histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
pélerinage en Artois, les canadiens partie4
par bourdonb le, 30/10/2005  

Au cours de l'hiver, ils multiplient les raids dans les lignes allemandes tant pour entamer le moral de leurs adversaires que pour se familiariser avec le terrain. En outre, grâce aux photos aériennes prises par les pilotes britanniques, des cartes des lieux sont établies et délivrées à chacun. Bien plus, à l'arrière du front, grâce à ces photos, les défenses allemandes sont reproduites jusqu'au moindre détail.

A partir du 20 mars, pendant deux semaines, ces défenses subissent un bombardement systématique. Puis, du 2 au 5 avril, le bombardement s'intensifie, détruisant les emplacements de batteries et les nids de mitrailleuses, rendant impraticables les routes et les chemins, mettant en ruines les agglomérations, empêchant tout ravitaillement en provenance des régions occupées.

Le 7 avril, des aviateurs britanniques survolent les lignes allemandes et leurs arrières, prennent plus de 1500 vues photographiques, effectuent des expéditions de bombardement. Au cours des combats aériens sans merci, les Anglais perdent 28 appareils ; les Allemands dont les appareils sont mieux équipés n'en perdent que 15.

Au matin du 9 avril, les quatre divisions canadiennes occupent un front étalé sur six kilomètres, d'Ecurie à Souchez. Chaque compagnie, chaque section, chaque homme, tous ont un objectif précis à atteindre.

5 h 30. Alors que l'aube se dessine à peine, la pre¬mière vague d'assaut s'élance sous la protection d'un barrage d'artillerie. Objectif : faire un bond d'un kilomètre sur les hauteurs qui précèdent la crête entre le hameau des Tilleuls et le sud de Thélus. Il pleut à torrents. En trente cinq minutes, l'objectif est atteint.

La première vague d'assaut s'arrête alors et laisse passer la seconde vague. Son objectif : une portion de terrain située à 900 mètres, atteinte en vingt minutes.

La bataille est suspendue pendant deux heures et demie. La pluie cesse de tomber. L'artillerie arrose d'obus les barrages de barbelés placés devant le troisième objectif. Les troupes canadiennes atteignent cet objectif et Thélus en une heure quinze.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |