histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  Carnet des salaires du fond Fosse 6 de Bruay (13/06/2018)
  la méthode assimil (12/06/2018)
  Lens, fresque d'un mineur pont Cézarine (05/06/2018)
  La Poste (04/06/2018)
  Montreuil sur mer (01/06/2018)
  Fortuné et sin patois qui canto (29/05/2018)
  le bébé rose (26/05/2018)
  Pourquo qui drache au mos d’mai ? (21/05/2018)
  Colbert Bonaventure mineur de fond (20/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 2 (13/05/2018)
  épluchage d' la Voix du Nord 1 (13/05/2018)
  fin des multiplex le samedi au soir (07/05/2018)
  ouf merci Aspro in a pas tout perdu (01/05/2018)
  ch' pain (01/05/2018)
  la Piscine Salengro (29/04/2018)
  el piscine ed Bruay din l'commissaire Magellan (29/04/2018)
  ch'est du gardin (22/04/2018)
  dins zin gardin à Bruay y a queques temps partie 1 (14/04/2018)
  a sunday in hell (08/04/2018)
  te radotes (03/04/2018)
  Il y a 70 ans...déjà... (02/04/2018)
  ne jette pas ça malheureusse (30/03/2018)
  le rassaquache (29/03/2018)
  un souvenir des mutilés de guerre (25/03/2018)
  les mutilés de guerre (23/03/2018)
  Eul marchand d'carbon (23/03/2018)
  chanson Eum' petit' Brouette (23/03/2018)
  la porte de la pièce de devant (19/03/2018)
  le jeu d'bidets (17/03/2018)
  in pouvo pas finir ch' sujet comme cha (14/03/2018)
  vlà la terreur (14/03/2018)
  ch' buffet (12/03/2018)
  ché pinsions et l' facteur (10/03/2018)
  Al bonne fay ed Berlincourt-el Cauroy (09/03/2018)
  Le passé (08/03/2018)
  le boulodrome suite et fin (08/03/2018)
  le boulodrome (06/03/2018)
  des gouettes (05/03/2018)
  un autre fourneau à buée (04/03/2018)
  fourneau de buée cité des Électriciens (01/03/2018)
  ch' carbon in sac ou en vrac (27/02/2018)
  l'amicale des anciens de Carnot fête ses 80 ans (26/02/2018)
  plaque commémorative (26/02/2018)
  la plus pitite mason des houillères (24/02/2018)
  au cimetière du 3. (24/02/2018)
  finir ses jours à Beauséjour (21/02/2018)
  Soldat d'élite, le soldat MARCHE de Bully-les-Mines (21/02/2018)
  à Bruay, y a pu d'trous (min coup d'gu...) (13/02/2018)
  en arrivant au cimetière du 3 (19/02/2018)
  Eugène Tahon (18/02/2018)
  les abattoirs en carte postale (15/02/2018)
  la tchiote bobine d' ficelle (13/02/2018)
  du bidet (12/02/2018)
  un bouquin à conseiller (11/02/2018)
  djà à l époque ... (10/02/2018)
  photo de la page de garde (10/02/2018)
  la ratatouille (06/02/2018)
  ch' éto hier (04/02/2018)
  on recherche (28/01/2018)
  le mineur du Pas de Calais (25/01/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...
 Drit79 ( 18/12/2017)
Un Grand Bravo et un...
 Alain62 ( 20/09/2017)
Bonjour tertous, hi...
 clarinette61 ( 09/09/2017)
Bonjour à tous Fill...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
Anecdote au sujet du patois
par GJD le, 21/11/2015  

Au sujet d’not’ pastois, j’dos dire qu’al maison, il étot strictemint interdit de l’parler. Ché curieux car min père y savot parler qu’cha et m’mère l’y parlot in patois alors qu’al parlot in bon français à ses éfants.

Quand al parlot bien, j’vous dis qu’cha ! Aussi bien dins sin vocabulaire que dins l’construction d’ses phrases, ch’tot du nanan. D’ailleurs, pus tard, quand j’ai lu Zola, Montherlant, Maupassant, j’avos souvint l’impression d’l’intint’ parler.
Aussi bien m’sœur, qu’est incapab’ d’aligner deux mots in patois et qu’y a bien des difficultés à comprint’ un’ conversation inchi faite ; qu’min frère qui li s’y essayot quéqu’fos, d’quoi ben rigoler, y z’ont respecté l’consign’.

Mais mi, ch’culot d’el famill’, je m’sus pas gêner. Faut dire qu’aussi ben mes camarats d’coron, qu’ cheux d’l'école Félix Faure, y parlottent ainsi. Alors pour pas faire l’bégueule, ch’tot l’patois avec chés copains et l’Français rintré à l’maison.

El’ bascule a s’fait automatiq’mint sans qu’on a à faire attention, ché sans doute parel pour vous aut’s.
J’ai donc fais cha presque toute ém’scolarité, jusqu’au jour d’ù qu’un mes comarats, in arvénant du lycée Carnot, on étot quat’, y nous lance eul’ défit de s’mett’ à parler in Français intre nous aut’s. Comme on étot tous d’accord, ché parti ainsi. Cha a pas duré longtimps.

Mais faut dire aussi qu’in s’véyot quat’ fos par jours pasque, comme on allot pas à l’cantine du lycée, on arvénot à nous maison pour minger pis après on ar déchindot pour artourner au lycée. Quand j’pinse qu’aujourd’hui, pour faire cent mèt’s on prind s’n’autchio !

Minloute y trouv’ que ch’trois ché l’bout du mond’, ben nous on faijot l’trajet quat’ fos par jour, à pieds, par tous les temps. Deux trois jours après donc, y s’ont r’mis à parler patois, mais mi, j’ai continué à parler Français.

Là, j’dos vous dire qui s’a passé un truc assez drôle. A chaque fos que j’dijos quét’qu’os’, j’avos l’impression d’parler faux. Cha v’sot bizarre din mes orelles. Surmint pasque chétot avec euss’ pasqu’al l’maison, avec min père, cha m’faijot rien.
C’te drôl’rie al a duré deux s’maines environ. Y m’ont jamais fait d’armarque et j’leu’ ai pu jamais parlé patois. Un’ pach’ étot tournée.

Il m‘est arrivé, assez souvent ensuite, de glisser, ici ou là, un mot de patois histoire de rigoler ou au cours d’échanges avec des calaisiens ou boulonnais qui, bien que nous ayons un fond commun important dans ce domaine ont, eux comme nous, des particularités de langage souvent liées aux activités dominantes, qui la dentelle, qui la pêche. J’y reviendrai sans doute une autre fois.


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 6 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |