histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  fête des mères (28/05/2017)
  Flameng, Vimy, Ravel, Cendrars (25/05/2017)
  décès de Monsieur Joseph Malecki (23/05/2017)
  cha tourne à toute blinte (20/05/2017)
  j y a cru (20/05/2017)
  ah l' bon gout d' la levure (18/05/2017)
  souvenir du vélodrome de La Buissière (16/05/2017)
  Merlimont hors saison 2 (14/05/2017)
  j' fais m' b a (14/05/2017)
  Merlimont hors saison 1 (13/05/2017)
  Merlimont hors saison (10/05/2017)
  barraqu'mint près de la rue de maubeuge (07/05/2017)
  pas comme ché belches (06/05/2017)
  mais commint qui fait ? (02/05/2017)
  1978 drole d' caricature (01/05/2017)
  les élections présidentielles (29/04/2017)
  ch'est pas pour les éfants (28/04/2017)
  rin qu à l odeur (25/04/2017)
  vous zin prindez bin eune tranche (24/04/2017)
  le balto ou le marigny fin (22/04/2017)
  le balto ou le marigny (22/04/2017)
  pour ché polonais (22/04/2017)
  Langue, rollmops et oignons vinaigrés ! (21/04/2017)
  là ch'est pour les sensations fortes (20/04/2017)
  allez in faire minger asteure (19/04/2017)
  au matin (17/04/2017)
  prochaine série (13/04/2017)
  Min pépé à mi (06/04/2017)
  bientôt 3 ans ...... (26/03/2017)
  minloute au bordel (26/03/2017)
  faut ti in rire ou in braire (19/03/2017)
  Liévin, Cérémonie et commémoration du 16 Mars 1957 (17/03/2017)
  la p'tite clef du bonheur ... (09/03/2017)
  yoyo le deglingo (05/03/2017)
  Raymond KOPA (03/03/2017)
  Marinette (28/02/2017)
  j auro pas du aller rouvrir l' portal (26/02/2017)
  ch' mimosa (25/02/2017)
  mystère d' carte postale (22/02/2017)
  min grand onc' chauffeur d'ingénieur (21/02/2017)
  à vélo dins min quartier (20/02/2017)
  le drive 1 (19/02/2017)
  le drive (19/02/2017)
  cordonnier rue Anatole France (18/02/2017)
  le tapioca (17/02/2017)
  tem' rameneras du marché (15/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy fin (14/02/2017)
  du rififi à l impasse Toupy (13/02/2017)
  du pélican à la lessiveusse (12/02/2017)
  du créchon au bas nylon (11/02/2017)
  aut' moyens d' locomotion (10/02/2017)
  carettes d' la rue leverrier (09/02/2017)
  à l arriere de l ariane (08/02/2017)
  décés de monsieur Opigez (07/02/2017)
  si cha existe cor ... (04/02/2017)
  France 2 l'épopée des gueules noires (02/02/2017)
  cocorichti (30/01/2017)
  cuisine - du guinsse (30/01/2017)
  jacinthe (25/01/2017)
  sur les routes nationales fin (24/01/2017)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Greyg ( 15/05/2017)
Bonjour à tous, Je ...
 mineur toujours ( 04/03/2017)
l'écomusée de Noyell...
 ch piou ( 20/01/2017)
Je vous écris ces qu...
 d. FREVILLE ( 05/01/2017)
je suis un ancien mi...
 Hervé62155 ( 22/12/2016)
Joyeux Noël et bonne...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Anecdote au sujet du patois
par GJD le, 21/11/2015  

Au sujet d’not’ pastois, j’dos dire qu’al maison, il étot strictemint interdit de l’parler. Ché curieux car min père y savot parler qu’cha et m’mère l’y parlot in patois alors qu’al parlot in bon français à ses éfants.

Quand al parlot bien, j’vous dis qu’cha ! Aussi bien dins sin vocabulaire que dins l’construction d’ses phrases, ch’tot du nanan. D’ailleurs, pus tard, quand j’ai lu Zola, Montherlant, Maupassant, j’avos souvint l’impression d’l’intint’ parler.
Aussi bien m’sœur, qu’est incapab’ d’aligner deux mots in patois et qu’y a bien des difficultés à comprint’ un’ conversation inchi faite ; qu’min frère qui li s’y essayot quéqu’fos, d’quoi ben rigoler, y z’ont respecté l’consign’.

Mais mi, ch’culot d’el famill’, je m’sus pas gêner. Faut dire qu’aussi ben mes camarats d’coron, qu’ cheux d’l'école Félix Faure, y parlottent ainsi. Alors pour pas faire l’bégueule, ch’tot l’patois avec chés copains et l’Français rintré à l’maison.

El’ bascule a s’fait automatiq’mint sans qu’on a à faire attention, ché sans doute parel pour vous aut’s.
J’ai donc fais cha presque toute ém’scolarité, jusqu’au jour d’ù qu’un mes comarats, in arvénant du lycée Carnot, on étot quat’, y nous lance eul’ défit de s’mett’ à parler in Français intre nous aut’s. Comme on étot tous d’accord, ché parti ainsi. Cha a pas duré longtimps.

Mais faut dire aussi qu’in s’véyot quat’ fos par jours pasque, comme on allot pas à l’cantine du lycée, on arvénot à nous maison pour minger pis après on ar déchindot pour artourner au lycée. Quand j’pinse qu’aujourd’hui, pour faire cent mèt’s on prind s’n’autchio !

Minloute y trouv’ que ch’trois ché l’bout du mond’, ben nous on faijot l’trajet quat’ fos par jour, à pieds, par tous les temps. Deux trois jours après donc, y s’ont r’mis à parler patois, mais mi, j’ai continué à parler Français.

Là, j’dos vous dire qui s’a passé un truc assez drôle. A chaque fos que j’dijos quét’qu’os’, j’avos l’impression d’parler faux. Cha v’sot bizarre din mes orelles. Surmint pasque chétot avec euss’ pasqu’al l’maison, avec min père, cha m’faijot rien.
C’te drôl’rie al a duré deux s’maines environ. Y m’ont jamais fait d’armarque et j’leu’ ai pu jamais parlé patois. Un’ pach’ étot tournée.

Il m‘est arrivé, assez souvent ensuite, de glisser, ici ou là, un mot de patois histoire de rigoler ou au cours d’échanges avec des calaisiens ou boulonnais qui, bien que nous ayons un fond commun important dans ce domaine ont, eux comme nous, des particularités de langage souvent liées aux activités dominantes, qui la dentelle, qui la pêche. J’y reviendrai sans doute une autre fois.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 16 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |