histoires-de-chtis® depuis le 20 février 2005

 

 

Les 60 dernières histoires


  er ou é (08/12/2018)
  cor un qui va passer à la trappe .... (06/12/2018)
  Le « lait concentré sucré Mont Blanc » (03/12/2018)
  ceci est mon testament (02/12/2018)
  au 20 000 ème artique (01/12/2018)
  19480 artiques vingt diux ! (28/11/2018)
  le carnet de chansons (28/11/2018)
  de Béthune à Bruay (26/11/2018)
  Arras ici Arras (26/11/2018)
  images et bons points (23/11/2018)
  Buvards (23/11/2018)
  porte plume et buvard fin (23/11/2018)
  porte plume et buvard partie 1 (23/11/2018)
  cor eune qui va passer à la trappe ... (23/11/2018)
  ém' première télé in couleurs (21/11/2018)
  ch'fourniau et chés pouchins (21/11/2018)
  le grésil (21/11/2018)
  chrysanthèmes (20/11/2018)
  précision sur réponse à JPP , questions à ches bruaysiens rue des soupirs (20/11/2018)
  la télévision... et pi s' in va .. (19/11/2018)
  la télévision good morning oslo (19/11/2018)
  les informations régionales (15/11/2018)
  la télévision fin horloge et speakrine (15/11/2018)
  expression d' quo qu as' mele ... (14/11/2018)
  la règle de trois et la division (14/11/2018)
  la télévision l'horloge ORTF (13/11/2018)
  la télévision le générique ORTF (12/11/2018)
  après nous .... (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon père fin (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à mon Papa (11/11/2018)
  HOMMAGE à mon grand père et à tous les «poilus» (11/11/2018)
  la télévision la mire (10/11/2018)
  l' art d accommoder ché restes .... (10/11/2018)
  Olivier Bayart photographie (10/11/2018)
  terri ou terril ? (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay suite (04/11/2018)
  L'abattoir de Bruay (02/11/2018)
  allouine (31/10/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy suite et fin (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 20 ans après (28/10/2018)
  L'abbé Toulotte (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 6 (28/10/2018)
  in carette vers Merlimont 5 (28/10/2018)
  la bonbonnière à Bruay (25/10/2018)
  la télévision (20/10/2018)
  derrière ché portes des courettes (15/10/2018)
  bourreau, fais ton office la fin (14/10/2018)
  bourreau, fais ton office (14/10/2018)
  in a pas d' pétrole ... (12/10/2018)
  mauvais indiens (12/10/2018)
  fin de saison dins ché gardins (12/10/2018)
  hantise d'armonter (11/10/2018)
  j' l a ti vu ? (11/10/2018)
  à l' arrière d' ché gardins (10/10/2018)
  comme Marcel, vers Merlimont (06/10/2018)
  tout in haut dech'terril , eune canchon d avenir (06/10/2018)
  d'vant ché grands magasins ... (29/09/2018)
  du porte plume à la liste des courses (23/09/2018)
  Il éteut une fos à Berlencourt el Cauroy partie 2 (23/09/2018)
  à l inspiration (16/09/2018)

Vos histoires


Proposer un article

Livre d'or


Ecrire dans le livre d'or
Lire les messages du livre d'or

Derniers messages :


 michel.gervois@neuf.fr ( 07/10/2018)
Bonjour à tous les B...
 dufossez jean ( 24/09/2018)
Bonjour les potes J...
 bob 38 ( 22/09/2018)
Bonjour a tous , chu...
 Hervé62155 ( 24/12/2017)
Joyeux Noël et Bonne...
 LYLY ( 23/12/2017)
Bonjour à tous, je r...


Liens
Histoires de chtis sur votre site
réflexions de Jacques Janquin sur les mines
par minloute le, 29/12/2015  

Une veine de charbon n'est jamais nette ,elle présente souvent différent sillons

heureusement,car si tu vois des photos de nos très anciens mineurs au charbon avec leur pic à 2 pointes,c'était pour aller décafoter ce sillon friable assez profondémment

,et au fur et à mesure de leur décafotage en profondeur et en largeur,ils mettaient des coins de bois entre les 2 blocs de charbons pour se protéger des chutes de gaillettes

puis quand ils jugeaient que c'était assez large,ils enlevaient les coins,et au fur et à mesure ils abattaient le charbon,le ramassaient à la pelle,et transportaient dans des paniers,puis plus tard dans les couloirs oscillants.

Que veux tu en ce temps là,le piqueur à air comprimé n'existait pas.

Mais,comme moi en taille école et plus tard,en taille à l'abattage,on recherchait également ces sillons pour faire notre coupure

de toute façon quand un mineur arrivait dans ses 5m00 d'abattage à faire,automatiquement il jettait un oeil sur le front de la veine afin de voir où il allait commencer.

Ces schistes étaient plus grises,mais tendres ou comme du mastic,par contre l'ardoise est plus sèche.Comme tu le dis on le voyait à l'oeil nu........

Non ,les terrils pas que des schistes,le triage à la main ne le permettait pas ,il y avait avec les schistes toujours des particules de charbon,+ ou - ,et même parfois du bois.

Les terrils du 6 ne sont que des schistes,pourquoi?

le charbon était lavé,au lavoir biensur,mais avec une liqueur dense,le charbon et particules flottants,par contre les schistes plus lourdes restaient au fond,et le tout était correctement séparé.

André a raison sur ces terrils qui sont même entourés de grillage,car même si on ne voit pas à l'oeil nu,ils se consument,certainement en leur fond,d'ou les terres rouges,et même risque d'explosion.

Par contre celui du 6,on peut y aller dessus,comme notre ami André le fait lorsque le temps le permet,ainsi que sa SANTE..!!!!

Les déchets différents viennent du mode de triage et lavage à liqueur dense...

OUi la veine fait 1m00 de hauteur,le chantier fait 100m00 de long,divisé par 20 ouvriers,cela fait donc 5m00 de charbon à abattre au piqueur en largeur,plus compréhensible que longueur,et 1m30 de profond,donc 100 x 1x1.3= 130m cube pour le poste pour les 20 ouvriers x par la densité du charbon tu as donc le tonnage par poste d'avancement..

Disons que moi on faisait encore le boisage traditionnel en bois en taille école,mais en taille école,on faisait également de l'abattage au piqueur avec étançons et rallonges métalliques,par la suite,car lorsque tu retournais dans ton siège,comme au 3,ce n'était que du boisage métallique,mais tu devais savoir faire toute sorte d'abattage..et boisage.
Pour les outils en fin poste,on les mettait sur des cadenas,et on passait la tige du cadenas dans l'anneau soudé du pic,et dans le trou de la pelle,tu vois pas ça le travail remonter ses outils tous les jours,par contre notre hache ,on la remontait,car elle devait passer à la meule.

Il est vrai que des mineurs n'avaient pas de cadenas,et cachaient leurs outils,mais de mon temps c'était rare....


 


Contact | ©2005 histoires-de-chtis®.com - Webmaster : Gold77 - CNIL : 1075910 - 4 visiteurs connectés - Qui est connecté ? |