histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)
  Charlotte dins l' cuisine (24/11/2017)
  ch' baril multifonctions 1 (14/11/2017)
  ch' baril multifonctions ... (14/11/2017)
  arrivée d' la télé et demandez le programme 3 (13/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Les fiinçailles à matante Loulou
par Batisse le, 02/03/2013  

Cha s'est passé i a inviron 55 ins, à Tourcoing les bedoules, loin des terrils, pardon, mais tout près des funquères d'usines textiles.

Cha s'est passé chez mes grinds parints maternels, rue des accacias, au 22. Eune rue in pinte avec, in bas, le canal. Nin loin i a le pont des soupirs. In m'a raconté l'histoire d'eune qui étot là-dessous et qui dijot "non Louis, non Louis, non Louis" mais de moins in moins fort.

Matante Loulou j'aros parié qu'elle arot finie file. A l'époque elle avot plus de 40 ins, elle faijot mémère un peu prout prout et à m'mote qu'i étot déjà trop tard pour qu'elle nous faiche un cousin de puq. Heureusemint pour li je diros, parce que connaissint mes autres cousinsines, cha arot des fos pu être dur pour li.

In tous cas, à l'étonnemint général elle avot trouvé, d'ù je ne sais nin, Lucien, un veuf parigot avec eune bonne situation et incore plus viux qu'elle.

Cha a du li faire drôle à Lucien, un tiot peu prout prout aussi, de s'artrouver rue des accacias avec un cabinet à l'cour avec un tro que je trouvos E-NOR-ME et un couverque inti mouques in bos qu'in mettot chu le côté, in-dessous du clo avec les journaux copés in 8...

Je peux vous assurer que les mouques tourquennoisses elles avottent trouvé des autres passages que ch'couverque pour arriver à lu cantine.

In tous les cas, à l'époque i avot incore l'tradition de l'présintation à l'famile, ch'est à dire les fiinçales.

Et ch'est comme cha qu'in s'est artrouvés le long d'eune grinte taffe pour eune grinte bouffe, avec les viux d'un côté et les jones de l'autre. Les jones ch'étot eune bante de 8 joyeux cousinsines, âgés de 13 à 7 ins. Mi je n'd'avos 9 ou 10. Les viux is étotent 10: 3 paires de parints, eune paire de grinds parints et l'paire de tourtereaux.

Vu que tous les viux is sont à ch't'heure partis, à part eune qui vit incore, mais avec l'maladie d'Adenauer, cha serot déplachi de se deminder si qu'is se souvientent incore de cheule journée. In tous les cas i n'a qu'à l'évoquer aux jones qui restent - dins nous tiêtes in reste les jones, même si in est à ch't'heure tertous pinsionnés - pour qu'immédiatemint in aiche l'banane et les ys qui pétiltent.

Cha a comminchi qu'in s'innuyot un tiot peu quind même.... In juot intre autres à faire des cocktèles avec des churops de minthe, grenadine, oranche, chitron et à m'mote que ch'est tout cha qui existot comme parfums à l'époque. In versot, dins des verres à moutarte vu qu'in n'avot nin drot aux verres du bieau service, in essayint de nin mélinger les couleurs. Et in chufflot cha sins rajouter d'ieau. Je chus à peu près sur que les 4 litres de churop is y sont passés!

A un momint i n'd'a un de nousautes qui a réussi a archevoir eune boîte d'alleumettes d'un viux. I simblerot que cha soche min père le donnateur mais comme i a toudis fallu que grind mère elle ne le sache nin, i a toudis réussi à éviter le sujet tchand qu'in le linchot annochammint.

Vinguette, te donnes eune boîte d'alleumettes à eune bante de jones de ch't'âge-là, t'armes eune bombe à artardemint.... Et cheule-là elle a pété un rute coup.

In s'a artrouvés au bout du gardin, à faire un tiot fu avec des tiotes brindiles qui traînotent là. In z'habits du diminche.... Et pis in a cachi après du plus gros et in a du in trouver. I avot des dégourdis dins l'équipe.

A un momint min grind père, Jules, je l'aimos bin et je pinse incore souvint à li, i s'a inquièté de savoir d'ùche qu'is étotent ses tiots afants... Ch'est comme cha qu'i s'est artrouvé au gardin et qu'i a vu l'funquée.

Nousautes in le veyint i a du être comme eune nichée de lapins de garenne hypnotisés par des phares. In a du réaliser qu'in allot se faire ingueuler.

Toudis in habits du diminche.

Pis non, grand père i nous a amené des cagettes et un tas de saloperies que grand mère elle avot intiquées dins sin cotche à otiles.

Brûlez me tout cha qu'i a dit, elle m'imbête avec s'manie d'intasser puq qu'i n'in faut.

Et i a du avoir bin soin de serrer s'guiffe in rintrint vir les autres viux, pour nin affoler s'femme. Berthe qu'elle s'appelot. Ch'étot un armariache, et cha m'étonnerot que cha n'd'étot un d'amour. Is avotent tous les deux des jones afants à lu veuvache. Is s'ingueulotent assez souvint. I faut dire que Jules ch'étot eune amusette. I étot arvénu de Verdun vivint et à m'mote qu'i in profitot.

Du coup qu'in avot des munitions et l'bénédiction du patron, les flammes du fu elles ont montées plus haut. Et nousautes in n'a nin fait le tri intre les saloperies à grand mère et les autres qu'i avot dins l'cotche.

In a du carrémint le vider!

Je sais que cha a fini qu'in avot trouvé des tuyaux in plomb, qu'in les avot fait fonte dins eune castrole et qu'in avot fait des moulaches dins des boîtes de conserfe de toutes les formes.

Cha qu'in n'avot nin fait attintion ch'est que nous tiot fu du début i étot sous un arpe. Cha a fini qu'in a mis le fu à l'arpe. Un arpe à prones.

Grand mère elle nous in a voulus jusqu'à l'fin de s'vie.

Comme si qu'elle arot grimpé dedins pour cachi des prones...


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 10 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |