histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  in s installo comme au cinéma (15/12/2018)
  vlà ch' garde ... (15/12/2018)
  ch' fourneau partie 4 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 3 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 2 (14/12/2018)
  ch' fourneau partie 1 (13/12/2018)
  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
pélerinage en Artois, les canadiens partie4
par bourdonb le, 30/10/2005  

Au cours de l'hiver, ils multiplient les raids dans les lignes allemandes tant pour entamer le moral de leurs adversaires que pour se familiariser avec le terrain. En outre, grâce aux photos aériennes prises par les pilotes britanniques, des cartes des lieux sont établies et délivrées à chacun. Bien plus, à l'arrière du front, grâce à ces photos, les défenses allemandes sont reproduites jusqu'au moindre détail.

A partir du 20 mars, pendant deux semaines, ces défenses subissent un bombardement systématique. Puis, du 2 au 5 avril, le bombardement s'intensifie, détruisant les emplacements de batteries et les nids de mitrailleuses, rendant impraticables les routes et les chemins, mettant en ruines les agglomérations, empêchant tout ravitaillement en provenance des régions occupées.

Le 7 avril, des aviateurs britanniques survolent les lignes allemandes et leurs arrières, prennent plus de 1500 vues photographiques, effectuent des expéditions de bombardement. Au cours des combats aériens sans merci, les Anglais perdent 28 appareils ; les Allemands dont les appareils sont mieux équipés n'en perdent que 15.

Au matin du 9 avril, les quatre divisions canadiennes occupent un front étalé sur six kilomètres, d'Ecurie à Souchez. Chaque compagnie, chaque section, chaque homme, tous ont un objectif précis à atteindre.

5 h 30. Alors que l'aube se dessine à peine, la pre¬mière vague d'assaut s'élance sous la protection d'un barrage d'artillerie. Objectif : faire un bond d'un kilomètre sur les hauteurs qui précèdent la crête entre le hameau des Tilleuls et le sud de Thélus. Il pleut à torrents. En trente cinq minutes, l'objectif est atteint.

La première vague d'assaut s'arrête alors et laisse passer la seconde vague. Son objectif : une portion de terrain située à 900 mètres, atteinte en vingt minutes.

La bataille est suspendue pendant deux heures et demie. La pluie cesse de tomber. L'artillerie arrose d'obus les barrages de barbelés placés devant le troisième objectif. Les troupes canadiennes atteignent cet objectif et Thélus en une heure quinze.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |