histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
tour à la braderie de bruay 2
par minloute le, 21/03/2015  

In s arréto quand meme raviser ché étalaches , y avo djà des mauvaises copies à mourir d’ rire de notre Johnny Hallyday national…

Mais in premier lieu , ins ‘faijo la réflexion que ché poupouilles, chéto plutôt sur les extérieurs d’ la braderie, et plus t’ avincho vers le cercle, plus t avo des étals d’ marchands ambulants, quo que , ché magasins traditionnels, i zavotent mis des zétalaches devant chez eux

J’ me souviens qui yavo ch’fils Dambrine qui vindo des liffes, plus loin , chez Opigez, in avo sorti des coupons d’ tissu à brader ….

Alors yavo djà la foule, ch’éto l occasion d’ rincontes occasionnelles, chti du 4 i arvoyo plus facil’mint eune connaissance du 3 , mais y a des coups té t artrouvo nez à nez avec tin vigin ….

Pi vous connaissez ché gins à Bruay , quand qui s’ rinconte, in s arrête au beau miyeu , tout c’qui passe autour, in s in occupe pu …

in s’ fait quat’ bisses, in serre eune paire d’ poignées d’ main, in parle du bio ou du mauvais temps, in print des nouvelles « et vot’ manman ? ».......

et là y en avo pour chinq mineutes d’explication sur l’ tinsion, l hypertinsion, ché zescarres, bref , in avo au dro au bilan médical…
In parlo aussi du temps « ch est couvert hein, mais cha devro t’nir »

Sans compter les « bin i va vous minger sul’ tiete vot’ dernier » , et bin sur …. « bin cha va Martine ? » et là s’ mère ale répond tout d’suite as’ plache « ale fréquente » , « ah cha ch’est bien » qu ale dit l’ aute,

« ch’est l’ fils Christian l’ fils untel » , « ah ouais » qu ale répond l aute, sin père i travaille au 3 et s’ mère ch’est eune file untel »….

« et ch’grand ? » , « bin i fait sin service, y a cor quat’mos à faire » , « bin cha d’vient bon »…..

Pendant ch’temps là ché zhommes i parlent souvint du traval , du poste du qui font inch’ momint …et des années qui restent à faire …….

J’ vous a fait un réseumé, pasque dans la réalité, cha dure cor un momint, pi en s’ quittant in s’promet d’ s’arvire plus longtimps …

Donc tout cha cha facilito pas l’ avinchée, et yavo tel’mint d’ monte que par momint , pour t arpérer, té raviso quo que ch’est comme commerce qui a derrière, cha y est in est au niveau d’ chez Dambrine ….

Devant là après ché Marchand Frères et l’ Bonbonniere, cha m a l air j allo dire cor plus bouché, in fait in avincho presque pu, bon in va tourner par la rue du barbier, passer d’ mon gysels, ch’ bijoutier et d’vant ch’ colisée , cha avinche un tchiot peu mieux, mais in va vite s’ artrouver avec ché gins qui armontent la rue Lamendin pour arquerre , eux aussi , au cercle

Alors là, eune fo que t arrivo au cercle, yavo tel’mint d’monte, t éto serré comme des saurets, collés les uns aux zautes, té savo pu trop commint avincher

In plus t avo ché gins qui voulotent armonter la rue Alfred Leroy, d’autes ardéchinte la rue de La République, la rue Lamandin ou arprinte la rue Henri Cadot que t avo l impression par momints qui yavo comme des courants, t éto ballé d un coté ou d’ l aute

Fallo faire attintion d’ pas s’ faire intrainer, et d’ rester ensempe ….. tout au long du parcours, ché cafés étotent grantes portes ouvertes, musique pour certains, surs d’ faire eune bonne journée

Pasque à marcher comme cha, bin connaissez l’ canchon, « quand qu un chtimi y est d’ sortie quo qui bo à vot’ avis ? i bo un d’mi…. »

Cha n arréto pas, nous in a voulu pousser un peu plus loin, jusqu à ch’ Papou, min bistrot que j avo ker aller, pourtant ch’eto un grand café , bin pour approcher dech’ comptoir ch’éto la croix et la bannière

L’ pire dins tout cha, ch’est qu à avincher comme cha, à piétiner, as’ faire monter ou à monter sur les zortiaux des zautes, y a un momint t avo invie d’eut’rapurer….

Alors si in plus té sinto les odeurs d’ ché barraques à frites, ah vindiousse, ch’éto terripe pour nos stomaques

parel pour approcher d’ là, pour avoir la chance d’ passer commante, d’ es’faire servir, d’ sortir d’ là sans faire querre à terre sin américain, avec du piccalilli ou del mayonnaisse, trouver eune plache un peu à l écart pour l’minger, fallo s’ armer d’eune sacrée patience …..

yavo tel’mint d’ monte par indrots que té crojo des gins qu’ té connaisso, t avo meme du maux à arsaquer tin bras pour li serrer la main, té saluo d un coup d’ tiete, teut’ dépécho d’ li donner rendez vous un peu plus loin à telle heure ….

Dins ch’te foule, té crojo des gins que té connaisso mais que t imagino pas trop là …..

« tourne pas l’tiete, ya untel ch’ prof d’ francais juste à gauche » , ouais, nous in faijo semblant d’ pas les vire
Hé djà qu in devo les supporter au collège ou au lycée, in voulo pas leur dire bonjour

Pi…savez …quand qu in est en groupe , in allo pas leur dire bonjour, sinan in passo pour un « fayot » ….

Après t avo des rencontes plus « agréapes » ou plus chanceuses, in éto en groupe, et y n avo un qui rincontro un mononque ou un parrain, i s arreto pour discuter avec li
Nous in attindo sul’ coté, et quand qui arvéno in ralo en dijant qu in avo perdu du temps, mais l’aute i nous montro discret’mint l’ « dringuelle » qui avo eu dro, ch’éto eune tournée en vue cha

In faijo toutes les rues, jusqu au bout, d’ abord in voulo faire toute la braderie, pi cha nous permetto en arrivant in haut d’ pouvoir un peu s’rapurer, vu qu’ la foule éto moins dense…pi d’trouver un bistrot plus zabordape …… ou d’ trouver un coin pour picher ……

In avo quer s’ promener comme cha, pasqu in avo l impression que tout Bruay éto à nous, que ché carettes étotent repoussées su les extérieurs d’ la ville

Eune fo ch’ tour , fait et arfait, in y avo passé un bon paquet d’ temps insempe, et in armonto tout douch’mint vers not’ quartier

Cha yest , in franchit dans l aut’ sens la barrière in haut d’ la cote des grands bureaux, un peu plus loin chacun arprint la direction des’ mason ……

T as des p’tits ziux minloute …… l émotion am’mote ….


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 8 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |