histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
ch'est pas bio des'moquer de cotinlon
par minloute le, 23/10/2013  

ch' est pas bio des' moquer d' mi Maurice, au sujet de "cotinlon"

j' t a djà répondu mais ch'est vrai que j' connaisso pas bin l' patois ou plutot j ' l a appris in dehors d' la mason

faut dire que du coté d' min père, li, qui éto né à bruay en 1911, yéto parti en 1912 et jusqu en 1922 à conflens st honorine en région parisienne avec ses parints, avant d arvenir à bruay eune fo sin certificat d étutes en poche

d ailleurs i dijo mi j' l a eu min certificat d étutes en poche, et im' montro l' médale qui éto l' plus fier, chéto eune médale du que sin nom éto gravé d' sur et du qui avo eu sin certificat d étutes ...


en arvénant à bruay i avo l accent parisien, y a eu drot à "parigot tiete d' sot" " parisien crotte d' tchien"

après y a pris l intonation d' par ichi, en ponctuant quequ' fos ses phrases d un mot d' patois par chi par là mais sans plus

ma mère, elle, s' famile ale véno d hazebrouck, enfin quand que j' dis cha, un bref artour en arriere, eune famile Dollet qui éto du coté de sailly labourse, un taion qui part avec ses éfants du coté d estrée blanche, enquin les mines, pi ferfay et auchel
un parcours pas anodin, vu que chéto des mines qui avotent pas eune grante activité, ou plutot comme ale zétotent au bout du bout du filon d' carbon, l exploitation ale a vite ardéchindue, ch'est pour cha qu ale a eu des taions qui s' sont artrouvés mineur cabaretier à auchel, pi qui sont partis après à isbergues du qui yavo d' la métallurgie et que m' grand mère ale a rincontré un grand garchon qui veno d hazebrouck et qui sont v'nus sur bruay

parel , m' grand mère ale parlo patois mais qu en utilisant des adjectifs " ébeulé" "innochint" "brayoux" "ablayeux"

donc mi j a appris l' patois in allant à l école avec mes camarates, pi avec les parints des camarates, ché vigins dins ché gardins, pi surtout avec Fortuné

Fortuné , sans oublier s' n épousse Marie, qui venotent passer un mo d' vagances à merlimont , à "garder " m' grand mère, i fallo du courache et d l abnégation ....tandis que mon mononque et mamatante i partotent en vagances avec leurs zinfants

y a rin d' plus normal, pi comme diso m' mère, quand qu ale s ingueulo avec s' mère, faut dire qu as' laisso pas faire " mi j auro pas pu t'garder comme ale a fait Marthe" .....

donc "Marthe" mamatante, ale avo bin dro à un mo d' repos

mais arvénons à Fortuné, Fortuné chéto un gaillard , avec des mains que si té metto les tiennes d' dins in les voyo pu, eune forche d' la nature, des tchiots ziux bleu délavés, l' cigarette roulée au coin del bouque, et pi sin parlache ....

Fortuné i parlo que patois , et j argrette asteure d' pas avoir eu d' magnétophones ach' t époque là, rin que pour l intinte
in patois i m a tous appris, l utilisation de la syllabe "otte" pour conjuguer ché verpes au passé , exempe

i partotent, i zarvenotent .........

chéto l espécialiste , ché l' cas del dire, du "es" devant des mots comme "esquelette"

l utilisation du i grec dins l'prononciation , exempe ateyier, escayer, montpeyer

le collache du l apostrophe, comme le lévier ....

l utilisation du "si" suivi du "ré", du ginre "si j' osero dire" ....

l ablation de certaines voyelles, comme "l'plote d'lane" pour " la pelote de laine"

sans zoublier qui avo toudis l' bon mot, pasque quand qui savo pu i parlo "du machin del chosse" ...

Fortuné ti qui est là haut, j' me moque pas d'ti, oh non,ch est quand meme grace à ti que t a été min "becherelle d' patois" ........

mais ché vrai aussi que dans la vie d' tous les jurs, yavo des mots d' patois que j intindo , que j' demindo après l' signification , toudis un peu géné d' deminder cha, pasque j avo drot à "mais té conno pas cha?" "bin nan" , et chéto suivi par " mais quo qu in t apprint at' mason ?" ...

j avo invie d' réponde "le français" mais j' sinto qui zaurotent te pas apprécié.....

par maurice devos le, 24/10/2013

té sais bin qu'j'osros pas d'em foute d'et'gu,,,, minloute , in est des gins respectueux d'chés z'étrangers
am'mason nan pu mes parints y parlotent pas grammint l'patois avec nous , mais j'em rappelle qu'em mère al m'a dit in seul fos té peux m'parler patois , mais j'veux pas t'intinte em'dire "TI"

bin j'ai jamais oublié , et même quand ch'parle à mes infants ou pétits infants in patois , ya jamais un "ti" qui sort d'em'bouque , et ché instinctif
par conte quand in juot al belote , avec chés oncs la cha yallot , et in sin rindot pas compte chétot naturel , pi bin sur après al fosse bin cha faijot partie d'ech'boulot
j'em m'aros pas vu dire à min camarate , "peux tu S V P me passer ce morceau d'arbre" al plache ed' dire "passe me l'rallonche ou l'billette" , j'aros eu du succés HEIN ?


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |