histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  cha tourne à toute blinte (20/05/2017)
  j y a cru (20/05/2017)
  ah l' bon gout d' la levure (18/05/2017)
  souvenir du vélodrome de La Buissière (16/05/2017)
  Merlimont hors saison 2 (14/05/2017)
  j' fais m' b a (14/05/2017)
  Merlimont hors saison 1 (13/05/2017)
  Merlimont hors saison (10/05/2017)
  barraqu'mint près de la rue de maubeuge (07/05/2017)
  pas comme ché belches (06/05/2017)
  mais commint qui fait ? (02/05/2017)
  1978 drole d' caricature (01/05/2017)
  les élections présidentielles (29/04/2017)
  ch'est pas pour les éfants (28/04/2017)
  rin qu à l odeur (25/04/2017)
  vous zin prindez bin eune tranche (24/04/2017)
  le balto ou le marigny fin (22/04/2017)
  le balto ou le marigny (22/04/2017)
  pour ché polonais (22/04/2017)
  Langue, rollmops et oignons vinaigrés ! (21/04/2017)
  là ch'est pour les sensations fortes (20/04/2017)
  allez in faire minger asteure (19/04/2017)
  au matin (17/04/2017)
  prochaine série (13/04/2017)
  Min pépé à mi (06/04/2017)
  bientôt 3 ans ...... (26/03/2017)
  minloute au bordel (26/03/2017)
  faut ti in rire ou in braire (19/03/2017)
  Liévin, Cérémonie et commémoration du 16 Mars 1957 (17/03/2017)
  la p'tite clef du bonheur ... (09/03/2017)
  yoyo le deglingo (05/03/2017)
  Raymond KOPA (03/03/2017)
  Marinette (28/02/2017)
  j auro pas du aller rouvrir l' portal (26/02/2017)
  ch' mimosa (25/02/2017)
  mystère d' carte postale (22/02/2017)
  min grand onc' chauffeur d'ingénieur (21/02/2017)
  à vélo dins min quartier (20/02/2017)
  le drive 1 (19/02/2017)
  le drive (19/02/2017)
  cordonnier rue Anatole France (18/02/2017)
  le tapioca (17/02/2017)
  tem' rameneras du marché (15/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy fin (14/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy (13/02/2017)
  du pélican à la lessiveusse (12/02/2017)
  du créchon au bas nylon (11/02/2017)
  aut' moyens d' locomotion (10/02/2017)
  carettes d' la rue leverrier (09/02/2017)
  à l arriere de l ariane (08/02/2017)
  décés de monsieur Opigez (07/02/2017)
  si cha existe cor ... (04/02/2017)
  France 2 l'épopée des gueules noires (02/02/2017)
  cocorichti (30/01/2017)
  cuisine - du guinsse (30/01/2017)
  jacinthe (25/01/2017)
  sur les routes nationales fin (24/01/2017)
  su les routes nationales partie 2 (23/01/2017)
  décès de Mado Poquet (1) (22/01/2017)
  récitation fin (22/01/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Greyg ( 15/05/2017)
Bonjour à tous, Je ...
 mineur toujours ( 04/03/2017)
l'écomusée de Noyell...
 ch piou ( 20/01/2017)
Je vous écris ces qu...
 d. FREVILLE ( 05/01/2017)
je suis un ancien mi...
 Hervé62155 ( 22/12/2016)
Joyeux Noël et bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
aujourd'hui in va faire du carbon
par maurice devos le, 09/10/2012  

j'ai invie ed' devenir un ouvrier , ché du rapite mais ché pas graf , cha va m'canger un tiot peu avant pi tête d'arprinte min s'tatut d'galibot , plus modesse , mais tout aussi glorieux , j'parle pour tertous bin sur

nous v'la arrivés ach'pied ed' tal , tout yé cor à peu près silencieux , ch'blindé yé pas cor in route , ni l'resse d'ailleurs

ch'premier parcours ché l'devanture "pied ed' tal , 5 mètes" mini , j'espère qu'cha s'ra pour mi , bin ouais j'avos querre cha , ch'etos grammint plus diversifié qu'in parcours ordinnaire , fallot boiser au fur et à mesure ed' l'avinchemint mais boiser avec des bos in bos , ché à dire bille ed' 2m50 din l'sens d'el longueur d'el tal "bieau diamête" et in perpendiculaire , des bilettes ed' j'sais pu el'longueur mais avec el niche cha devot bin faire 2m50 aussi

à veine in boisot avec des bos d'fer et après ripache à stape in boisot avec des bos in bos , et ché bos y sont cor la ach'teur , y dotent ête din in triste état , cha fra du carbon pour nos jones din 10.000 ans , cha ché pour el tal école , j'pinsos connaite cha par coeur , mais,,,,,,,, faudrot qu'j'artourne pour vir et essayer.

et bin sur quand in étot al'devanture
yavot l'tiête motrice à 2 mètes ed' mi , ech'bruit d'chés palettes din ch'blindé , pi ch'ti d'ech'tapis d'su l'quel y s'déversot ch'blindé , chés martieaux piqueurs

pi ech'bruit qui vénot d'ech'traçache , qu'yétot in paire ed' mettes in avinche d'su l'tal , donc avec perforateur pour forer din ch'meur au daine et ach'tot , et piqueur pour ech'carbon

la ya quête cosse qui cloche , passe que si forotent fallot buquer après , et donc faire sortir chés abatteux d'el tal , donc mes souvenirs sont pu bons , j'pinse qu'l'avinchemint d'ech'traçache y devot s'faire ed' nuit , si ya qu'elqu'un qui pouvot m'confirmer cha , j'abandonne , j'mélanche tout , j'vas réfléchir à cha ch'te nuit

par jpp le, 09/10/2012

Salut Maurice, ne m'prind pas pour un babache, mais el génération d'mineur din m'famille al s'est arrêtée à min défunt père.
I éto chef déboiseur à l'fosse 4 d'Bruay et i travaillo que en poste de nuit. Et quand i parlo de ché bos, j'ai toudis cru, à l'époque, que ché bos i z'avotent été rimplachés par du métal ed pi fort longtemps.

In lisant tes souv'nirs, j'ai l'impression que étançons in métal et vrais bos inne a toudis eu. Dis nous, à ché novices comme mi, jusque quand on a utilisé des vrais bos.

par URBACZKA BERNARD le, 09/10/2012

Chez nous c'était un peu différent.
Les premiers 6 mois, on apprenait la géographie du siège, on accompagnait le délégué mineur, on accompagnait les géomètres, on portait les sacs de "boutefeu" ou on nous mettait quelques jours avec des "raccomodeux", parfois pour nettoyer un "carnet" ou réparer une fuite sur une tuyauterie, changer des "bos" pétés dans des retours d'air pas possible.
enfin tous des petits travaux pour nous faire connaitre les bowettes, galeries, voies, bref la fosse.

En six mois je ne suis descendu qu'une fois dans une taille comme porteur de lampe du délégué-mineur. J'ai eu aussi l'occasion de connaitre "BIJOU", à -325 notre dernier cheval (quel souvenir!!!!)
Les choses sérieuses ont commencé à la taille école. Mon premier jour n'as pas été une réussite!!!!!

C'était une fin de panneau, équipée avec du matériel de musée!!!! voie de tête boisage en bois (billes cablées) avec "bos de voéé" et bos d'talle" et un trinczing!!! couloir oscillant posé sur des "chaises à secousses" qui servait pour le "rabasnage" de la voie de tête (c’était une voie qui avait servie pour la taille amont mais à remettre en état au fur a mesure de l'avancement de la taille aval qui servait de taille-école

Écoutez bien, on descendait une première partie en plateure de 1.40 d'ouverture boisée en "bos de fer" et à "plumes", classique!!!, équipée d'un AMD3 tout petit blindé avec un moteur à air comprimé!!!! on le "ripait" avec les pieds une fois la "passe" abattue (au piqueur 6 bacs minimum par élève soit 9m)
Il fallait abattre, mettre les pilots à veine puis on "ripait" et ensuite déboiser pour récupérer les "plumes" les "acclaper" avec la clavette puis boiser. Classique

Le plateure faisait 60m puis une cheminée droite, c’était un dressant sur 20 m!!!
Ensuite une "grandeur" , à 35°2, 5m d'ouverture et le boisage c’était des étançons de 3,oo (chez nous des M), mais dans cette partie il y avait des mineurs confirmés responsable d'un élève.
Puis pied de taille normal avec niche et évacuation sur tapis!!! dans la grandeur sur 40 m de long c'était un ralentisseur à disques (d'autres diront descenceurs, les deux sont valables)

Bref si la passe n’était pas finie, il y avait le poste après midi qui finissait les stots. Au soir aux deux extrémités il y avait des ouvriers qui faisaient les "piles de remblais", on faisait un muret avec des cailloux plats et on remplissait à l'aide d'une pelle, avec des 'cochonneries' puis on renforçait avec un boisage à "bos".

Pour revenir à mon premier jour, le Porion m'avait donné un bon pour une hache et une "soyette" et mon boulot consistait à déboiser le pilot des couloirs oscillants en voie de tête, le ravancer vers les fronts, puis le reboiser.
Sur ce pilot (en fait un braquant) était attachée sur un sabot la chaine qui amarrait le moteur du trinkzing, c’était un moteur CTL 11 à air comprimé (je parle pas du boucan)

Bref un "bos" plus lourd que moi et aussi gros que ma poitrine et bin comme on dit "trois fois j'l'ai copé et y étot cor tro court"!!!!! La honte!!! Heureusement qu'ensuite , à l'abattage j’ai su me montrer autrement compétitif!!!!

par Sopraniste de Bruay le, 09/10/2012

Nan nan Maurice ten' mélange pas tout, ché bien dit, chéto comme cha que cha ess' passo.
Pour ess' qui ed l'avinchemint del voué ed base et tête ed' tal, chéto el problem' des talls chassantes..
Pour ess' qui est du buquach' al voué ed base, i fallo binsur arrêter el blindé del tall', et évacuer ché gins du pied ed tall', vers el tête, disons ché rare qu'un monto 30m dinl' tall, mais dinl' voué ed base i fallo évacuer plus loin, normalmint chéto 200m, ej' dis normalmint!!!!

et la el boutefeu iss' méto dinl' voué ed base pour buquer, avant i devo aller mett' li même el personnel in amont à l'abri, j'ardis normalmint!!! pourquoi dinl' voué ed base ?? chéto normal, i devo tourner el dos au courant d'air.. et après el buquach', i devo attint' 3 minutes, j'ardis cor 3 minutes!! avant d'aller vir à front si y avo rien d'anormal, et ché li qui devo aller donner l'autorisation au personnel d'arvénir... sécurité oblige...

pour ess' qui éto du minach' del voué ed tête, chéto el même opération, i devo conduire el personnel à 200m du tir del voué ed tête, mett' in responsap' souvint chéto el chef ed poste du trassach, mais la ché li qui dévalo dinl' tall', toudis pour tourner el dos au courant d'air...logique, et aller arquerr' li même el personnel...
là y avo pas eb' soin d'arrêter el blindé, vu qu'el responsap' del boite à bouton y éto au pied...
ché un peu long comme explication, mais y a pas d'aut' forme pour el dire ach' ché gins qui veutent savoir commin cha ess' passo...

Maurice j'arrête ou bien ech' va ett' obligé ed' faire min briquet, et mett' min rével sonner pour ed min matin... ché rien ej' verrai aussi nott' chef lampiste André, pour avoir in lampe qui ess' mé pas sans feu al mitemps du poste, comme cha arrivo des coups...

par Marie-Claire le, 10/10/2012

Tout simplement MERCI !

Merci messieurs pour toutes ces explications, pour tous vos souvenirs qu'il est si important de nous raconter, de transmettre, pour votre passion pour votre métier qui est palpable à travers tous vos récits

Tous les récits de votre travail à la mine sont dans la rubrique "Les conditions de travail" et bien sur dans "Nos histoires préférées" !

par jpp le, 10/10/2012

Merci pour toutes explications. Donc ché bos in sapin i z avotent disparu depuis fort longtimps.
Bernard i nous rappelle pas combien que cha peso "une plume", mais i va nous l'dire.
El temps de sécurité dont parle sopraniste pour ar vénir din l'tale, j'cros, d'après c'qu'on m'a dit, ché passe que ch'boutefeu i devo arfaire des prélèvements (qu'il noto) sur l'éventualité de grisou.

par Sopraniste de Bruay le, 10/10/2012

Disons que le boutefeu avec sa lampe benzine prenait toujours avant le minage la teneur du grisou, à front du chantier, et parfois au poste de tir avant de buquer, qui devait inférieure à 1°/°
au pied de taille on n'avait pas beaucoup de teneur en grisou vu la force d'arrivée du courant d'air frais, mais au 5 de Divion mine très grisouteuse , il fallait plus que le maximum de précaution..

par contre en tête de taille on arrivait vite en saturation en pourcentage du grisou, vu qu'en aval la taille étant en exploitation le charbon se libérait du grisou, Méthane, en chimie CH4, et il fallait souvent installer une petite turbine à air pour ventiler le front de la voie..

Cela est pour le grisou, mais pour le placement des gens au moment du minage, c'était impératif qu'il conduise le gardien nommé, et ne devait retourner dans le chantier qu'après que le boutefeu aille le rechercher personnellement.

Je joins une photo d'un cadenas des caisses de boutefeu.

par Sopraniste de Bruay le, 10/10/2012

Pour en' arvénir au boisage in bo, on avo appris au centre d'apprentissage du N°1 "article de jpp Bruay el passage à niveau du n°1 et l'intrée del fosse", on savo boiser des tintias, acclaper en' rallong', et faire el boisage définitif, ché moniteurs y controlotent el façon qu'in faijeot el tin ed ché bo, qui vénottent bien arrondi avec el rallong'. D'ailleurs on éto obligé ed' passer sin CAP ed mineur.

Après chéto el tall' école, avec en' tall' avec des couloirs oscillants, "en' trinksing" comme i dit Maurice, nous in 1954 al Fosse 6 al tall' école in boiso cor in bo, min porion chéto Ambroise Lepaon, après on est allé en' tall plumes "pas si légères que cha", et des étançons, là chéto in blindé.

Arvénu am' Fosse 3 après el CAP ed mineur, on s'artrouvo in tall', 17 ième CR, "CR faille Chaumetz et faille de Ruitz" et on éto in avanche in mécanisation sur el Fosse 6, chéto en' haveuse à double bras, Rallonges articulées guerlach' de 1m,25 , hauteur 3m50 , et y faijeot caud mes gins.

el pire ché qui fallo boiser des étançons N°9, et comme j'éto pas grand et 50kg tout frêque, min coéquipier pas trop grand non pu, on n'avo en sêque à léver el coulisse ed l'étançon, et mett' après l'extenseur Barnier, pour serrer el rallonge au toit....

pour ach'theure du carbon in fra pu hein Maurice...el pire ché quand in vo les mineurs in Afrique din les conditions qui travaill't..

par URBACZKA BERNARD le, 10/10/2012

Les plumes pesait entre 30 kg et 80 kg
Suivant la largeur de "passe" on mettait des plumes de 0.50 a 0.60 m
Si le terrain s'y prêtait on avait des plumes de 0.75 m
En niche pied et tête on avait des plumes qui allait de 1.20m à 1.40m, ces plumes la il fallait être à deux pour les acclapper surtout les 1.40m !!!
teu parle d'eune pleume!!!! demain je mettrais quelques photos des conditions de boisage bos, étançons, piles, je prépare.

par maurice devos le, 11/10/2012

que plaijir ed' lire chés réponses , et qu'ché marrant ed' vir qu'din fosse à l'aute cha pouvot ête différend
j'ai préparé min tiot papier avec mes réponses et questions à mi

pour chés bos in bos ou in fer quand j'su arrivé al fosse chétot quasimint tous bos d'fer , sauf al devanture et din chés montaches ed' tal , et des fos quand yavo un " arlais " André ya bin espliqué c'que chetot un arlais

par conte j'voudros bin savoir c'que ché qu'un carnet , l'première fos qu'j'ai intindu ch'mot la , ché din l'canchon d'edmond tanière "ch'méneu d'quevieaux" et pi aussi des billes cablées

pour chés couloirs oscillant "triczine " chetot à air comprimé , mais yavot un piston qui partot d'ech'moteur pour arriver pas d'sous ch'1er ou 2em couloir , et yavot pas d'chaisses à secousses , chaque couloir yetot suspindu par des capes ou des chaines , à chés bilettes

pour chés dressants j'aros bin voulu connaite cha , suremint gramint plus dure à y travailler, ch'ripache is faijot avec des pousseux à air , mais suremint qui z'avotent pas assez d'sous , yavot un pousseux , un bonhomme, etc , combien d'fos qu'j'ai intindu min père dire in rigolant din ses moustaches "cha fait tros fos qu'j'el cope et yé cor trop court"

pour chés plumes tal au piqueur chetot 1 mète , poids bin j'in sais rin , pour el temps d'sécurité après bucache bin ch'sopraniste yé grammint pu qualifié et y la bin espliqué ,
in intindant chétot d'sacré cad'nas qui z'avotent chés boute feu

par Sopraniste de Bruay le, 13/10/2012

au fond à l'accrochach, et ed chaque côté del bowette principale, y avo des ruchos, el l'ieau al s'écoulo ed' din,in appélo cha un "carné", cha s'écoulo normalemint jusqu'à ché pompes d'exhaure qui arfoulottent el' l'ieau jusqu'au jour..

Pour en' arvénir à ché dressants, nous au 6 d'Haillicourt,y avo pas ed plateure intre deux... el veine al éto à 60° d'inclinaison, mais comme in exploito el veine ed biais el pente al éto diminuée, les produits étotent évacués sur les tôles spéciales accrochées à ché bo..

on éto obligé ed faire el coupure in amont ed' sin parcours et d'abatt' el carbon in dévallant, comme cha el camarat' pad ed zou i éto protégé aussi din ess' coupure, et mi si j'éto intre deux ouvriers ej' faisos em coupure comme cha j'éto protégé d'ech' camarat' qui éto aud' ssus ed mi..
ché un peu complexe à expliquer..

pour el rimblais chéto du poste ed nuit, in ballo ché terres al tête du dressant, berlines ed 500litres, et au fur et à mesure qu'el rimblais iss' faijeot in cangeaot ché tôles in montant...

min camarat' qui éto porion din ché dressants y est décédé y a 2 ans, chéto el dernier dressonneux qu'ess' connaisso.. 3 mo avant j'avo été el vire pour compléter mes infos, car mi par la suite j'éto un tall' haveuse et rabot...
des dressants in' avo cor à exploiter au 6 et au 7 mais in avo pu ed dressonneux, surtout les viux polonais, et comme in éto formés sul tas, y avo pas ed tall' école pour cha


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |