histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)
  faut laisser la chance aux zautes (17/12/2017)
  peur durant l occupation 2 (16/12/2017)
  peur durant l occupation 1 (16/12/2017)
  peur durant l occupation (16/12/2017)
  im' dégoute (11/12/2017)
  au marché fin (10/12/2017)
  au marché suite (10/12/2017)
  au marché (10/12/2017)
  in devro plutot dire bunker (10/12/2017)
  Vimy sous la neige (09/12/2017)
  vestiges de la seconde guerre (08/12/2017)
  de Merlimont à Stella fin (07/12/2017)
  Stella Plage et retour (07/12/2017)
  De Merlimont à Stella 1 (07/12/2017)
  de Merlimont à Stella (06/12/2017)
  im' narguo chtilale (05/12/2017)
  un costume asteure trop grand (04/12/2017)
  va te brosser (04/12/2017)
  cor un coup du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  y a des momints du qui vaut miux fermer s' bouque (04/12/2017)
  l'art dins ché corons ..... (03/12/2017)
  le ronéotype et le collache (29/11/2017)
  le frimas et récitation (29/11/2017)
  ché noms polonais (29/11/2017)
  Commint qu' in écrit chés noms polonais ? (26/11/2017)
  souvenir souvenir (26/11/2017)
  les trains de plaisir (26/11/2017)
  Catherinettes (25/11/2017)
  la rue qui sint .... (24/11/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Une chanson que chantait ma mère
par mimi62 le, 06/02/2014  

une petite chanson que chantait ma mère lors des communions, mariages, repas de famille (qui agaçait ma grand-mère paternelle !!!)

Hier au soir dins l'rue d'ech pot d'étain
j'ai rincontré l'famme d'echt tchiot Celestin
am raconto ses misères et ses pin/nes
es tribulation et sin triste destin
j'y dijo m'fillette, en' seu point si bête
en'fait point comme mi
tache d'in prind un plus degourdi

car vois tu ma file (fille en patois) l'honme que j'ai
ché t'inne mouc dins l'huile à peu prés
(répéter une fois)

mercredi soir j'éto com tout malade
comme min souper n'avo pon digéré
j'avo mingé d'zeux durs et del salat
euj'di à m'nonme fait min du bon café
euj nin bo ein tasse aussitot qu'il passe
sacré gros malin ya léché ch'café dins ch'moulin

au refrain

au soir quant i rint
i'm ravisse faire em'nouvrache
s'pendant un nonme cha do préter la main
aller quer ed'jio faire ch'nettoyache
mais par malheur i n'sait rin t'nir dins s'main
si ji donne ein planquette pour faire des équettes
yé si maladrot qu'l'aut jour il a copé sin do

au refrain

quant el diminche qu'y arrive
aveuque li j'napréhinde
au cabaret chacun rigole ed'li
ché mi qui bo qui ju à carte pour li
ché mi qui bo qui ju à carte pour li
un jour ed'noce un jour ed baptinme
ché cor toudis l'minme si j'cante ein canchon
i m'arvette com un cornichon

car vois tu ma file l'honme que j'ai
ché t'inne mouc dins l'huile à peu prés
car vois tu ma file l'honme que j'ai
ché t"inne mouc dins l'huile TOUT A FAIT




je suis native du pas de calais - et j'y habite encore - j'ai baigné dans le patois pendant toute mon enfance - d'ailleurs je suis allée à l'école maternelle à 3 ans et je ne parlais que le patois ; par contre je ne sais pas bien l'écrire mais je le parle encore très bien - et parfois de très anciens mots me reviennent - je ne manquerai pas de vous en faire part

Chaque jour je vais sur votre site - il y a toujours quelque chose a voir ou a apprendre
mon père était boute feu -il en est mort d'ailleurs, d'avoir avalé toute cette poussière de charbon
il a terminé en 1960 au n° 6 de Labourse - a l'époque on n'arrosait pas -
les mineurs avaient des masques mais mon père ne le supportait pas - il étouffait la dedans - comme beaucoup de ses collègues.

Il n'a malheureusement pas profité longtemps - car lors de sa mise à la retraite il avait déjà 60% de silicose - et le taux n'a cessé d'augmenter - il ne pouvait plus bouger - toujours assis dans son canapé -
il est décédé en 1970 aprés bien des souffrances - sans oxygène - il n'y en avait pas encore ou alors le médecin des mines ne lui en a jamais prescrit - il était reconnu à 90% - le médecin dit à ma mère qu'il fallait l'autopsier pour que la mort soit reconnue par silicose à 100 % - ma mère s'y est opposée disant qu'il avait assez souffert de son vivant - je l'ai toujours remerciée pour cela j'ai regardé les photos de boute feu -et je revoyais mon père ; je ne suis jamais descendue dans une fosse - mais il n'est jamais trop tard.


Si des personnes avaient des photos ou des temoignages sur la fosse 6 de Labourse - merci d'avance.

moi je n'ai malheureusement aucun document -

BON ET BEN A BETOT TARTOUS - J ATTINS VOUS PHOTOS !!

par Vital Potié le, 08/02/2014

mimi dit que l'on arrosait pas .
des énormes efforts étaient fait dans les mines pour lutter contre les poussières. les tailles étaient injectées , .en traçage les poussières c'était quand on buquait. toutes les poussières étaient traitées au maximum

je pense que la silicose venait aussi de l'air que l'on respirait au fond, mais, ce n'est que mon point de vue; et d'autre part une fois silicosé c'est irréversible, 5% au début un coup de froid et ça monte à 10% etc.......
j'ai travaillé en usine l'amiante tue plus vite .


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |