histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  faut ti in rire ou in braire (19/03/2017)
  Liévin, Cérémonie et commémoration du 16 Mars 1957 (17/03/2017)
  la p'tite clef du bonheur ... (09/03/2017)
  yoyo le deglingo (05/03/2017)
  Raymond KOPA (03/03/2017)
  Marinette (28/02/2017)
  j auro pas du aller rouvrir l' portal (26/02/2017)
  ch' mimosa (25/02/2017)
  mystère d' carte postale (22/02/2017)
  min grand onc' chauffeur d'ingénieur (21/02/2017)
  à vélo dins min quartier (20/02/2017)
  le drive 1 (19/02/2017)
  le drive (19/02/2017)
  cordonnier rue Anatole France (18/02/2017)
  le tapioca (17/02/2017)
  tem' rameneras du marché (15/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy fin (14/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy (13/02/2017)
  du pélican à la lessiveusse (12/02/2017)
  du créchon au bas nylon (11/02/2017)
  aut' moyens d' locomotion (10/02/2017)
  carettes d' la rue leverrier (09/02/2017)
  à l arriere de l ariane (08/02/2017)
  décés de monsieur Opigez (07/02/2017)
  si cha existe cor ... (04/02/2017)
  France 2 l'épopée des gueules noires (02/02/2017)
  cocorichti (30/01/2017)
  cuisine - du guinsse (30/01/2017)
  jacinthe (25/01/2017)
  sur les routes nationales fin (24/01/2017)
  su les routes nationales partie 2 (23/01/2017)
  décès de Mado Poquet (1) (22/01/2017)
  récitation fin (22/01/2017)
  su les routes nationales partie 1 (21/01/2017)
  décés de Mado Poquet (20/01/2017)
  récitation partie 2 (20/01/2017)
  récitation partie une (19/01/2017)
  tin gardin (18/01/2017)
  Magellan à cause d' ti (15/01/2017)
  à Monsieur Robitaillé (15/01/2017)
  la même histoire version 2 (12/01/2017)
  la même histoire version 1 (12/01/2017)
  ch' maite au traval partie 2 (10/01/2017)
  ch' maite au traval partie 1 (10/01/2017)
  Changement d'école (10/01/2017)
  Hiver d'antan (09/01/2017)
  Alfred Leroy (09/01/2017)
  ch' maite Robitaillé (08/01/2017)
  fautes d' français à l'Élysée (08/01/2017)
  au cimetière du 3 (06/01/2017)
  in pouvo pas laisser ch' Terminus comme cha (06/01/2017)
  avec du recul (04/01/2017)
  Bruay vu du 3 (04/01/2017)
  ch' café le Terminus (03/01/2017)
  histoire de la laiterie de Verton (02/01/2017)
  réveillon quand que j éto jone (31/12/2016)
  Cavalcades (27/12/2016)
  La rue Stephenson à Bruay (27/12/2016)
  Joyeux Noël (25/12/2016)
  recrues de 1957 (19/12/2016)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 mineur toujours ( 04/03/2017)
l'écomusée de Noyell...
 ch piou ( 20/01/2017)
Je vous écris ces qu...
 d. FREVILLE ( 05/01/2017)
je suis un ancien mi...
 Hervé62155 ( 22/12/2016)
Joyeux Noël et bonne...
 franed ( 16/12/2016)
Bonjour, site très i...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
la rentrée du carbon partie 2
par minloute le, 16/03/2015  

Cha y est ch’ carbon y est such’ trottoir, j’ comminche à baler l’ plus facile par ch’trou du soupiral

Plaché comme in est plaché ché gins i font d’exprès gentimint d’ raler, et d’dire « ah Léonce , ché cor ti qui bloque ch’ passache »…alors min père i arreto …..et i discuto oh pas longtimps mais chéto régulier…..

J’ avo dro à « ah Léonce té cor aidé » et min père « ouais ch’est min « pitit » dernier » »… alors j avo dro à « ah mais ché rin à rintrer cha des boulets, cha roule tout ceux, t as qu à les raviser et i déchintent d eux meme dins l’ caffe »

Quand que chéto ché dames, souvint min père i arreto d’ baler, et i raviso si l’ dame ale pouvo passer au bord del route sans danger, et in avo dro souvint à un « bonjour à Odette hein » et min père « cha s’ra fait »…..

Ou alors i avo dro à un « pas trop dur Léonce ? » et min père « cor assez , mais j a min pitit dernier »…….

Faut dire aussi que « rintrer sin carbon », chéto l’ thermomete del santé, « i va bin, j’ l a cor vu rintrer sin carbon » , pi yavo aussi, « bin ch’est mr Brongniart asteure qui li fait asteure » , cha voulo tout dire ……
Douch’mint , douch’mint qui dijo min père, « faut perdurer dans la durée » in n’est pas al’ presse….

Pi duch’mint in voyo qu in parlo moins, qu in raviso ch’ tas, mon diu qui dévale pas si vite qu’ cha , surtout qu asteure faut tout rapprocher d’ l intrée du soupiral …
Et qu in comminche à in j’ter autant d’dins qu autour, cha ch’est un bon signe d’ fatique qui arriffe …

Cha y est j a pas dit qu in y éto arrivé , mais in comminche à in vire l’ bout, vu qu in comminche à racler ch’ trottoir par indroits

On vo arpasser ché gins de t’taleure, et in a dro à « mon diu cha avinche pas vite par ichi, in vo qu’ této au jour » , cha chéto pour min père, i avo toudis travaillé au jour vu qui avo eune gampe raite …….. chéto pas méquant comme reflexion

Allez cor tro quate coups à donner, in travaillo plus insempe, in avo posé eune des deux escoupes, pris un balai, et là in ramasso ché derniers tas, ché dernieres miettes
Là après cha , j’ commincho à balayer l’ poussiere d’ carbon, al’ rassembler pour l armette non pas dins l’ caffe, mais dins ch’ caniveau

Après premiers arrosoirs, in ravisant bin si yavo pas des gins qui passotent, mais ch’éto sur que chéto fait dans la foulée, mon diu , in auro pas osé laissé un trottoir sale , comme cha à la vue d’ ché gins, nan in verso l’ iau, in arfrotto, in arverso de l io et enfin in avo fini ……

Quo finI ? bin nan, l’ premiere partie ale éto faite, au moins ch’ passache i éto lipe et prope et in allo pouvoir s attaquer à ch’ carbon qu in avo fait dévaler al’ caffe

D’abord yavo chinq mineutes d’ repos, m’mère ale nous apporto un verre d iau, ou un verre d’ biere, biere mais del biere d’ tape j’ vous rassure
Ale nous apporto, j auro du dire ale nous tindo, et cor si ale avo eune perche d’chinq metes ale l auro prisse

In avo dro à « vous zallez pas rintrer comme cha al’mason, noirs comme un pot » , i fallo alors bin s essuyer ché godasses d’ su ch’ paillasson un bon momint, pi direction la caffe, sous la surveillance expresse d’em mère, ale raviso qu in touche pas avec l’ bord d’nos maronnes ch’ canapé ou ché fauteuls du salon , qu avec ché pelles in touche pas quéquosse aussi…..

Mais là dins l’ mason, m’mère djà ale nous avo précédé, ale éto al’ porte del caffe, qu ale artiro l’ loque qu ale avo mis au sol pour eviter qu’el poussiere al’ armonte par in d’sous dinch’ salon et d’ là dins l’ mason intiere……
Là ale nous ouvro l’ porte, commint vous dire, comme quand qu in ouffe l’ porte d’ ché zavions pour ché parachutistes, fallo qu in déchinte vite fait pour que l’ poussiere ale puisse pas sortir del caffe, eune fos l’ porte arfermée sur nouzautes, in l intindo armette l’loque au pied del porte …

Min père i li avo pourtant dit qu’ asteure chéto des boulets et que chéto moins salissant qu’ ché gayettes, rin i faijot

Alors , pour nous chéto voyache au centre de la terre, in faijo attintion in arrivant in bas , vu qui yavo des boulets qui avotent roulés jusqu au pied des marches d’ l escalier in brique

Min père i raviso tout d’suite si ché sacs d’jute et ché couvertures avotent pas déchindu à terre ….

Nous vlà chi , dins la caffe, alors savez , après avoir armué un coup ch’ carbon, quand qui fallo l’armuer cor un coup, tout cha pour que tout i so mis dins l’ coin drot , à l opposé du qui yavo ché conserffes, ché pétotes et ch’ garde minger

In plus, savez, in plus d’ la premiere fatique, dans eune caffe, y a moins d air, pi fallo toudis faire attintion as’ tiete, et in avo toudis l’ tiete baichée…….
Pi l’ bruit mes gins, allez in armonto ch’ carbon, vindiousse ché boulets, té zarmontes such’ tas, et les zarvla qui dévalent ……..

Et chest ach’ momint là que l’ porte del caffe in haut ale s’ ouve, ch’est m’mère, ale crie , plusieurs coups pasqu in a pas intindu tout d’suite , mais ch’ est toudis àch’momint là qui li fallo un truc al’ caffe, eune salate, des pétotes, eune boite d’ conserffes

Alors là cha avo l’ don d’énerver min père, fallo qui arrete , et aller artirer ché loques pour artrouver c’que mère ale voulo , in plus m’ mère ale resto tout in haut, cha s ingueulo du bas vers le haut…… surtout quand que m’ mère ale li dijo eune fo qui avo armonter l’ laitue, qui li fallo aussi tro quat’ pétotes ……

Ch’ est min père qui finisso d armonter ch’ carbon, d ailleurs valo miu, mi j in avo marre, mais in plus fallo passer l’ « sas d’ décompression » à l étache, ch’est à dire m’ mère…

In buquo al’porte in haut, et am’mote qu ale éto restée dins ch’ coin, qu ale ouvro l’ porte tout d’suite, qu ale m’ dijo d’ pu bouger, que j’ devo arpasser dins l’ salon (in connaisso l’ rangaine) en évitant d’ toucher ch’ canapé, pi ché fauteules …

Aller directemint dins l’ cuisine que le lévier i éto prêt pour qu in arfasse s’ toilette complete, m’mère ale avo tout prévu et bin sur (in connaisso l’ rangaine) TE METS TES ZAFFAIRES SALES DIRECTEMINT DINCH BAC EN PLASTIQUE…

Fallo frotter , pasque l’ carbon cha s’ met partout, ché sourcils, ché zoreles, ché caveux ,sous ché zonques, et que dire des ampoules que j avo aux mains

Bin ouais j avo pas l habitute d’ manier ché zoutils comme cha…..

Plus tard chéto min père qui armonto, là j allo l aider , j’ allo ringer ché pelles dins zeune des barraques au bord dech’ gardin, en connaisso l’ringaine (TE TARLAFFE CHE MAINS EN ARVENANT AL MASON)

Cha yest , min père et mi in s a lavé, min père i s a assis dins sin fauteule , m’mère ale nous a apporté l apéritif , bin ouais qui dijo min père , in l’ mérite hein minloute ……


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 17 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |