenirs qui m' sont arvénus au détour d eune carte postale que j a du djà mette sul' site mais que j' armets ichi, du qu in vo l' avenue d'la plage mais am' mote chéto pas un diminche , belle carte postale aux couleurs passées

comme min récit, bio récit, in tout cas j avoue que j a pris grinmint d' plaiji à l écrire avec eune grosse pointe d émotion vu que mon parrain (chéto d ailleurs pas mon parrain mais mon mononque) y a décidé au mois d' janvier de ch' t année à 88 ans d'nous quitter

par chtitalienne le, 26/02/2012

plaisir d'écrire et pour nous plaisir de lire ...

J'ai arvu ché gatieaux in forme ed cygnes , j'adoros cha , ej m'a arvue tite fille , ej comminchos par print einne aile et un tit peu d'crème après chétot l'autt aile , aprés ech cou, Mon Dieu que c'était délicieux..
Merci Minloute pour ché souvenirs qui arviennent in lisant .


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |