histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)
  de la portière du wagon (18/01/2018)
  hommage au pourchiau (16/01/2018)
  faut pas toudis s' fier à c' qu in vo (13/01/2018)
  Les mineurs (09/01/2018)
  des flashs (01/01/2018)
  al' nouvelle année (31/12/2017)
  nous vlà chi djà à la fin d année (31/12/2017)
  grand père et tchiot garchon à la fois (25/12/2017)
  dernier soir (24/12/2017)
  ch' pitit calendrier (24/12/2017)
  la roue tourne (23/12/2017)
  un cadeau de Noël la visionneuse (23/12/2017)
  souvenir d école enfin si on veut (22/12/2017)
  Sofifoto (17/12/2017)
  ché vints d Artois... (17/12/2017)
  hareng saur (17/12/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Min père
par Vital Potié le, 02/06/2014  

Min père i étot in juin 40 à Rethel mais au mois d’mars i a eune perme ché pour cha que j’sus là .
J’ai eune lettre d’li qui parle de s’permission à mère qui li avot dit qu’al attindot eune naissance

L’ 9 juin cha a bardé, les allemands ont eu beaucoup de morts min père i a été tué

J’ai su par un commerçant DERUELLE qui étot avec li i avotent reçu l’ordre d’évacuer et min père i a resté volontairemint .

J’in ai voulu à min père i aurot pu faire comme beaucoup sin aller et arvénir après, bin nan i a resté

par Vital Potié le, 04/06/2014

Extrait du site Ardennes1940aceuxquiontresiste
Concernant les pertes et les inhumations de 1940 dans les Ardennes voici quelques précisions :

<< Français et allemands ont subi de grosses pertes au cours des 4 semaines de combats. La plupart des morts on été enterrés sur place, près d'un chemin, dans un jardin, non loin de poste de secours, parfois en forêt, au bord d'un layon, au pied d'un arbre ... Certains ont été à demi ensevelis par l'éclatement de bombes ou d'obus à proximité de tranchées, de fossés ou de bâtiments abritant des soldats. Sur toute la ligne de résistance, de Villy à Asfeld, des milliers de bombes étaient disséminées en divers lieux.

Côté français, la plupart des camarades susceptibles de donner des renseignements étaient prisonniers loin des secteurs de combats. Souvent, on avait eu le temps de creuser une tombe sommaire, avec un casque, un fusil ou un morceau de bois comme signal.
Par manque de temps, les derniers tués étaient restés sur place. Les recherches n'étaient donc pas faciles.

Le premier travail fut de rassembler ces corps, ce que firent les troupes allemandes stationnées sur place. Des français enfermés au camp de Maison Rouge furent réquisitionnés pour mettre des corps dans des "cercueils" (boites en planches) amenés et emmenés par des camions militaires allemands.

Côté allemand, un cimetière fut créé entre Oches et Sy, avec plus de 950 tombes, selon des témoins, nous n'en connaissons aucune photo. Il fut rapidement transféré. >>


  ( 1 photos)  


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 9 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |