histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Lens, Unité de Production de Lens
par kiki le, 16/04/2012  

Lens, Unité de Production de Lens

Une taille exceptionnelle de 300 m

Pour le première fois dans l’histoire du Bassin du Nord-Pas-de-Calais, une taille est exploitée sur une longueur de trois cent mètres. La décision de mettre ne place un tel chantier a été redue possible grâce aux conditions géologiques favorables rencontrées dans ce panneau de Six Sillons du Siège 19. Rares, en effet sont les panneaux qui permettent des chantiers de cette importance, dans le gisement tourmenté que nous connaissons.


Un équipement et des matériels adaptés

La taille 17 de Six sillons, avec sa longueur sans précédent, se doit , bien entendu, d’être dotée d’un matériel tout aussi exceptionnel. Si bien que ce chantier dispose d’un ensemble d’équipement dont chaque élément a fait preuve d’une robustesse et d’une fiabilité parfaites là où il a pu être utilisé individuellement.

L’abattage se fait par un rabot ancre rapide rognant le front de taille à 1,50m/s. L’évacuation des produits est assuré par une blindé EKF 3 à déversement latéral à la vitesse de 0,5m/s. Deux cents piles de soutènement marchant Westfalia standard assurent le soutènement . Deux pompes hydrauliques haute pression sont disposés individuellement dans la voie de tête et la voie de pied. Chacune d’elles, en circuit indépendant, alimente en fluide respectivement les piles et les pousseurs de l’amont et de l’aval de la taille. Un dispositif conçu par les techniciens du siège et situé au milieu de taille, permet d’alimenter l’ensemble du chantier à partir d’une seule pompe, par simple intervention manuelle, en cas de panne sur l’un ou l’autre des circuits. Il faut encore ajouter, à cet équipement , une installation de phonie permettant une communication orale dans toute la taille, installation doublée par un système généphonique, fonctionnant lors d’une panne éventuelle.

Dans le domaine de la lutte contre les poussières, un dispositif complet a été mis en place (cannes d’injection, capotages en toile, arrosettes sur le blindé, prises d’eau pour arrosage du foudroyage, etc). En puissance installée, on trouve, à chaque extrémité de taille, une tête motrice comportant un moteur de cent cinquante chevaux pour le blindé et un autre de cent chevaux pour le rabot. Ces moteurs, pour la première fois dans ce siège, sont alimentés en mille volts.


Une expérience intéressante

L’intérêt essentiel d’exploiter une taille d’une telle longueur est d’éviter le creusement d’une voie intermédiaire qui aurait nécessité l’exploitation de deux tailles plus petites (de cent-cinquante mètres . chacune par exemple). Sans parler du creusement lui-même, on n’économise donc les travaux d’entretien de cette voie ainsi que ceux rendus nécessaires au passage de la taille amont, puis de la taille aval. Ces derniers travaux sont évalués à environ vingt hommes-poste.

Il s’agit, en fait, d’une expérience décidée par la direction du Siège. Si cet essai se révèle favorable et que des conditions similaires se reproduisent, cette expérience devait se renouveler à l’avenir.


Des résultats remarquables au démarrage

Malgré quelques contraintes liées au déblocage (neuf convoyeurs de pied de taille jusqu’au chargement), au gisement (minage sur sept mètres pour garder une ouverture constante), l’objectif de production est supérieur à deux milles tonnes par jour. Avec un réalisé de plus de quatre mètres d’avancement par jour. Cet objectif était déjà dépassé après une semaine d’exploitation. Étant donné la longueur de la taille, son ouverture moyenne de un mètre trente, et sa pentes, constante de sept degrés, le résultat est remarquable. On a certes vu des chantiers réaliser de temps à autre des résultats semblables mais jamais d’une manière continue.

A titre indicatif , depuis son démarrage jusqu’à fin février la taille 17 de Six Sillons a produit en moyenne 2385 tonnes nettes par jour, réalisant ainsi un rendement taille de 18,5 tonnes par hommes. On ne peut que féliciter l’ensemble du personnel qui a conçu et préparé cette taille, comme Celui qui y travaille actuellement.

Quant à la durée d’exploitation, elle est prévue pour une période d’environ huit mois.



La taille 17 de Six Sillons est équipée d’un rabot ancre rapide ( 1,50 m/s) et d’un soutènement marchant type Westfallia. L’évacuation des produits est assurée par un blindé EKF 3 à déversement latéral (photos jointes).

par maurice devos le, 17/04/2012

in tal ed' 300 mettes, j'aros bin voulu connaîte cha avec tous ch'matériel moderne cha devot valoir el coup d'ête vu , bin qu'd'aprés mi ch'traval devot ête moins intéressant, qu'avec un picqueur
j'em vos bin dechinte du matériel et surtout des cates T H (couronnes et pieds) din in tal aussi lonque


  ( 3 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |